07/02/2011

Egypte: Ne trahi pas ta jeunesse et tes épouses!

 

Comités de jeunes représentant la jeunesse fidèle à Moubarak (!) invités à la discussion devant le gouvernement de transition; femmes en révolte dans la rue non représentée dans l'opposition pour affronter le pouvoir.

La révolution égyptienne aura peut-être ses grands déçus et ses cocus. Et ceux-là risquent d'être les idéalistes qui ont déclenché la volonté des foules populaires et qui ont tout risqué, dès le départ, y compris leur propre vie. Monsieur Omar Souleyman, ne trichez pas avec les jeunes. Ils sont les plus fervents leaders d'une démocratie moderne. N'avez-vous pas vu leurs sacrifices, leur don de soi, leur désir pur de changer le monde? Monsieur Omar Souleyman, ouvrez la porte aux femmes. Ce sont elles qui empêcheront le retour à une dictature. Connaissez-vous un seul pays au monde dirigé par une femme dictatrice?

Monsieur Omar Souleyman, dans la vie les gens accusent souvent les petites gens de losers. Vos losers à vous ont décidé de montrer qu'ils existaient. Ils ont aussi démontré leur volonté d'être vu comme des winners en ne cédant sur rien. Ils sont beaucoup plus courageux que vos hommes d'affaires souvent corrompus, de vos dirigeants souvent pleutres, de votre police incapable d'assumer la protection du Caire et prenant la fuite de peur d'être lynchée et laissant ainsi les gens honnêtes sans aucune protection. Ils sont là, Place Tahrir à exiger de vous une reconnaissance. Ne laissez jamais le désir de vengeance s'épanouir dans l'âme de votre Président Hosni Moubarak. Imposez-lui ces jeunes et ces femmes au nom du bien-être de la future Egypte. Faites-lui comprendre que celui et celle qui s'oppose à l'injustice et à la corruption sont les meilleurs garants d'une autre Egypte. Car si vous vous appuyez uniquement sur les opportunistes, les profiteurs de situation, les vendeurs d'assurances inutiles, vous ne sortirez pas l'Egypte de son marasme économique avec une nombreuse population ignorée, dévaluée, rejetée, provocant l'instabilité permanente dans votre pays.

Le dernier acte courageux du pouvoir, en dehors du départ de votre Président, est d'intégrer ces personnes à la transition démocratique en leur accordant le droit à la lumière, à leur présence politique et médiatique, à la défense de leurs intérêts économiques. Leur place n'est pas derrière les barreaux à recevoir la bastonnade de vos agents secrets. Leur place est parmi vous. Cette force vive et enthousiaste de votre jeunesse modèle doit être reconnue, portée avec respect et dignité au devant de la nouvelle scène égyptienne. Si vous ne le faites pas, cette jeunesse, ces femmes, trouveront des soutiens autrement plus négatifs et dangereux pour l'Egypte.

 

 

Egypte: Ne trahi pas ta jeunesse et tes épouses!

 

 

 

08:40 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.