31/01/2011

53 ans, 9 mois et 4 jours

 

Plus de 50 ans de dictature militaro-impérialiste, ça suffit!

La politique des petits copains d'Israël va-t-elle encore gagner? En même temps que la dictature se lézarde de toute part comme un barrage alpin s'écroulant en entraînant boue et destruction sur son passage, les masques tombent les uns après les autres. La dictature globale organisée et mise en place dans le monde arabe par les états démocratiques israélo-européo-américain après la victoire sur le nazisme va-t-elle enfin s'effondrer et redistribuer de nouvelles cartes? La Révolution de Jasmin ne vient que de commencer.

Le Mur de Kasserine, cette petite bourgade du centre tunisien, inconnue des foules mais point stratégique lors de la dernière guerre mondiale, restera-t-il dans l'Histoire comme le point originel qui a mis les foules arabes en marche dans leur lutte pour la liberté et une nouvelle géo-stratégie mondiale plus démocratique et plus égalitaire? Le Mur de Kasserine tombé, reste à réussir l'effet domino qui fera tomber les digues des châteaux de cartes truquées par les tireurs de ficelles et les grands manipulateurs de ce monde.

Le 11 septembre 2001 fut le théâtre d'un champ concentrationnaire d'intérêts divergents et antagonistes aboutissant tragiquement à l'attaque terroriste sur New-York. Le monde arabe se taisait devant la catastrophe. Certains, même et y compris en Occident, applaudissaient à la réussite de cet acte abjecte. Une décennie plus tard, les peuples du monde musulmans triomphent sur le cynisme, la perfidie, la trahison, l'affairisme et la corruption de ce monde mort dans les cendres des tours jumelles new-yorkaises. En dix ans, le monde arabe a évolué en direction de ses droits civiques, démocratiques, et citoyens plutôt que dérivé vers un fascisme les rapprochant d'al Qaïda et son chef charismatique, Oussama Ben Laden.

Ce matin, le gouvernement israélien a appelé l'Europe et l'Amérique à soutenir le président Hosni Moubarak. N'écoutons plus ce qui vient d'Israël. Ce serait la porte grande ouverte vers plus de terrorisme, d'insécurité, de haine et la conclusion définitive d'une division entre monde musulman et monde occidental avec tout ce que cela impliquerait de négatif pour la suite de notre monde.

Les Juifs sont sortis de la dernière guerre dans une situation de détresse inimaginable. Tout le monde a soutenu ce peuple mis en danger de survie et les Etats, pris de remords, lui ont rendu sa liberté ainsi que la création de l'Etat juif. Israël avait le devoir de gouverner avec le peuple palestinien. Il a volé ses terres, méprisé le peuple vivant sur place, pratiqué une politique d'apartheid malgré sa déclaration permanente de vivre en démocratie. Pendant ce temps, les pays arabes étaient tous dirigés par des maîtres dictateurs au service de l'Occident suite à la décolonisation européenne.

« L'amour au temps du choléra ». C'est sur cet air que Sarah Meier, notre patineuse nationale, a remporté les championnats d'Europe. Fasse que l'amour triomphe de ce choléra international qui dure depuis 60 ans, ce choléra organisé par le triomphe des vainqueurs, le rejet organisé des peuples et des majorités populaires, des faibles, des petits qui ne veulent ou ne peuvent pas marcher sur les pieds des grands dictateurs installés au pouvoir. Car parmi tous les petits, il y en aura toujours qui savent mieux penser la démocratie, la liberté, et l'égalité parmi les Hommes. Florentino Ariza et Fémina Daza*, des héros pour notre temps. Ils ont triomphé par la Beauté de la brutalité des hommes.

*L'amour au temps du choléra a été tourné à Carthagène en Colombie et retrace l'histoire d'un amour romantique entre une fille d'un marchand de mules et un jeune télégraphiste, pauvre, et poète qui s'est juré d'attendre 53 ans, 9 mois et 4 jours sa Belle. Une histoire vécue au milieu d'une guerre civile en Colombie.

 

15:21 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

UDC: l'arme qui cache le sexe

 

L'UDC est la plus forte pour donner des leçons de démocratie au monde arabe et musulman. Ce matin encore, Yves Nydegger se moquait sur les ondes de la radio RSR1, avec tout le sérieux qui sied aux représentants de ce parti, de la Révolution de Jasmin, de son impossibilité de déboucher sur des régimes démocratiques et non autoritaires dans le monde du Maghreb. Il y voyait même une fermeture future au monde occidental vu (cela n'était que suggéré par le ton et les mots tenus à couvert par un camouflage rhétorique bien orchestré) que les bons dictateurs occidentalisés de là-bas tombaient les uns après les autres laissant la liberté à l'islamisme radical se développer en empêchant nos braves touristes d'avoir des envies d'aller se bronzer sous ces cieux d'Allah.

