13/07/2011

« Les premiers adversaires de la vérité se sont les pères et les maris »

 

Nanfadima Magassouba, citoyenne guinéenne d'origine malinké et Présidente de la coalition nationale pour les droits des femmes parle ainsi de la culture de l'impunité du viol qui règne encore aujourd'hui dans les pays africains.

L'affaire DSK est devenue l'affaire Nafissatou Diallo en Guinée. C'est elle qui est au centre de l'intérêt national de tout un peuple divisé en trois ethnies principales. C'est elle que l'on maltraite désormais verbalement où que l'on défend avec force et conviction. Les hommes eux-mêmes sont très partagés quand à savoir si Nafissatou est dans son bon droit de parler ou aurait du à jamais se taire sur la relation sexuelle forcée ou consentie qu'elle a vécue avec DSK.

La triste réalité du silence et du tabou autour des viols et attouchements exercés régnant dans les cercles familiaux reste d'actualité. Incestes et pédophilie exercée par le père, l'oncle, le cousin; prises d'assauts sexuelles clandestines exercée sur de jeunes femmes laissées seules un instant dans un lieu trop discret; femmes et jeunes filles mariées ou non, consentantes ou non, l'homme ne regarde même pas, ne se questionne jamais sur son acte de nature criminelle ou licencieuse. Il prend et abandonne, laisse la femme à sa honte, ses remords, le cerveau laminé et embrouillé par les souvenirs. L'a-t-elle recherchée? L'a-t-elle désirée? L'a-t-elle anticipée, cette relation honteuse? Ce sont ces questions-là qui trottent dans sa tête et non l'envie de traîner en justice et de cracher au visage sur celui qui à oser la forcer. Comme si, de fait et dans les actes quotidiens, la femme avait moins de valeur que l'homme, était un objet de satisfaction purement visuel et sans cerveau, ni coeur ni âme, un instrument de plaisir aux mains du pouvoir des hommes qui se permettent tout, y compris le droit de cuissage envers leurs propres filles.

Cette petite phrase qui donne le titre à mon billet ressemble à ce qui se passe lors d'une guerre. Si les médias n'étaient pas présents pour constater et chercher la vérité, tout ne serait que mensonges et duperies sur les violences et les tortures exercées réellement envers les perdants et perdantes du moment. La femme africaine est en situation de guerre. Et l'Européenne, avec Anne Sinclair en leader incontestée de la femme dominante qui accepte sans broncher les égarements de son mâle dominant, soutient la cause de toutes les formes de machisme. Honte à un certain journalisme...

Avec le siècle des Lumières. on se croyait peu à peu en territoire libérée du joug masculin. Avec DSK et son épouse nous sommes retombés trois siècles en arrière où la puissance était maîtresse en toute situation de la conquête sexuelle. Le french lover DSK s'apparente simplement à l'image de la brutalité et de la bestialité. Et si certains citoyens et citoyennes français se reconnaissent dans le couple DSK-Anne Sinclair, la petite phrase de Madame Magassouba destinées à ses compatriotes guinéens peut-être appliquées à une certaine France profonde et rétrograde.

Beurk l'amour. Le french kiss s'est pris du plomb dans les ailes du désir en ce début d'été. Et le Général DSK, Chef des armées masculines semble vouloir profiter de la torpeur estivale pour endormir et congeler les droits des femmes à se défendre en cas d'agression.

Mais dans les tranchées, les journalistes et autres blogueurs veillent à ne pas faire de la soldate du balai un ramassis d'ordures, une femme sale, vénale, perverse, rejetée de toute sa communauté, perdant de surcroît son travail et sa santé à cause d'un abuseur machiavélique s'attaquant à la fragilité et à la précarité d'une perdante ordinaire. Le FMI se retrouve sur la sellette...avec DSK.

 

http://www.guineetv1.com/wp-content/uploads/2011/07/Le_visage_de_Nafissatou_Diallo.jpg

Peut mentir occasionnellement;

peut se tromper occasionnellement,

peut vivre une relation sentimentale douteuse;

a le droit inaliénable de refuser une relation sexuelle sous la contrainte.

10:51 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.