20/01/2011

Tunisie; De Leila la Vampire à Mohamed l'Exalté

 

Personne ne l'a écrit. Et pourtant, entre Leila Trabelsi Ben Ali, la Régente de Carthage, et Mohamed Bouazizi, il y a des choses qui frappent l'esprit. Leïla est née très pauvre dans la Médina de Tunis. Fille d'une grande famille (déjà) comportant 11 enfants, elle a dû, dès toute petite, faire sa place au milieu de ce cocon familial. Son père était marchand de fruits secs. Plus tard, l'influente Leïla va utilisé ses charmes pour séduire des hommes puissants qui deviendront ses appuis et ses complices. La Trabelsi tout devant, la meute des courtisans tous derrière. Dans ce milieu de corruption et de luxure, la Trabelsi trouve son épanouissement personnel, une revanche sur sa pauvreté de naissance et, peut-être voir certainement aussi, une vengeance sur des abus sexuels commis très jeunes sur elle par des membres de la famille plus ou moins proche. Car, comme partout dans le monde, les filles sensuelles sont très vites soumises aux mains baladeuses des personnes adultes ou adolescentes profitant de situations équivoques dans la promiscuité d'une maison familiale.

La Trabelsi suivra à cette époque un apprentissage de coiffeuse puis travaillera chez Wafa. C'est une jeune femme intelligente et indépendante qui aime faire la fête. D'où son surnom Leïla Gin (Tonic). Les hommes valsent dans son lit. Elle se marie avec Khelil Maaouia, directeur d'Avis, ce qui lui permettra d'être embauchée dans une agence de voyage. Dans ses valises, elle visite les capitales et fréquente des hommes toujours plus puissants. Elle devient la Travel Sizi, Princesse de Carthage, future ambassadrice du vice sous toutes ses formes aguicheuses, perverses, et mafieuses. Jusqu'à « l'OPA inamicale », terme utilisé par Hasni Abidi, sur l'entreprise « Tunisie ».

Et c'est alors qu'arrive Mohamed Bouazizi, jeune marchand de fruits frais et légumes. Lui aussi se débat, comme jadis Leïla vivait pauvre, dans des difficultés financières pour nourrir sa famille. Mais lui ne s'appelle pas Leïla et n'utilise pas les charmes du sexe pour corrompre de riches héritières style Paris Hilton dans des clubs huppés de la capitale. Il ne connaît aucune ascension sociale, espace bouché, futur compromis, désespoir consumé. Soudain tout bascule en quelques instants. L'histoire insignifiante d'un petit marchand ambulant rejoint l' Histoire avec un grand H. La police de la chère Madame intervient sur la place du marché où le jeune Bouazizi n'a pas payé son bakchich lui permettant de vendre sa marchandise. Il se retrouve dans l'impasse absolue. Alors que la Tra belle zizi usait de passes pour asseoir son pouvoir monarchique sur toute la société civile tunisienne, lui, le jeune Mohamed, ne va pas se corrompre avec la mafia du système.

C'est alors que Dieu rappelle le jeune homme à Lui. Le jeune homme s'immole. Et que, par ce sacrifice, l'Enfer déroule son tapis rouge et ses fastes sur la Grande Famille Ben Ali Travelsi. La Sainte Scène tunisienne flambe de partout. La jeunesse court dans la rue en criant « Dégage, Ben Ali! Dégage, Travelsi! La rue se déchaîne. A Kasserine, al Révolution de Jasmin a trouvé son nom. Elle ne reculera plus devant la concupiscence du pouvoir en place. Le vice est repoussé. La vertu reprend le flambeau. Dieu gagne sur Satan. Pour combien de temps?

Aux Tunisiennes et Tunisiens de reconquérir la Beauté, la Culture, l'Art, la Philosophie, la Littérature, la Danse, la Musique, l'Amour. Dieu, en un seul mot.

La démocratie est en marche. Personne ne peut l'arrêter. Mais tout le monde doit y travailler pour la mériter.

 

09:07 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Pourtant , Dieu punit bien le suicide ? !

