26/02/2011

Zahia où le rachat gagné d'une adulescente

 

 

Zahia Dehar vit toujours aussi dénudée pas très loin d'Ibiza et de sa jeunesse friquée, oublieuse de la misère du monde, des guerres comme des révolutions. Mais déjà, dans le monde de Zahia, se profile le visage d'une vraie star qui aura charge d'assumer devant le monde entier la notoriété nouvellement acquise.

Zahia, c'est une métisse moitié Maghreb, moitié Côte d'Azur, Sissi Impératrice de l'Empire des Sens au masculin comme au féminin. Le nouveau symbole de la féminité surgit sans hasard pur mais le jour J d'une terre des révolutions arabes pour la démocratie et la liberté.

Zahia, elle ne dit rien des révolutions pour la libération des peuples contre les tyrans qui secouent le Maghreb et tous les pays arabes. Elle ne dit rien car peut-être elle sait que dans son déshabillé vertigineux qui scandalise pas mal de bonnes gens, elle ne respecte pas à la lettre sa religion, qu'elle risque surtout les foudres de tous les barbus qui sont effrayés par la nudité corporelle d'une fille. A ceux-là, elle pourra toujours répondre: C'est dans vos regards libidineux que vous portez sur moi qu'Allah juge. Le problème, chère Zahia, c'est que le regard des hommes ne peut que se détourner pudiquement de toi, ou alors t'admirer avec un certain désir et se dire que Dieu a offert en cadeau à nous tous les hommes un peu culcul la praline une fille superbe de candeur érotique tombée sur la Terre Média grâce...au ballon rond.

Pour l'art de te voir respecter par tous les machos qui on tenté de te démolir. De A d'Almodovar, l'Espagnol le plus fidèle à l'amour et aux femmes, à Z de Zahia, la fille qui a su renoncer au tournage porno en ne passant pas par la lettre B sulfureuse et dégradante, il y a le C comme une plume trempée dans la culture. L'ABC du féminin qui redonne fierté et honneur à toutes les filles et femmes bafouées dans leurs corps par les hommes, que ces hommes veulent des femmes soumises et silencieuses, toutes déshabillées ou toutes voilées, pourvu qu'elles satisfassent tous les fantasmes des hommes.

C'est le Printemps des Fleurs et des Révolutions. Le Maghreb n'a pas fini de nous étonner dans sa libération et son désir de vivre enfin libre loin du joug des hommes et de leur toute-puissance acquise sur le dos des épouses et des filles.

 

 

 

16:55 Publié dans Zahia Dahar | Lien permanent | Commentaires (10) |

Commentaires

Drôle de façon de jeter l' Amour par la fenêtre !

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/02/2011

T' as des envies qui dérangent ton atmosphère ? C' est malin d' utiliser cette femme pour de simples et bonnes raisons : où puis - je mettre mon sexe ? Baby est trop loin ! ;)
Merci ! Grosses Bises ! C' est mignon.

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/02/2011

Mon cher... J' ajoute aussi que si tu prends cette femme pour l' icône des femmes actuelles c' est que tu as toujours peur d' en perdre Une seule moderne !

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/02/2011

Merci encore pour ce menu Moules - Frite ! Je sais que t' en raffoles ! Avec plaisir ! Et...
Ha ça fait du Bien ! De vomir la crue d' un verre Cristal...
Bonne nuit.
PS: je partage ton sac vide ;) !

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/02/2011

Cristal Gagnante@ Vous ne seriez pas un peu idiote ?

Écrit par : Géo | 26/02/2011

Oui et plus encore si ça intéresse ceux qui le sont.

Écrit par : Cristal Gagnante | 27/02/2011

Et puis, vous savez Géo, c' est moi le grand V sur la photo. C' est pour tamponner mon existence qui en achève une autre : la nostalgie !

Écrit par : Cristal Gagnante | 27/02/2011

vous oubliez que votre Zahia n'a pas vécu au Maghreb comme vous dites, mais en France, donc c'est un produit occidental, et elle ne représente en aucun cas la femme arabe qui défend ses propres droits face, aux barbus ou aux machos.

Écrit par : Philippe | 27/02/2011

Tiens, Zahia la pute est de retour...

Écrit par : Géo | 27/02/2011

"tombée sur la Terre Média grâce...au ballon rond."

et surtout grâce à ses "airbags"...

Merci la chirurgie! :)

Écrit par : Patoucha | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.