21/01/2011

Tunisie. Trois jours de deuil national

 

« Sur les pavés, le Jasmin ». Dernière trouvaille en vogue qui sent bon Mai 68 et la liberté trouvée.

Ce soir, les trois lettres rouge sang du RCD sont tombées. Le RCD est mort, vive la Révolution de Jasmin. S'ils veulent survivre politiquement, les membres du RCD devront trouver un nouveau nom, de nouveaux bureaux, et des meubles. Tout, absolument tout ce qui a été volé à l'Etat sera restitué à l'Etat. C'est le démantèlement de tout un régime sous la pression populaire. Les ministres du RCD ont à leur tour démissionné en bloc du gouvernement.

Reste la question lancinante que tout le monde a sur les lèvres: qui va gouverner la maison Tunisie pour éviter le chaos et préparer les élections?  Les cours vont reprendre dès lundi prochain. Les étudiants ne seront plus épiés par la police de Ben Ali. Et cette fin de semaine est consacrée au recueillement en faveur des victimes de la Révolution.

J'avais prévu un article plus gai et frais sur le thème de la femme tunisienne d'aujourd'hui face à l'islamisme rigoriste. Encore une similitude avec Mai 68. J'y reviendrai lundi afin de respecter ces trois jours de deuil national. La Tunisie fait plaisir à regarder. Elle est tranquille, déterminée, et elle avance vers sa mutation définitive.

Trois jours pour revenir sur les défunts, leur courage, leurs désirs de changement, leurs disparitions qui laissent des familles dans la douleur.

 

Solitaires dans la nuit

qui rêvez de gestes solidaires,

vous restez au désert

des années sans appui.

 

Puis un jour, ce n'est plus le mirage

d'une vie perdue sans reconnaissance.

C'est la vue réelle de l'oasis et des mages

qui vous reçoivent comme Princes de Byzance.

 

« Une robe longue, des bijoux comme s'il en pleuvait, du noir aux yeux, mais c'est Byzance ! »
Gérard Guéguan - La rage au coeur

 

00:19 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.