16/05/2011

Kadhafi pue la charogne, Benghazi a gagné

Tout arrive en ce monde. Même la liberté de vivre ou de mourir.

 

Peuples enchaînés

pris entre racines du mal

et fleurs de jasmin.

Peuples hurlant aux loups

quand les chiens aboient.

 

La caravane trépasse.

La bouche maudite crache sa bave.

Paix pour les braves.

 

Benghazi devait mourir.

Ils sont restés debout.

La charogne a changé de camp.

Les rats ont changé de bord.


Le superbe roi va mourir

et le peuple va renaître imberbe.

C'est la loi du Verbe

et celle des poètes.

21:28 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Appréciez de votre temps, merci pour le partage J'ai toujours suivi votre blog, j'ai appris quelques louboutin soldes petites choses à partir de votre blog, tiens à remercier yo-vous, j'espère que vous avez un jour heureux post-Nice, j'ai aimé la fa?on dont il est mis méthodiquement. Il convient de mon apprentissage, merci de donner une telle poste utile J'aime le style de votre écriture au poste et vous donner un petit conseil vous peut contenir quelque chose dans l'homme, christian louboutin chaussures qui aideront votre post plus coloré, mais merci pour le post en personnel, je dois dire que votre poste est assez belle, vous pouvez apporter de nouvelles idées il fera de votre post plus mieux. post-Nice, il est très facile à comprendre, tout comme les étudiants regarde les livres de classe, il me donne un sentiment standard et massiness, ils sont utiles pour moi, merci pour le partage votre site contient de l'information un fort impact Escarpins Louboutin noirs très privé en cuir verni bouts ouvertsvisuel et la couleur, la langue est courte et il est facile pour tout savoir a un diffuse rapidement, l aiment ce style, merci pour l'excellent travail excellent travail, votre poste est très professionnel et amical, je suis venu visiter, il mérite notre apprentissage, peut-être la prochaine fois que je peux écrire comme ?

Écrit par : Christian Louboutin Plats | 19/05/2011

Les commentaires sont fermés.