30/01/2011

Claudia, point Cardinal des Tunisiennes en bikini

 

En 1956, Claudia Cardinale, une belle italienne de 17 ans, encouragée par ses amis et sa famille, se présente au concours de la plus belle italienne de Tunis. A sa grande surprise, elle remporte le concours et gagne un voyage à Venise pour assister au festival du cinéma. Elle s’y rend avec, dans sa valise, un bikini et un burnous. Le premier, dira t-elle la rendue célèbre et dont le deuxième elle a caché sa douce Tunisie.

Là, elle reçoit des propositions de nombreux producteurs, mais refuse au début de faire du cinéma, car elle voulait être institutrice.

Elle finit tout de même par céder et obtient son premier rôle au cinéma en 1956 dans un court métrage tuniso-français de René  Vautier, tourné à Mahdia,  « Anneaux d'or », ensuite, dans une autre coproduction tuniso-française, « Goha », un long métrage, signé Jacques Baratier avec l’acteur égyptien, Omar Sharif qui commençait avec ce film une carrière internationale, Ridha Kalaï et Zina et Aziza.

C’est le début d’une longue carrière que fera d’elle l’une des plus grandes stars de cinéma mondial.

En 1958 qu'elle apparaît sur le grand écran dans "Le Pigeon" avec Vittorio Gassman. Elle tourne ensuite pour Mauro Bolognini dans le « bel Antonio »  avec Marcello Mastroianni, et Luchino Visconti pour « Rocco et ses frères »,  aux côtés d’Alain Delon,  «  le Guépard »,  avec Alain Delon et Burt Lancaster et « violence et passion ».

Le succès international de «  la Panthère Rose », en 1963 la met sur le devant de la scène.

Elle collabore ensuite avec les plus grands: Federico Fellini (huit et demi), Henry Hathaway « Le Plus Grand Cirque du Monde », Richard Brooks « les Professionnels », Sergio Leone « Il Etait Une fois Dans l'Ouest ».

A  la fin des années soixante-dix, Claudia Cardinale alterne les tournages en Italie ( dont de nombreux sous la direction de son mari, le producteur Pasquale Squitieri ) et les grosses productions internationales. En 1996, elle fait une brève apparition dans le film de Férid  Boughédir, « Un été à la Goulette ».

Tous ces succès ne lui ont pas fait oublié son pays natal. A 70 ans, elle vient de publier à Paris, aux éditions Timée, un livre au titre évocateur "Ma Tunisie" où, avec beaucoup de nostalgie, elle raconte ses années tunisiennes et clame avec une sincérité touchante son amour pour le pays qui l'a vue naitre, il fallait la voir il y a quelques années, au festival de Marrakech crier haut et fort son attachement au doux pays de son enfance pour mesurer ses sentiments envers la Tunisie.

Un détail qui ne trompe pas: Claudia a décidé de retourner au bercail. Elle aurait acquis une résidence à Hammamet, prélude à son retour définitif en Tunisie.

Article paru dans Leaders le 31 mars 2009

 

 

solo per non dimenticare
Only in order not to forget
Seulement pour ne pas oublier
Só para não esquecer
Um nicht zu vergessen
Sólo para no olvidar
Dumà per minga desmentegà

by Magic Mac blog


12:36 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.