15/03/2011

Quel journal m'engage pour aller témoigner à Benghazi?

 

Alors que la plupart des journalistes prennent la poudre d'escampette à Benghazi, ceux présents à Tripoli sont choyés par le régime de Kadhafi.

Je fais donc, en direct et sur mon blog, la demande officielle d'aller relater les évènements qui vont se passer dans la ville de Benghazi ces prochains jours. Nous n'avons pas le droit de lâcher cette population à qui on a proposé notre soutien indéfectible pour leur droit à la démocratie.

Si le Président Sarkosy « souffre d'une maladie mentale » selon notre brave Colonel et ami Mouammar, votre serviteur souffre d'un mal bien plus grave: celui de mourir de honte si la démocratie oublie ses valeurs et ne combat plus pour elle mais ne pense plus qu'à son confort, ses intérêts personnels, sa superficialité ordinaire, son manque de courage, son manque de tout en ce qui concerne le droit à étendre la démocratie aux peuples du monde quand ces peuples demandent notre soutien et notre aide sur le terrain. Mouammar devra d'abord marcher sur Ali pacha s'il veut déclarer sa victoire à la face du monde. Inch'Allah. Pas le choix d'une autre option. Plus le choix d'une compromission avec un régime qui a trahi son peuple Ce n'est pas une option. C'est un devoir d'humanité.

Que le média préparé à accepter un blogueur déterminé à couvrir la guerre de Benghazi se signale. Plus fou que moi, il y a Doc Folamour Kadhafi. Vous voulez vraiment encore de lui au pouvoir? Vous voulez vraiment un massacre populaire dans la ville de Benghazi? Vous voulez que cette planète appartienne à la tyrannie de quelques-uns? Je dis "NON" au nom de ma Croyance en Allah. C'est tout. J'attends un e-mail d'une rédaction courageuse qui n'aura pas peur de prendre un homme libre dans ses rangs.

 

 

17:01 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

merci cher Pach k mac
de votre témoignage constant envers le peuple libyen, qu'on aurait facilement tendance à mettre de côté pour des choses......
plus "actuelles". Restons unis avec l'Afrique du Nord aussi. Et sa lutte!
Cela n'exclut personne!
amitiés
claire-marie

Écrit par : cmj | 15/03/2011

Sacré Mouamar! À vrai dire, c'est probablement le seul «homme d'Etat» qui a une réelle vision du monde.
Hé oui, le spectacle qui lui est servi ces jours avec les atermoiements de la «communauté internationale» doit bien le faire se «bédouiner». Les pas-de-deux en avant et arrière des faux-culs de la planète, ça vaut son pesant de barils.

Qu'est-ce qu'il a su anticiper le Mouamar! Ah, qu'il doit être remonté à bloc le bédouin... quelle frustration quand-même, pour celui qui aurait sans doute jouï en croisant le fer avec l'infidèle.

Aïe ! je sens qu'à Berne, on va devoir enlever l'élastique du dossier Hannibal... préparer des ré-excuses pour quelques furtives critiques échappées de la bouche de Micheline...
Et chez nos voisins, le pauvre Sarko, déjé mal barré avec son hexagone, qu'est-ce qu'il va devoir inventer ces prochaines semaines pour ramerner le prix à la pompe à la raison. D'autant plus qu'au royaume de la CGT, c'est que le prix à la pompe qui détermine la cote d'amour du gouverneur ainsi que la longueur et l'épaisseur du jambon-beurre...

Heureusement qu'il y a le Japon, le tsunami, la catastrophe nucléaire, ça fait diversion et empêche les lâches de perdre la face.

Écrit par : petard | 15/03/2011

Merci à vous, chère Claire-Marie, et à vous, Petard. Il nous faut résister. Il nous faut témoigner. Il faut tout simplement être en accord avec notre fibre humanitaire. Je suis à deux ou trois semaines de mon mariage avec la plus douce des épouses que j'aurai eu dans mon existence. Ce mariage ne se fera peut-être jamais, anti-cause Kadhafi, cause démocratie, cause Dieu, notre cause. Je suis calme. J'attends l'audacieux rédacteur qui m'offre cet emploi. Car si je dois mourir, je ne veux pas mourir sans couvrir, un minimum, l'avenir économique de mes enfants et de ma future épouse. Un contrat de travail en bonne et due forme. Je ne suis pas un kamikaze. Je suis un citoyen qui défend la démocratie et les peuples fiers d'eux-mêmes et de leur liberté retrouvée.

Voilà. Je n'ai plus de mot autre que "idéal républicain des citoyens et citoyennes" et non "bordel républicain des salauds et des putains".

Lisez mon dernier article. Et surtout, surtout, écoutez les paroles qui m'ont donné la chair de poule. Les paroles, non d'un révolutionnaire tortionnaire mais d'un président qu'on a oublié aujourd'hui. Les dernières paroles de Salvator Allende qui résonnent dans nos têtes et dans nos coeurs. Le plus beau discours d'humanité et de politique prononcé par un chef d'Etat moderne prêt à se sacrifier pour la cause démocratique.

Très belle journée à vous tous, amies et amis lecteurs.

Écrit par : pachakmac | 16/03/2011

Les commentaires sont fermés.