31/10/2011

Vengeances libyennes

 

Le cycle de la violence ne va pas s'achever avec la disparition du dictateur libyen. Les hommes, désormais armés dans l'anarchie d'une révolution sanguinaire et couverte par l'Occident, s'organisent et sèment la terreur tribale parmi les populations.

Ils devaient être l'exemple d'une contre-pouvoir responsable épris de justice et de droits pour tous. Ils devaient marcher sur Tripoli et dire STOP au boucher qui voulait leur mort. La boucherie n'a pas assez duré. Alors ils se sont installés en justiciers sanguinaires, installés de nouvelles zones de non-droits. Car la liberté pour eux signifie prendre le pouvoir et dominer leur petit monde.

Est-ce écrit quelque part dans le Coran, ô soeurs et frères musulmans? Tant de fois vous avez appelé Allah à votre secours. Tant de fois vous avez invoqué son aide. Pour faire ça? Pour détruire des familles? Pour empêcher une réconciliation? Pour ne pas faire de vous des héros démocratiques beaucoup plus sympathiques et amicaux que les bourreaux du clan Kadhafi? Implorer Allah, et le trahir de la façon la plus satanique?

Réveillez-vous, ô soeurs et frères musulmans de Libye. Allah ne demande pas vengeance. Il demande réparation et pardon. Suis-je un mauvais frère musulman pour vous tous qui voulez que la religion d'Allah soit la vraie, celle du dernier prophète de Dieu?

Vengeance Is Mine (A Moi La Vengeance)

Rien de bien compliqué : la haine, la vengeance, la violence.

Je suis assommé, vous m'avez pris par surprise
Frapper puis s'enfuir - vous vous êtes surpassés !
Passé à tabac, je ne vous ai pas vu me tomber dessus
Comment aurais-je pu ? ... Mon troisième oeil est dépourvu de vue

Nous n'en avons pas fini, je vous pourchasserai
Un par un... Je vous expédierai tous en enfer !
Lâches sans visages et sans noms, vous ne pouvez pas vous cacher
Le moment de vérité arrivera

Attaquez par derrière et cassez-moi la gueule
Frappez-moi à terre !
Poignardez-moi dans le dos, bâtards
Arrachez mon coeur de ma poitrine !
Je me relèverai de mes cendres, de cette épave que je suis
Du naufrage
Je suis sur votre piste, bâtards
Oeil pour oeil ne me suffira pas - à moi la vengeance !

Je rêve de vous éclater le crâne
De réduire vos cerveaux en bouillie
Sans relâche... Je vous observe, je vous traque, je vous suis
Et le massacre commence

Attaquez par derrière et cassez-moi la gueule
Frappez-moi à terre !
Poignardez-moi dans le dos, bâtards
Arrachez mon coeur de ma poitrine !
Je me relèverai de mes cendres, de cette épave que je suis
Du naufrage
Je suis sur votre piste, bâtards
Oeil pour oeil ne me suffira pas - à moi la vengeance !

 

09:19 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

"Les hommes, désormais armés dans l'anarchie d'une révolution sanguinaire et couverte par l'Occident, s'organisent et sèment la terreur tribale parmi les populations."
Teufel! Vieux motard que jamais... Enfin... Votre attitude à un nom, ja! Ce nom sert aussi de titre à une anciennen chanson de Dutronc, mais qui n'a pas vieilli!
Suffite jetzt!
=@rb=(+) r TO-I permanenz

Écrit par : redbaron 'r TO-I permanenz | 01/11/2011

Les commentaires sont fermés.