30/03/2011

« Wanted  Révolutionnaires libyens »

 

L'argent du pétrole plus fort que la démocratie. Ras Lanouf est repassé entre les mains des forces à Kadhafi. La population de la Tripolitaine vit désormais en plein western. Chaque habitant ou habitante qui capturera ou tuera un « rat révolutionnaire » recevra de Kadhafi 1.500$ U.S. Soit près de 6 mois de salaire pour un libyen ordinaire. 10 révolutionnaires tués ou capturés = 3 ans de revenu. 100 dans la nasse, et c'est le jackpot pour s'acheter une belle maison.

A la loterie de la mort kadhafienne, s'opposent de jeunes idéalistes, très peu armés, qui offrent leur vie contre le droit à la liberté et à la démocratie.

Si la Chine s'oppose aux bombardements, et encore plus à l'armement par les forces de la coalition de la jeunesse libyenne, qu'elle prétend à la violation de la résolution, la Syrie n'est pas en reste. La ville si bien nommée de Deraa sera tout autant une ville martyre brisée et martyrisée par son despote très souriant. Printemps démocratique ou printemps de la dictature? On poutze la maison de ses rats, on repeint les façades, et on repart pour une décennie complète de tyrannie?

Dans le monde arabe, l'exportation de la démocratie, « pur produit occidental », serait, à entendre ces braves despotes, un complot des nations ennemies de l'islam. Hors, le Coran s'oppose clairement aux tyrans, à tous les tyrans. Hors, le Coran exige la liberté de conscience et de croyance. Mais voilà. Comme nos rois occidentaux de l'époque, et nos rois d'Orient d'aujourd'hui disaient et disent que la démocratie est un produit de Satan, que Dieu est avec la royauté, que Allah, comme jadis le Dieu des chrétiens, n'aime pas les rebelles. Certes. Dieu ne protège pas les gens qui se rebellent contre Ses exigences et Ses commandements. Mais Dieu ne dit jamais que les personnes se rebellant contre l'ordre injuste du monde sont des suppôts de Satan. Au contraire. Il condamne l'idolâtrie des puissants, leur tyrannie, leur cruauté, et leurs injustices. Et Il admet que, face à la violence des tyrans, le peuple se défende par les armes.

Pendant ce temps nouveau théologique, au western kadhafien, des Libyens ont choisi le parti du Diable pour obtenir des tunes de leur Guide. On va désormais appeler ces gens les dératiseurs de la dictature. Cela leur va si bien.

 

Quand il ne reste que la violence pour défendre la cause de la liberté...

 

Dernier paragraphe tiré de l'article paru cet après-midi sur le site du journal Le Monde "Printemps arabe: pas de démocratie sans les femmes" :

"Les femmes activistes doivent changer leur dynamique et assimiler leurs luttes aux luttes politiques", martèle Mozn Hassan, director of the Cairo-based group Nazra for Feminist Studie. Les démocrates du monde entier doivent aussi changer de regard, laisser de côté tout relativisme culturel et comprendre que l'égalité des sexes est le passage obligé de tout projet social véritablement démocratique. L'effort mental requis par un tel changement de paradigme est énorme. Mais cet effort est indispensable car de même que la démocratie n'est en rien naturelle et semble pourtant le régime préféré des humains, de même l'égalité des sexes est la première des promesses d'égalité entre humains.

C'est maintenant que ces femmes doivent être soutenues, pas demain, quand elles auront renoncé sous le poids de leurs traditions et de notre indifférence."

16:00 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.