30/03/2011

Un pétrolier pour l'eau radioactive de Fukushima

 

Les Japonais doivent trouver des solutions inédites pour évacuer le danger permanent qui contamine la centrale nucléaire de Fukushima. L'eau injectée par milliers de tonnes sur les réacteurs endommagées empêchent désormais tout travail à l'intérieur de la centrale nucléaire.

On devrait donc faire appel à un pétrolier chargé d'embarquer les eaux radioactives, un pétrolier dont on ne connaît pas la destination finale pour vider peu à peu son contenu toxique. Dans la haute-mer, là où la dissolution permettra rapidement de rendre relativement inoffensif, d'après les experts, l'eau rendue à la mer?

La mer devient de plus en plus le dépotoir des humains. Après le drame du puits d'or noir de Louisiane explosé, les eaux radioactives de Fukushima. Pauvres océans. Jusqu'à quand seront-ils capables de rester le réservoir de vie de l'humanité et des espèces marines comme terrestres en se régénérant et en recyclant nos erreurs humaines? Jusqu'à quand resterons-nous toujours des criminels devant Dieu et la nature? Un grand merci à la mer. Elle qui est désormais censée se taire et réparer toutes nos erreurs dans le silence de son âme et de sa grande capacité à nous rendre produits de la mer, eaux de pluie, et bonheur de la contempler comme de voyager sur le dos de ses vagues. La Mer, source d'inspiration et enceinte de toute vie potentielle. L'homme la pollue et lui demande encore d'être aimable avec elle. Peut-être que les tsunamis sont simplement le signal d'une mer qui n'en plus de souffrir des déprédations des humains et qui veut nous dire d'accepter enfin un changement d'attitude, un changement de technologie, un changement dans nos comportements d'êtres humains.

En attendant, la mer reste silencieuse et peu de personnes lui donnent l'attention et l'amour qu'elle mérite de notre part. Car au-delà des baleines et des dauphins que nous aimons tous, il y a l'élément liquide dans lequel nos frères et soeurs mammifères marins évoluent. Car au-delà de l'eau de nos robinets, il y a la mer.

Quand allons-nous comprendre enfin qu'il est plus important encore pour nous de créer les conditions de vie durables à notre futur sur Terre que d'investir des énergies intellectuelles et des sommes considérables dans la recherche spatiale? La mer, notre dépotoir naturel, et notre source de vie indispensable. Comme le cycle de toute existence.

 

08:50 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.