30/10/2011

Drones de guerre au-dessus de la Libye

 

La terreur invisible vient du ciel. Sans les drones de l'OTAN et sans un téléphone satellite volé à un journaliste occidental, Muammar Kadhafi serait encore vivant et en fuite pour un pays étranger.

Drôle de guerre où la mort est orchestrée et donnée à très grande distance. Des pseudo-pilotes installés dans des cockpits à même le sol, et des mécaniques volantes qui survolent nos têtes prêtes à ferrailler sur les cibles. A ce jour, les objets volants non habités, les OVNH, sont la cause de nombreuses victimes collatérales, femmes, enfants, hommes, habitant paisiblement leurs maisons où roulant sur la route pour aller au marché voisin ou encore rendre visite à la cousine malade. Imaginons un instant un détournement pirate de ses fantômes du ciel par des forces obscures mais bien organisés technologiquement, et voilà que ses drones pourraient se mettre à bombarder le camp même d'où ils viennent.

Une guerre où les moins bien équipés en technologie ont intérêt à combattre sans infrastructure, sans armement lourd, sans même la possibilité d'atteindre l'ennemi. Condamner à une guerre des mots où seul l'idéal peut éventuellement faire la différence devant les assassins assis à des milliers de kilomètres de là. Mais pour gagner les coeurs et les esprits, il ne faut pas vouloir la guerre entre les hommes et les cultures. Il faut s'intéresser à l'Amour et à la Paix. Seul chemin qui conduit à la rédemption puis à la réconciliation entre les peuples, les religions, les cultures.

Une guerre est le prolongement de la politique une fois que la diplomatie a échoué. Mais quand la guerre n'a plus d'honneur, plus de risques de mourir pris par le dominant, le dominé a pour mission de démontrer au monde sa juste cause, sa juste vision pour que le peuple agressé devienne un peuple libéré de la peur et de la haine que les autres peuples ont envie d'épargner, d'admirer et d'aimer face aux armes inhumaines de leurs gouvernements insensés. Est-ce le nouveau sens donné à la guerre moderne quand les dominés n'ont plus aucune chance d'obtenir militairement la victoire? Aimer avant de mourir. Car haïr ne mène qu'à la trahison de soi et des autres.

16:07 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.