10/04/2011

A Jazzmine, impératrice de mon coeur

 

Amor Notre amour

 

Ton coeur fondu en mon corps,

ton corps fendu à mon coeur,

comme premier tango de jasmin

au soir d'une révolution sans fin.

 

De nos étreintes charnelles

portées sur le dos des chamelles

surgissent les soleils de nos fusions

gravées au fond des terres de passion.

 

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

 

O Islam

pourquoi tant de larmes amers,

sans identité, sans bonheur,

ces armes de guerre à chaque heure

frappant le sol natal de notre Terre,

de ce sang d'enfants et de femmes versé

sur le draps pur de notre amour nuptial?

 

O Islam

pourquoi rêver d'amours indéfectibles

avec elle quand la fête devient impossible,

que cette musique sensuelle qui nous enivre

sera déjà la dernière à nous survivre?

 

Poète et professeur d'arabe

sentez-vous vibrer ce nouvel air du siècle,

témoin du Jour Premier de Notre amour?

Poètes et chanteurs romantiques,

portés Sur le dos du dromadaire lunaire,

véhiculant notre amour millénaire.

 

Départ Marsa, arrivée Goulette,

écritures saintes et sacrées de notre livre,

face à face, Levant Gloire à Dieu,

nos corps Couchants unis

au ciel du Parnasse Gynécée.

 

Demandes et prières arrivant par vagues,

mes rivières de douceur jetées à ta fougue

s'écoulant dans Notre océan d'azur

nous faisant languir d'attente et d'éreinte

à nos étreintes vives, brûlantes, inassouvies.

 

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

 

Nos lèvres mordues, mordantes,

sang pour sang gonflées

dans un soupir exaspéré, endiablé.

Et cette heure qui n'aura point de fin

de nos corps à corps

que tu habilles de tes soupirs

et déshabilles de ton plaisir,

refusant de prendre à ce glaive

avant de tout donner à ma sève,

cassés d'amour au petit matin,

dos bleui, coeur chamboulé,

et tranchée labourée.

 

Corps et graphies

de la geste érotique

pour un festin unique

au Mille et une Nuits.

 

O Allah,

pourquoi donner en cadeau son amour

à un trop pauvre troubadour de mystère?

O Allah,

pourquoi lui donner le rêve unique de D'Ali

plutôt qu'un tableau surnaturel de Dali

en gage de notre Amour à cette fête spirituelle,

aux amis pavoisant à notre bonheur rituel?

 

Tes ouvertures de dentelles m'appellent

et perlent de mille gouttes de miel;

Mon sabre tendu à ton feu ardent

pénètre d'ardeur tes chairs de velours

comme l'appel au grand djihad de l'amour ,

comme le samouraï de l'océan renversé

sur le chaudron infernal de la dictature.

 

Pourquoi cette violence atroce

à deux pas de nos noces, bébé?

 

Et cette fille d'émeraude imaginaire

aux cheveux châtains, aux yeux verts,

cette fille à la bouche carmin de sa mère,

longue comme une liane tendue sur la mer,

cette fille sortie de ton imaginaire

ne sera-t-elle jamais qu'une chimère

dans nos têtes, O Jazzmine, chérie?

 

O Jazzmine,

D'Ali ne viendra jamais que l'amour.

Il mourrait pour toi de t'avoir manqué

reliant ton ciel à lui pour l'aimer.

 

O Jazzmine,

voici notre coeur d'Orient et d'Occident

réunis devant tous les Hommes,

devant ce parterre de fleurs

poussant en couleurs et en nage

sous nos soleils rougis de Carthage.

 

Notre mariage ne ressemblera jamais à un mirage.

C'est le plus grand mariage de Notre histoire

réunissant Occident et Orient

dans le même et unique amour.

 

Pleure pas, bébé.

Ne crie pas, bébé.

N'attends plus, bébé.

Dis sensuellement ou impérativement

« O ouiiii, amour, plus fort, plus fort, plus fort encore. »

 

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

Amor Notre amour.

 

Copyright pour la vie à cette adresse e-mail:

Rêvdejazzmine@révolution.love

 

Photos-0147.jpg

 

 

Photos-0156.jpg

 

Photos-0148.jpg

Photos-02344.jpg

Photos-0236_1.jpg

Photos-02277.jpg

 

IMEN BAMBI dit « Jazzmine »

danseuse chorégraphe au Laïco Djerba, Tunisie


just married with:

ALI PACHA K MAC dit « D'Ali »

artiste du réel sur « blogs 24 HEURES », Genève, Suisse

 

Photos-0237.jpg

 

« mariage electro-house de Jazzmine et D'Ali »

 


 

Imen et Ali, pour la Vie

05.04.2011

Mohammed Saadaoui, professeur d'Arabe, témoin de mariage à Marsa, Tunis.

Hatem Guizani, poète-parolier tunisien, témoin de mariage à Marsa, Tunis,

chanson " tir biya " écrite par Hatem Guizani, mise en musique par Sami Ben Saïd,

interprétée par Wafa Boukil

 

12:54 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.