13/01/2011

Couvre-feu et cache-coeur en Tunisie

 

D'aucun se demande comment la Tunisie peut continuer à vivre avec Ben Ali après les émeutes et les dizaines de morts provoquées par les forces de l'ordre.

Mais la question est plutôt: « Comment vivre sans Ben Ali dans un pays qui n'est pas reconnu pour son modèle de pluralisme culturel et religieux? Combien d'embûches se présenteront alors aux opposants du régime? Quel est le potentiel de leurs forces réelles pour contenir les assauts de forces radicales, disparates, sectaires, retranchées dans le désert et prêtes à poser des bombes et commettre des crimes pour déstabiliser le pays?

Et les touristes, la manne bénie de ce pays, qui offrent par leur venue des dizaines de milliers d'emplois à une jeunesse déjà soumise au chômage, que feront-ils si le pays devient totalement instable? Auront-ils envie de se rendre en des lieux où la sécurité n'est plus garantie?

Et les cabinets dentaires, esthétiques, médicaux, qui reçoivent aussi une partie de ces touristes en recherche d'opérations moins coûteuses que sous nos contrées, fermeront-ils tous leurs portes et abandonneront-ils leurs pays au profit de lieux plus propices à leurs professions?

Et les dizaines de milliers de chauffeurs de taxis, les hôtesses d'agences de voyage, les petits restaurants et commerces, ils feront quoi? Des tours dans le désert sur les quads abandonnés?

Chères amies Tunisiennes et amis Tunisiens, réfléchissez bien à votre avenir avant de vouloir la mort définitive de ce régime. Le bousculer, le pousser à entreprendre de grands changements. Oui. Pour le reste. Je me refuse de partir à l'aventure dans le désert avec vous alors que le mirage mortel est plus sûr que l'arrivée dans une ville et une oasis de beauté.

 

14:23 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Bonsoir Lili, je vous ai trouvé un prénom féminin, vous aimez ?
Bon trève de plaisanterie... Si je comprends bien... Vous et votre fiancée, vous allez devoir attendre des secondes ou des minutes ou des heures ou des jours ou des mois voir des années pour pouvoir vous revoir et fonder votre foyer ? ! Cela vous fait traverser un désert au lieu d' un dessert !
Je vous souhaite bon courage en tendresse pour vous deux.

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

Les commentaires sont fermés.