21/05/2011

"Un troussage de domestique" selon JFK

La France n'est pas sortie de la monarchie! Et le plus grave dans l'affaire DSK, c'est que ce sont deux représentants éminents de la démocratie, BHL et JFK (Bernard-Henri Levy, philosophe, et Jean-François Kahn, ex Rédacteur en Chef de l'hebdomadaire "Mariane") qui nous donnent le "la" de l'état psychologique, sociologique, et sentimental de cette France du début du XXIème siècle.

Comment ose-t-on prétendre qu'un troussage de jupon exercé de force par un homme sur la personne d'une employée d'hôtel peut s'apparenter à un droit de cuissage digne du Moyen-Age et de ses roitelets de l'époque? Comment, surtout, les paroles inouïes de personnages aussi célèbres que BHL et JFK ne mettent pas le feu à la République de France et à son fameux slogan "liberté, fraternité, égalité"?

Du pain béni pour Marine le Pen et son parti. Toutes les personnes qui ne se reconnaissent plus dans cette façon de parler à deux vitesses de la démocratie se réfugieront dans le discours de Marine, discours plus droit, plus égalitaire, plus juste, mais hélas aussi nettement xénophobe et offrant son verbe à la préférance nationale plutôt qu'au développement des chances pour un avenir multiculturel plus serein nécessaire à un pays qui connaît les injustices criantes pour l'emploi entre Français d'origine et Français aux origines multiples ou étrangers en situation de précarité.

Mais revenons au "viol". En Suisse, et c'est troublant vu la sympathie mutuelle  que s'expriment Marine le Pen et Oskar Freysinger, la vache mascotte du PDC (parti démocrate chrétien, au centre de l'échiquier politique) vient de se faire sodomiser ou a subi une saillie de la part du taureau UDC qui passait sous la plume d'un dessinateur tendance UDC. Oskar trouve cela formidable, si formidable de voir ainsi le PDC, qui n'a rien demandé ni surtout voulu, fertilisé de force par la taureau UDC. C'est du symbolisme. Mais tout de même. Cette façon de faire caractéristique d'un parti qui se prend pour le maître de notre pays. Nous serions donc tous les domestiques de Christoph Blocher et ses acolytes. Marine le Pen devrait bien se méfier d'Oskar à moins qu'entre gens du milieu on ne prend plus de force mais on se courtise et on finit au lit pour se compter fleurette.

Exactement le même rapport "sain" existant entre Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn, socialiste pourtant. Le drame, il est bien là. En sexualité, on dirait qu'il y a deux manières autorisées en ce monde. Entre gens du même milieu, la décence veut que l'on se séduise. Entre gens qui se méprisent ou entre dominants et dominés, le plus fort prend de force avec tous les droits qu'il s'octroie pour lui et ses petits copains. Si ce n'est pas un comportement de type mafieux, qu'on me le dise...Car la mafia, souvenons-nous, c'est d'abord un milieu qui fait sa propre loi, qui renie l'Etat démocratique, et qui établit ses propres règles en fonction de la dominance des uns sur la soumission des autres...

Déçu par JFK. Déçu par BHL. Dégoûté par DSK. Je ne suis qu'un citoyen d'un Etat démocratique qui n'approuve plus du tout la façon de mes contemporains de voir et de faire (ou défaire...) la démocratie. Cependant, rien ne me détournera de mon désir de liberté, de fraternité, et d'égalité entre nous tous.

Toute la communauté guinéenne de France et le peuple Peul avec Nafissatou Diallo. Un peuple maltraité et violenté au cours de son Histoire, qui veut, après l'acte de barbarie commis sur la femme de chambre, réparation et retrouver l'honneur comme la fierté de défendre leurs droits, leur liberté, et leur égalité devant la Justice. DSK est dans de sales draps. C'est peu dire...

16:26 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.