05/02/2011

Des controverses mais surtout des Egyptiens qui chantent

 

Des chants ont été entendus cette nuit, Place Tahrir. Enfin! Après les pierres,les cocktails molotov, les couteaux, les épées, les balles...et de terribles véhicules assassins écrasant la foule en pleine rue, les Egyptiens ont entonnés des chants d'espoir et de paix.

Nous arrivons lentement vers une solution provisoire entre partisans de Moubarak et toute l'opposition représentée par une large couche de la population. Le Président restera sans doute quelques mois au pouvoir mais uniquement à titre honorifique. Il n'aura pas voix au chapitre dans le schéma de transition démocratique qui se met en place. L'armée, par contre, jouera son rôle plein et entier avec Omar Souleyman comme homme fort provisoire du pouvoir égyptien.

Les Frères Musulmans, principale force d'opposition organisée, absolument hostile au maintien de Moubarak et conditionnant son départ immédiat au début de négociations avec le pouvoir, pourrait accepter cette façon de faire.

Il aura donc fallu que les Egyptiens se réconcilient grâce aux chiens de garde que représentent les militaires pour arriver à un début de processus démocratique. Ben Ali ne s'appuyait pas sur l'armée mais sur sa police. Moubarak gardait ces deux piliers bien en mains grâce aussi à l'Amérique qui subventionnait largement les armées du Président. Aucune trahison envers le Raïs était donc imaginable dans les rangs de l'armée. Fidèle au peuple et à leur dirigeant, pas dure et humiliante comme la police de Moubarak, l'armée avait les cartes en mains pour aider à trouver une solution. C'est pratiquement fait. Moubarak va partir dans la dignité et le processus démocratique est sauvé.

Vive la Révolution de Jasmin!

Voici pour l'Egypte un groupe de jeunes. Je vous donne à écouter sans rien rajouter d'autre car personnellement j'ai la nausée de tous les sectaires qui sévicent sur les blogs de la Tribune de Genève et 24 Heures. Le "NOUS" ce sont toutes les forces positives qui vivent en nous tous contre les forces d'oppression, de déniegrement, de rejet, de rupture, de haine. Le "NOUS" c'est le contrat social démocratique, celui qui relie les gens entre eux, qui reconnait le travail de l'Autre comme un travail valable, sensé, intelligent, doué de raison et de compassion.

C'était mon coup de gueule matinal contre le mépris organisé envers un blogueur qui a consacré tant d'année de sa vie à se faire réhabilité par les journalistes et la société, qui attend encore le jour où celles et ceux qui l'ont rejeté à un moment ou un autre lui tendent enfin la main qu'il a perdu. Pour le reste, je vais bien, je suis amoureux, une femme m'aime, mes enfants m'aiment.  Merci Allah! Cela pourrait bien suffire à mon bonheur, ce jour de 12ème aube de la Révolution, Place Tahrir.

 

08:53 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Vous confondez sectarisme et lucidité. Vous parlez de "démocratie" de Frères musulmans".....

Je vous enjoins à écouter Alexis Brézet, (vidéo) et à chercher la vidéo où le Roi Hassen II s'exprimait sur l'Islam et la laïcité: Tous les chefs arabo-musulmans sont d'accords pour dire qu'il n'y a pas de démocratie n'est pas compatible avec Islam. Qu'ils ne la reconnaissent pas! Mais vous le savez pertinemment!

[Vidéo] Alexis Brézet, rédacteur en chef du Figaro Magazine

Posted: 04 Feb 2011 09:00 AM PST

Alexis Brézet, le directeur de la rédaction du ‘Figaro Magazine’, a livré son analyse sur les évènements égyptiens sur RMC. Grande Gueule d’un jour, Alexis craint une islamisation politique du pays et il n’y va pas pas par quatre chemins car pour lui il n’existe qu’une seule sorte d’islam, celle qui ne tolère aucune démocratie : “Il y a des pays où il n’y pas de tradition démocratique et puis il y a l’islam ! En Turquie, ce n’est pas l’islam des lumières ! La Turquie est dans un cas d’islamisation progressive. L’islam ne reconnait pas la démocratie ! Partout où il y a l’islam, les droits de l’homme n’existent pas !”

Vous avez dit sectarisme?

Écrit par : Patoucha | 05/02/2011

Des Egyptiens qui chantent?

Egyptian hip hop:

Nick Delap (bass guitar), Alex Pierce (drums keyboards vocals), Alexander Hewett (vocals guitar keyboard bass) Louis Stevenson Miller (bass guitar, vocals)

:)

NB: Je préfère la musique orientale!

Écrit par : Patoucha | 05/02/2011

Les commentaires sont fermés.