Hors que voit-on? Une affiche, pour les prochaines élections, avec un homme à poil dont le sexe est caché par une arme. Ah les Rambo de l'UDC font forts! Moi qui croyais les moutons suisses pacifistes et heureux de l'être, voilà qu'ils se transforment en loups, la cartouchière en bandoulière, le bandeau dans les cheveux d'Oskar Freysinger, le charbon machurant le visage, prêts qu'ils sont à se battre contre les criminels déboulant d'un instant à l'autre dans leurs chaumières. Aïe aïe aïe! C'est l'émeute en Suisse! Les ghettos se soulèvent, les jeunes SDF s'emparent du centre de Berne, les pillages s'organisent, l'armée est dépassée, la police donne de la bastonnade, les politiciens sont enfermés dans le bunker de la Confédération, et même Internet à été coupé par Christoph Blocher, le nouveau généralissime en chef qui a été nommé séance tenante par le collège des sept sages paniqués qui ne comprennent pas ce qui leur arrive!

Ce pose alors la bonne question qui revient, comme un boomerang, dans le visage de Yves Nydegger. Cette Suisse, îlot solitaire au milieu de l'Europe, est-elle ni clanique, ni dominer par un parti unique, ni incapable de s'ouvrir au monde et de faire prospérer une démocratie populaire plutôt que populiste dédiée à la gloire d'un seul parti, l'UDC, et de son chef charismatique Christoph Blocher? Les pieds dans le plat, la tête dans les nuages, le pacha?

Fiction que tout ça? A peine. Car quand on regarde bien l'affiche de l'UDC, on se dit que le Rambo qui sommeille en nous autres, Helvètes mâles, semble bien moins pacifiste que l'image de tous les jeunes arabes qui avancent à mains nues dans les méga manifestations de ce mois de janvier 2011 historique, défiant les blindés, les F16, et les fusils de Moubarak. Vous avez dit que nous étions plus capable de démocratie qu'eux, Mr Nydegger?

Le jeune Suisse à poil sur la photo porte bien son nom: Xavier Schwtizguébel. Plus Suisse que ça, tu meurs!

Barbu! Oh oh oh. Y'a comme un malaise islamique sur c'te photo

 

L’image du mâle fesses à l’air et arme à la main n’est pas bien nouvelle. En 1989 déjà, le Groupe Suisse sans Armée (GSsA) faisait poser un homme nu avec un fusil. Elle suggérait Mai 68...

 

Si elle passe...la Révolution de Jasmin

je me fous à poil (pubis nu et imberbe jusqu'à Tunis) pour aller me marier.

Et oui. Si la Suisse est pacifiste jusqu'aux dents, c'est que dans sa tête elle flingue les révolutions et tout le monde qui ne pense pas et qui ne vit pas comme elle. A force, on va pouvoir écrire que nos flingues à domicile sont les garants de notre tribu, notre famille, notre clan, nos subventions personnelles perçues de l'Etat. Et les pauvres au-dessous du minimum vital, les chômeurs, les SDF, et les étudiants hyper qualifiés qui ne trouvent pas de job ou qui en trouvent un au rabais? Qu'ils s'exilent le plus vite possible! Les Suisses, les vrais, les purs, n'ont plus besoin d'eux. Ils sont une charge trop lourde à assumer pour la société helvète...

To Lose =/ To Win. Game is over.

Tel est à peu près le message pas très rassurant de notre UDC nationale.

 

 

09:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

30/01/2011

Un SDF s'immole en Algérie et bouleverse les passants

 

La folie meurtrière et la vague des suicides continue dans les pays du Maghreb. C'est en Algérie, ce dernier vendredi soir, que nous vient la triste nouvelle d'une mort par immolation. Peut-être le sacrifice de trop au pays de Boutflika. Sous les cris de : « J'en ai marre! J'en ai marre! Kraht! Krah! » le jeune homme s'est imbibé d'essence puis s'est mis le feu.

Transféré à l'hôpital de Bouzidi Lakdhar, B. Adelhafid, 26 ans comme Mohamed Bouazizi, est décédé au CHU de Constantine.

L'Algérie ne restera sans doute pas sans réaction face à ce nouveau suicide.

STOP à l'immense détresse morale des jeunes!

