19/03/2011

Kadhafi a perdu, piégé par son arrogance et sa violence

 

Hier soir, il condamnait un nouveau colonialisme, un ingérence intolérable dans les affaires intérieures de la Libye. Il crachait son venin sur la dernière résolution de l'ONU comme, jadis à New-York, il se permettait de déchirer, devant une Assemblée onusienne tétanisée et impuissante, la Charte des Nations Unies.

Kadhafi a toujours usé la violence, la corruption, le mensonge, la vilénie, pour parvenir à ses fins criminelles. La dernière résolution de l'ONU, la résolution d'une communauté « civilisée » lui ouvrait un boulevard d'opportunités nouvelles pour continuer à nuire à toute la planète. Au lieu de respecter le cessez-le-feu qui lui aurait permis de garder ses positions acquises et d'empêcher toute intervention militaire extérieure tout en jouant les démocrates sans en avoir l'usage sur le terrain de sa police armée, piège redoutable qui nous aurait super embêté, il n'a pas pu s'empêcher de mépriser la résolution onusienne en l'écrasant dans sa main sans en lire convenablement les termes comme l'avion symbole qu'il maltraita et condamna à la mort, passagers et habitants de Lockerbee, cet avion occidental démantibulé qui trône par toute son horreur devant son palais royal et qui est le signe de l'homme de haine qu'il est resté toute sa vie. Kadhafi a pour une fois fait tout faux en usant de ses armes habituelles. Continuant à massacrer les populations des villes libyennes tout en déclarant par la voix de ses ministres fantoches qu'il cédait et optait pour un cessez-le-feu unilatéral, il a suivi sa propre idéologie victimaire et violente alors que cette fois, il aurait du suivre la voie des nations civilisées pour nous piéger encore une fois dans sa toile. Trop d'arrogance et de mépris le perdent. C'est nous qui le prenons dans la toile d'araignée que l'ONU, par sa résolution, lui a tendu.

Car cette erreur capitale va le pendre. Il est définitivement hors-course, ce matin. L'ONU a gagné la guerre psychologique avant même de partir en guerre sur le terrain. Mouammar Kadhafi aura su manipuler et prendre en otage la communauté internationale durant tout son règne. Hier, pourtant, il aurait dû suivre exactement les termes légaux de la résolution pour piéger encore une fois la communauté à son propre jeu civilisé. Il a préféré jouer son jeu habituel fait de paroles qui virevoltent dans tous les sens, de fourberie suivie des mensonges usuels, et un mépris affiché pour la communauté des hommes scotchés devant les télévisions et les ordinateurs. La non-violence des civilisés a su forcer sa nature et faire la guerre à cet homme-là sans plus courber l'échine, sans plus de lâcheté, sans plus de faiblesse. C'est ainsi que le Chat Botté s'est fait prendre à son propre piège et qu'il devient en ce matin du 19 mars rat d' égout pour le pataud et débonnaire Raminagrogris international chargé de son éradication.

En même temps, à Fukushima, l'électricité devrait être rétablie à la centrale nucléaire. Comme la lumière de l'intelligence du coeur qui renaît sur la nuit des hommes.


Le symbole démocratique de la défaite de Kadhafi, ce matin même. Extraordinaire! Allah Akbhar! Dieu est Grand! Dieu est Grand!

Kadhafi viole la Loi de Dieu et celle des hommes depuis si longtemps, que Dieu le punit en direct devant les caméras et les yeux du monde. L'article ci-dessus a été écrit alors que je n'avais pas encore l'information de cet avion abattu. Le mystère reste entier. Mais Dieu est avec nous.

Un avion de combat qui survolait Benghazi a été abattu ce matin au-dessus du fief des rebelles. L’arrière droit de l’appareil en feu, il est tombé en vrille sur une zone d’habitation du sud de la ville où il s’est écrasé provoquant une explosion suivie d’une fumée très noire. Il n’a pas été possible dans l’immédiat de déterminer comment l’avion a été abattu. Sa chute a été accueillie par des tirs de joie dans Benghazi.

“J’ai vu un avion tourner, sortir des nuages, se diriger vers ce qui semblait être une cible et puis il a été touché et il est descendu en flammes et un énorme nuage de fumée noire s’est élevé... Il semble qu’il attaquait la caserne militaire de Benghazi” a rapporté le journaliste de Reuters, Angus MacSwan.

France Info -

©AFP / PATRICK BAZ

 

08:25 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Voui, voui, ali kamak, nous les entendons hurler la même chose que lorsque d'autres firent exploser des buddhas... Ce qu a une facheuse tendance à nous faire penser! Si.. En plus, effectivement, il semble que cet avion était du côté des insurgés, si on en croit ceux qui cause dans le poste...
Nous pensons que "Dieu" n'a vraiiiment rien à voir là dedans, mais vous vous égosillez comme vous avez envie hein?
Bon, on s'tire, on faisait que passer, mais ...

Écrit par : Trio/Octet infernal | 20/03/2011

Les commentaires sont fermés.