14/07/2011

Tristane et Nafissatou, deux femmes sur le volcan Yasur

 

Il va bien falloir éteindre l'éruption de gaz, de feu, et de pierres. L'affaire sent tellement le soufre et la cendre. Les coulées de lave et de boue n'en finissent plus de s'étendre. Il est Yasur l'Orgueilleux, trop sûr de lui et de sa puissance de feu. Elles sont les jouvencelles sacrifiées aux dieux médiatiques...

Le mot « volcan », découle de Vulcānus(4), un des trois fils de Jupiter et de Junon, patron des forgerons, qui avait installé ses forges dans le cratère « Volcanie », aujourd'hui « Vulcano », situé en Sicile dans les îles Éoliennes, et résidait sous l'Étna. Ce dieu, si laid, si difforme, était, de tous les habitants de l'Olympe, le plus laborieux et, en même temps, le plus industrieux. C'est lui qui, comme en se jouant, fabriquait les bijoux pour les déesses et qui, dans l'île de Lemnos ou dans l'Étna, forgeait les foudres de Jupiter. Il eut l'idée ingénieuse de faire des fauteuils qui se rendaient d'eux-mêmes à l'assemblée des Dieux. Il n'était pas seulement le dieu du feu, mais aussi celui du fer, de l'airain, de l'argent, de l'or et de toutes les matières fusibles. On lui attribuait tous les ouvrages forgés qui passaient pour des merveilles : le palais du Soleil, les armes d'Achille, celles d'Énée, le sceptre d'Agamemnon, le collier d'Harmonie, la couronne d'Ariane, le filet invisible dans lequel il prit Mars et Vénus...

 

Craints, respectés et appréciés pour la fertilité qu'ils prodiguent aux terres, les déchaînements des volcans sont redoutées par les hommes. Monstres charriant la pierre et le feu, entrée des enfers, monde souterrain, létal et sulfureux, ils n'ont eu, n'ont et n'auront de cesse, de drainer leur lot de légendes et de superstitions, d'inspirer de nombreux contes et allégories tels l'Atlantide de Platon ou le Voyage au centre de la Terre de Jules Verne... À travers les temps, l'homme a toujours tenté d'expliquer ces phénomènes à l'aide de l'animisme, de la mythologie, des religions et de la science. L'éruption est signe pour certains de la colère des dieux, pour d'autres, elle est annonciatrice de guerres, de famines ou de naissances.

Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes expliquent les éruptions volcaniques et les tremblements de terre par des kyrielles de récits mettant en exergue des forces surhumaines et des Déités toutes-puissantes. De nombreux mythes attribuent ces phénomènes aux ires de leurs Dieux et de leurs Idoles ou aux esprits maléfiques qui hantent les volcans pour châtier les hommes. Si les Romains croyaient que Vulcain, sous l'île de Vulcano, provoquait une éruption chaque fois qu'il travaillait le métal et déclenchait les écoulements de laves bouillantes et de cendres brûlantes, les Grecs pensaient qu'Héphaïstos, leur dieu du feu, dès qu'il activait sa forge pour battre le fer, faisait cracher des flammes au sommet de l'Étna sous lequel il vivait et travaillait. Les Hellènes croyaient que l'Atlan­tide, l'île mythique du Timée, puis du Critias, de Platon avait été détruite par des tremblements de terre et engloutie lors d'un immense raz-de-marée associé à l'explosion d'un volcan, en un jour et une nuit, parce que ses riches habitants étaient devenus trop orgueilleux.

Tout autant, les volcans ont été vénérés par les civilisations précolombiennes car, depuis la nuit des temps, ils y règnent en maîtres, imposant leur fureur ou accordant leur mansuétude. En ac­tivité, assoupis ou simplement endormis, ils dominent les paysages et les esprits. Les Aztèques, les Mayas, les Olméques, les Incas, les Tiwanaku et toutes les civilisations amérindiennes, méso-indiennes et pré-andines, sacrifiaient de belles jeunes filles aux Déités toutes-puissantes qui vivaient dans les lacs de lave. Au Mexique, avant la conquête espagnole, une partie importante de ces volcans étaient craints et vénérés comme des dieux. Des offrandes étaient déposées au sommet des édifices volcaniques et des rituels étaient organisés pour demander les faveurs du Dieu invoqué : pluie, récoltes prospères, victoires guerrières…

Sur l'archipel du Vanuatu, - les Nouvelles-Hébrides -, un arc volcanique se prolongeant, au nord, vers l'archipel des îles Salomon, par les îles Santa-Cruz, le volcan Yasur est un esprit vivant, enterré par deux femmes, sur lîle de Tanna, la maison de la terre. Si le volcan grondait, expulsait des panaches d'éjectas, de cendres et de bombes volcaniques, et crachait de la lave cela voulait dire que le Dieu désapprouvait l'action d'un homme. Volcan sacro-saint pour les mélanésiens, son accès, sans l'autorisation du Chef du village, est interdit car seuls les initiés en peuvent gravir ses pentes.

Il a fait pleuvoir les bombes médiatiques. Il a juré-craché qu'il disait la vérité et qu'elles mentaient. Il a poursuivi en diffamation Tristane Banon et a dit de Nafissatou qu'elle était une affabulatrice. Il a exigé sa libération. Mais pris dans ses propres fers, Yasur l'Orgueilleux va devoir se rendre à la justice des femmes pour que les hommes ne réveillent leur volcan que dans les conditions de fertilité qui plaisent en tous temps et en tous lieux aux femmes... Le FMI était son royaume. L'Euro plonge, les Etats démocratiques font faillite, les peuples en paient la facture sociale. Après l'extinction du volcan Yasur, tout sera à reconstruire sur la planète démocratique Europa.

P.S. Merci au blog « Des orchidées et des orties »

07:55 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

De belles évocations des volcans mystiques, des volcans de l'âme, et de ceux de la nature, qui sont bien plus en relation qu'on ne l'admet en général. Hugo même disait que les tempêtes étaient des colères de la nature! Mais Hugo était l'un de ceux qui avaient reçu le droit de gravir les pentes du volcan pour converser avec son esprit!

Écrit par : Rémi | 14/07/2011

Merci de votre commentaire, Rémi. Notre système est à bout de souffle. Aurons-nous la volonté, l'énergie, l'amour, le respect, pour réussir à basculer vers une autre culture planétaire? J'en doute fort. Les masses moutonnières sont plus fortes que les individus eux-mêmes...mais un miracle est toujours possible...les êtres humains sont si surprenants, au fond.

Bonne soirée à vous.

Écrit par : pachakmac | 14/07/2011

Les commentaires sont fermés.