22:16 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Sarah Meier: championne d'Europe de glace dans une ambiance de feu

 

Elle arrivait au terme de sa carrière. Blessée durement, Sarah Meier, championne suisse, même pas certaine de participer à ses derniers championnats d'Europe de patinage libre dame, gardait le secret espoir de réussir une performance extraordinaire. Elle l'a fait! Yes, she can! Championne d'Europe de patinage artistique!

A Berne, tandis que les artistes nous offrent le résultat d'un spectacle émouvant de beauté et de travail, les Chancelleries du monde sont au chevet de l'Egypte. Des jasmins et des roses pour nos sportifs. Du sang et des menaces de mort pour tous les peuples arabes qui cherchent à se libérer du joug des dictateurs soutenus par notre monde occidental. Une minute de silence, en visionnant les images inédites de notre championne, pour les victimes civiles d'un système hyper verrouillé par les grandes puissances financières et militaires du monde. Et aussi une minute d'euphorie pour la victoire des forces révolutionnaires démocratiques. Oui, nous tous pouvons le faire!

 

Photos-02144.jpg

 

 

Photos-02122.jpg

 

 

Photos-0211.jpg

 

 

Photos-0213.jpg

 

 

Photos-0210_1.jpg

 

Demain, 7ème jour des manifestations de rue en Egypte. Qu'Allah protège l le peuple égyptien et la démocratie en conseillant sagement Pharaon Moubarak.

19:08 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Claudia, point Cardinal des Tunisiennes en bikini

 

En 1956, Claudia Cardinale, une belle italienne de 17 ans, encouragée par ses amis et sa famille, se présente au concours de la plus belle italienne de Tunis. A sa grande surprise, elle remporte le concours et gagne un voyage à Venise pour assister au festival du cinéma. Elle s’y rend avec, dans sa valise, un bikini et un burnous. Le premier, dira t-elle la rendue célèbre et dont le deuxième elle a caché sa douce Tunisie.

Là, elle reçoit des propositions de nombreux producteurs, mais refuse au début de faire du cinéma, car elle voulait être institutrice.

Elle finit tout de même par céder et obtient son premier rôle au cinéma en 1956 dans un court métrage tuniso-français de René  Vautier, tourné à Mahdia,  « Anneaux d'or », ensuite, dans une autre coproduction tuniso-française, « Goha », un long métrage, signé Jacques Baratier avec l’acteur égyptien, Omar Sharif qui commençait avec ce film une carrière internationale, Ridha Kalaï et Zina et Aziza.

C’est le début d’une longue carrière que fera d’elle l’une des plus grandes stars de cinéma mondial.

En 1958 qu'elle apparaît sur le grand écran dans "Le Pigeon" avec Vittorio Gassman. Elle tourne ensuite pour Mauro Bolognini dans le « bel Antonio »  avec Marcello Mastroianni, et Luchino Visconti pour « Rocco et ses frères »,  aux côtés d’Alain Delon,  «  le Guépard »,  avec Alain Delon et Burt Lancaster et « violence et passion ».

Le succès international de «  la Panthère Rose », en 1963 la met sur le devant de la scène.

Elle collabore ensuite avec les plus grands: Federico Fellini (huit et demi), Henry Hathaway « Le Plus Grand Cirque du Monde », Richard Brooks « les Professionnels », Sergio Leone « Il Etait Une fois Dans l'Ouest ».

A  la fin des années soixante-dix, Claudia Cardinale alterne les tournages en Italie ( dont de nombreux sous la direction de son mari, le producteur Pasquale Squitieri ) et les grosses productions internationales. En 1996, elle fait une brève apparition dans le film de Férid  Boughédir, « Un été à la Goulette ».

Tous ces succès ne lui ont pas fait oublié son pays natal. A 70 ans, elle vient de publier à Paris, aux éditions Timée, un livre au titre évocateur "Ma Tunisie" où, avec beaucoup de nostalgie, elle raconte ses années tunisiennes et clame avec une sincérité touchante son amour pour le pays qui l'a vue naitre, il fallait la voir il y a quelques années, au festival de Marrakech crier haut et fort son attachement au doux pays de son enfance pour mesurer ses sentiments envers la Tunisie.

Un détail qui ne trompe pas: Claudia a décidé de retourner au bercail. Elle aurait acquis une résidence à Hammamet, prélude à son retour définitif en Tunisie.

Article paru dans Leaders le 31 mars 2009

 

 

solo per non dimenticare
Only in order not to forget
Seulement pour ne pas oublier
Só para não esquecer
Um nicht zu vergessen
Sólo para no olvidar
Dumà per minga desmentegà

by Magic Mac blog


12:36 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)