24/03/2011

La kadhafillette à la mitraillette

 

 

Elle avait son esprit en marmelade

cette fille dont le coeur battait la chamade

 

j'lui aurait bien offert un verre de limonade

à cette fille des dunes nomades

 

mais il lui a fait le coup de la ratonnade

et ceux, pervers, de la vierge canonnade

 

comme ce cher camarade

Staline à Stalingrad

 

nous étions tous en rade

silencieux devant cette mascarade

 

puis est venu enfin l'aubade

de l'internationale cocarde

 

et sous les cris de « Libertad »

nous avons combattu les gaz moutardes

 

du Grand Colonel Pétarade

petit fils de l'oeuvre du Marquis de Sade


 

Autrefois, lors d'une bataille, quand on souhaitait s'entretenir avec ses ennemis ou se rendre, on émettait un signal avec un tambour ou une trompette. On appelait cela « battre la chamade ». Mais bien souvent, avec le bruit des tirs, on n'entendait pas les signaux émis si bien que beaucoup d'hommes, de femmes, et d'enfants, étaient tués inutilement. C'est suite à cette constatation que l'on décida non seulement d'émettre un son, mais aussi d'y ajouter un signe visuel en agitant un drapeau blanc. Aujourd'hui, ce signal est connu dans le monde entier. Lorsque le cœur "bat la chamade", c'est que nous sommes sujets à une vive émotion ou a une peur, peut être en référence à ce que devaient ressentir les soldats qui s'approchaient de leurs ennemis pour tenter quelques négociations.

 

Est-ce que votre coeur bat la chamade, Mademoiselle?

 


17:04 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.