17/01/2011

Qui revendique le nom de la Révolution de jasmin?

Soyons bon prince. Il y a une personne qui a inventé ce nom de "Révolution de Jasmin". Ce n'est pas votre serviteur Ali pacha. Et pourtant, je l'assure ici, ce n'est pas non plus le journaliste et blogueur tunisien Sied El-Heni qui l'écrit et l'affirme dans le Monde.fr.

Ce journaliste prétend l'avoir écrit pour la première fois le 13 janvier 2011. Hors, j'ai posté un article le 11 janvier sous le titre. Kasserine: la Révolution de Jasmin".

Soit j'ai fait un rêve comme Martin Luther King. Soit j'ai trouvé ce terme en parcourant les pages de google research. A mon avis, c'est la seconde solution qui est la vérité. Malheureusement, je ne sais plus qui l'avait écrit.

A l'anonyme de se reconnaître. A défaut, je porte la paternité du nom. Merci Sied El-Heni de le reconnaître.

24 Heures a peut-être son blogueur qui a déclenché son nom à la Révolution tunisienne...:)

21:18 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Oui ! Oui ! Oui !!!

PS: Humeur très communicative et recommandée, ce soir.

Écrit par : Cristal Gagnante | 17/01/2011

Cette appellation serait "vertement critiquée", car l'ex-président lui-même l'aurait déjà employée en 1987... http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/17/revolution-du-jasmin-une-expression-qui-ne-fait-pas-l-unanimite_1466871_3212.html

Écrit par : Kissa | 17/01/2011

Bonjour Kissa. Et oui. Il y a de drôles de connexions dans ce monde. De Ben Ali à Ali pacha, on peut en faire un Ben Pacha assez étrange et monstrueux:) Mais évidemment, si la Révolution tunisienne et ses leaders veulent se morfondre dans le sang des victimes et le sacrifice plutôt que de faire du morose et du tragique une sorte de gaité artistique, un printemps de Prague sans les chars militaires mais avec les chars d'un corso fleuri comme à Neuchâtel avec une vraie révolution économique utilisant son label reconnu partout dans le monde "Jasmin Revolution" et "Made in Tunisia", elle pourrait donner un vrai espoir à sa jeunesse et toute sa population. Car si elle attend les milliards de la corruption, elle peut attendre des années avec les Tribunaux que nous avons chez nous et les pays d'Asie et du Proche-Orient qui ne feront jamais de procès à la famille Ben Ali. Je le réécris ici, quitte à ne pas me faire comprendre comme l'ex dictateur Ben Ali: la Tunisie possède un formidable outil marketing: Sa Révolution. Si elle ne veut pas faire du business avec, qu'elle se bouche le nez parce que le business, même propre à la cause, sur les tombes des morts, ça sonne trop Amérique et Occident, alors ce n'est pas gagné. Car l'argent manque, le travail manque, la confiance manque avec les businessmen et les réseaux financiers "propres".

Chères amies Tunisiennes et Tunisiens, l'idéal de la Révolution, c'est maintenant qu'il faut l'exploiter. Et pas attendre 20 ans, comme pour la mort de Che Guevara, qui avait perdu sa révolution, afin que n'importe qui exploite le filon économique de votre révolution, votre victoire, votre sang donné à la cause.

Lancez-vous à l'eau des liens économiques et transformez la violence des rues en partage, en biens économiques et sociaux avec le reste du monde. vous êtes en ces jours de gloire, au centre du monde.

Vive la Tunisie!

Écrit par : pachakmac | 18/01/2011

Encore ceci. Rappelez-vous en ce jour la mort de Daniel Balavoine lors du tragique accident d'hélicoptère dans le Paris-Dakar de l'époque et la création de la fondation pour l'enfance par sa maman, formidable d'activité et d'innovation transformant la mort du fils en combat pour la vie.

Écrit par : pachakmac | 18/01/2011

Pardon. c'est la maman de François Xavier Bagnoud, dit le Petit Prince, qui est à la tête de la fondation pour l'enfance malade.

Écrit par : pachakmac | 18/01/2011

Les commentaires sont fermés.