Écrit par : Cristal Gagnante | 20/01/2011

Vous savez comment le Coran, qui est la Parole du Seigneur, dit que Jésus est mort, Cristal? Il n'est pas mort sur la croix. Il est écrit: "Dieu l'a rappelé à Lui". Admettons que Jésus s'est immolé en prenant connaissance de l'acte insensé des Romains qui ont crucifié un homme innocent à sa place. Dans le Coran, Dieu se tait dans la façon qu'Il a rappelé Jésus à Lui ... Mohamed ne s'est pas suicidé. Dieu l'a rappelé à Lui. Il y a des suicides qui peuvent avoir des significations divines. Où quand l'Histoire devient trouble, très trouble, quand la vérité des textes sacrés sont révélés à un Prophète du nom de Muhammad.

Il s'agit de lire, lire et apprendre des textes révélés dans les différentes religions afin de s'inspirer et non de vouloir résoudre les énigmes laissées ouvertes par Dieu. Le cinéma, l'art, le théâtre, la littérature (dans le vrai sens de culture) ne sont pas la vérité. Mais pourtant tous nous parle de la vérité de notre condition humaine.

Écrit par : pachakmac | 20/01/2011

Ah bon ! Et bien moi ! Je suis souvent rappelée alors ! Dès que le soleil se lève c' est déjà la nuit des temps sur mon front collé à mes pense - bêtes ! Rappelez - vous qu' une fois et en pleine nuit , je me suis vue le corps au - dessus du sol nu sur fond noir et dans la beauté sanguinaire d' un rêve à la blancheur de ma peau tout de même et qu' au réveil c' était un fait divers sur Jésus en un cauchemar !
Alors... Qui a le pouvoir d ' écarteler ma vie entre bras d ' à Dieu et Diable à ce que je sache ? Tout est trop loin de moi pour croire que ma vie est là ! Suis - je le sacrifice de l' humanité pour lire au - delà des écrits de tous ? Ou est - ce que lire me fait du mal en pompant sur ma vie ?
Lire c' est savoir sacrifier ses connaissances pour s' en nourrir au sein d ' autres à autrui , or je suis une femme ! Avez - vous de jolis seins ?

Écrit par : Cristal Gagnante | 20/01/2011

Et maintenant , je vous laisse vous avez assez de femmes par devant ou par derrière et je suis fiancée à un Homme que j' aime et qui m' aime sans y penser de toute façon... C' est ça l' Amour pure !

Écrit par : Cristal Gagnante | 20/01/2011

Dites Pachakmac, pisque vous êtes en phase avec le trèstrèshaut, vous connaissez le nom et l'histoire (le CV) du chômeur en fin de droit anglais qui s'immola début des années 80-par là-, devant le 10 Downing Street, habité alors par une certaine Margaret Tatcher dont la politique? Sinon, posez-vous la question de POURQUOI celui-là est oublié...
Et ô combien les "Dieux" sont cruels, qui traitent des humains comme des pantins, et tirent les ficelle et les cordes médiatiques, et ouvrent les béances dans lesquelles vous et bien d'autres ne cessent de tomber...

Écrit par : Trio-Octet Infernal | 21/01/2011

Cher Trio-Octet, non. Je ne connais pas le nom de ce chômeur. Mais vous savez bien que la dictature n'a pas de fin. Les médias, chez nous, l'exerce d'une certaine manière en refusant à certaines personnes qui n'ont pas le profil "média" d'apparaître à la télévision ou dans les journaux. Nous vivons en démocrature. Quant à la vraie démocratie, elle reste de l'utopie à rechercher au quotidien par la lutte contre les inégalités. Si la démocratie existait pour de bon, nous n'aurions plus besoin de lobbys, d'argent, et de gens qui nous portent pour arriver au pouvoir. Bon, quand je dis nous, je m'exclue de fait, comme vous d'ailleurs. Très belle journée à vous.

P.S. Je ne suis pas aussi naïf que ça. je suis juste une personne qui rêve d'un monde meilleur et plus juste.

Écrit par : pachakmac | 21/01/2011

Merci pour ton billet que je viens de voir, cher ami. Je n'ai pas beaucoup de temps ni pour apporter un com ni pour lire les autres. Je verrai si je peux en fin de matinée sinon en fin d'après-midi ou en soirée.

Très bonne journée à toi

Écrit par : zakia | 21/01/2011

Merci chère Zakia. La Suisse a encore pas mal de préjugés sur les gens du Maghreb. Lire mon tout dernier billet...

Très belle fin d'après midi à toi.

Écrit par : pachakmac | 21/01/2011

Les commentaires sont fermés.