27/03/2011

Fukushima: un dragon radioactif sans antidote

 

Chaque jour qui passe se réduit à une lente agonie niponne et nul ne sait quand le cauchemar s'apaisera. Les autorités japonaises ne maîtrisent en réalité aucune des composantes essentielles de ce drame planétaire. Ni l'estimation des dégâts aux réacteurs n'a pu être définie avec précision. Ni la quantité de radioactivité permanente qui pourrait affecter le Japon et le reste du monde de façon durable n'a pu être donné. Ni le seuil maximal de radiations rejetées dans l'atmosphère, injectées dans l'eau, et mélangées à la terre, qui ferait du Japon une terre incognita et un danger mortel pour le reste de la planète. Ni la manière dont les techniciens comptent si prendre pour trouver une solution « sarcophage » type Tchernobyl. En résumé, l'enfer nous est promis dans un déluge de communiqués tous plus lénifiants les uns des autres.

Dernière nouveauté: on va utiliser de l'eau douce pour la jeter sur le feu nucléaire afin de remplacer l'eau de mer corrosive. Hors l'eau douce nous est donnée sur Terre grâce au ciel et aux nuages qui se forment au-dessus des masses d'eau de mer et d'eau douce. En raccourci, la vapeur d'eau évaporée sur la mer du Japon contient de la radioactivité en quantité importante alors que les tonnes d'eau déversées sur les réacteurs deviennent hyperradioactives et s'infiltrent partout dans le sol, voir dans la nappe phréatique. Nous pouvons enfermer des produits solides radioactif dans des containers. Que faisons-nous, dès maintenant, avec ces tonnes d'eau maudites chargées à des millions, voir des dizaines de millions de fois la dose normale de radiation?

L'AIEA sous-estime le danger potentiel par 100.000, voir à l'échelle d'un million. L'OMS ne peut pas faire son travail correctement et est même censurée par l'AIEA! Le secret du nucléaire est comme le secret des dictatures, peut-être même le plus grand secret historique que l'on ait fabriqué. Le pire de nos secrets et de nos tabous pour nos économies avancées et dévoreuses d'énergie. Nous sommes tous pris en otages par les grands sorciers du nucléaire et dévorés à notre tour par leur créature diabolique, le Fukushima. Le dragon est exactement l'animal emblématique qui sied aux centrales nucléaires. Bête mythique partout dessinée dans le monde depuis des temps immémoriaux, nous ne comprenions pas pourquoi les humains avaient eu, sans contact direct entre eux, les mêmes intuitions fantastiques. Le dragon est l'animal fabuleux qui, en Asie, domine dans la fantasmagorie des pays. D'où, que l'on ait pu vraiment croire à l'existence réel du dragon en des temps anciens. Aujourd'hui, il est là devant nous qui fume et bout au fond de ses entrailles rougeoyantes. Il est notre réalité. Il n'est même pas beau à regarder, ni fabuleux. Il est juste sorti de l'imagination des hommes et produit par la technologie des hommes. Il s'appelle Fukushima 1 Fukushima 2 Fukushima 3 Fukushima 4... en attendant peut-être leurs enfants infernaux 5 et 6. Nous avons cru en maîtriser la force en l'emprisonnant dans nos cuves. Nous l'avons utilisé sur Hiroshima et Nagasaki pour détruire des enfants, des femmes, des hommes, et finir , de façon apocalyptique, une guerre mondiale. Et malgré cela, malgré cet aveu total de culpabilité, nous avons applaudi au nucléaire, et nous avons cru que l'atome était notre chose, notre créature, chargée de bienfaits et d'innocence quand nous arrivions à le manipuler à notre gré. Aujourd'hui, l'atome, pour les croyants ce sera Dieu, nous signifie que l'homme ne peut pas manipuler la source primaire de toute vie et de toute matière dans l'Univers. « Nous vous avons fait d'un atome » dit le Coran. La fission ou la fusion de l'atome ne nous appartiennent pas. Nous réalisons très tard que nous ne pouvons pas modifier les règles de l'univers fixées par quelque chose qui nous dépasse largement.

Une seule question nous est désormais posée et à laquelle nous devons répondre rapidement. Qui veut encore du nucléaire?

Le soleil, notre soleil, ce dragon naturel fantastique et immense, source de bienfaits et d'énergie nous permettant la vie, est une gigantesque centrale atomique qui nous renvoient ses effets bénéfiques...et parfois mais rarement, fort heureusement, ses effets maléfiques. A nous de trouver la maîtrise naturelle de son énergie. Dieu pourvoit à tout...pour autant que nous travaillons dans son sens et non dans le sens de Satan.

Pour terminer ce billet, nous avons trouvé ceci dans nos recherches d'images pour « dragon nucléaire » sur Google.

Vendredi 18 mars 2011 5 18 /03 /Mars /2011 03:44

Puissent ces lignes n'être que simple fiction...

Qui mourra verra ter

 

 

Ils avaient affronté

Cette incroyable rage

D’éléments déchaînés

En injuste tribut

 

Lors la bête blessée

Exhala de ses flancs

Cette brume mortelle

Qui baisa les nuages

 

Dans sa lente agonie

Le dragon nucléaire

Sur les rives du Styx

Cracha ses sombres flammes

 

Et pour la multitude

Replié sur les monts

Leurs yeux exorbités

Virent seconde mort

 

Celle infligée par l’Homme

Prétentieux et cupide

Qui se ment à lui-même

Pour juste trente écus…

 

texte et image tirés de « Houles intimes » blog de Gwen-Maël

 

11:28 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.