12/11/2011

Un petit conte pour mon frère et ma soeur

 

Un petit conte, est-ce une histoire vraie? Une histoire vraie, est-ce un conte à dormir debout? Ci-dessous deux histoires magnifiques dont une passe actuellement au cinéma. Merci aux sites Chantelavie.com et Manon.org, qui donnent à lire des histoires précieuses. Je vous conseille la lecture de "Le dauphin et l'enfant", une histoire d'amitié profonde, écrite par Ghyslaine Correggia dit "GIGI" et reproduite sur le site de Chantelavie.com. Je ne peux malheureusement pas reproduire cette histoire ici pour cause de protection des données et droits d'auteur.

La seconde histoire qui passe actuellement au cinéma est tout aussi émouvante. Sans faire de commentaire, j'y ai rajouté une oeuvre musicale "à la 007" deVladimir Cosma, auteur roumain, oeuvre qui se nomme "Black Flower". Histoire de rapprocher des histoires d'animaux et d'humains à des histoires d'hommes et de femmes... avec au passage l'inversion toujours possible entre ce qui est humain et ce qui est animal dans une histoire d'amour...Chasser croiser...Cet hiver, Winter le dauphin, ce meilleur ami des hommes, nous donne froid dans le dos. Va-t-il être sauvé et veut-il être sauvé? Car le sauveur a-t-il voulu être sauvé quand il mourut sur sa croix? Ou est-ce les hommes qui ont refusé de le sauver pour cause de complexe de supériorité puisqu'il parlait au nom de Dieu? Bigre. Quelle prétention! Quel orgueil! "Complexé", ça c'est ma dernière épouse, avant de partir, qui me l'a maintes et maintes fois reproché par manque de confiance et de croyance en son amour. Etait-ce un complexe de supériorité ou d'infériorité? Un psy le dira un jour très certainement. Pour ma part, je ne fais pas de la psychologie. Je vis ma vie avec mes joies et mes douleurs. Si je pouvais faire sans mes complexes, cela m'irait ma fois fort bien. On naît à l'existence comme on est. Et je n'ai d'autres prétentions que d'aimer mal ou d'aimer bien. Aux autres de se prononcer.

Je vous laisse à vos interrogations fécondes. Et n'oubliez pas d'aller lire « Le dauphin et l'enfant ».

 

14:47 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Et ba les psys ça vous ronge!

Écrit par : Cristal Gagnante | 12/11/2011

Où l'on voit ce manque flagrant de l'esprit & éthique suisse
- de salariés suisses d'origine compétents
- virés, licenciés sans autre et sans indemnités

Écrit par : graphycs | 12/11/2011

Graphycs, je vous conseille d'aller jouer Robespierre aux Bastions. J'y viendrai en Gavroche et l'on fera boire la tasse à Lucius Vasella en hurlant et répétant sans fin jusqu'à ce que les emplois soient tous rétablis "Cassius Lucius / Gracchus te pine à la vaseline". Oups. J'ai dit des grossièretés insupportables à ce Monsieur. Gare aux représailles. Les avocats sont si chers de nos jours. Et lui est millionnaire et moi misérable. Je n'aurai aucune chance devant la guillotine de Novartis, ce bien de santé pour toute l'humanité.

Écrit par : pachakmac | 12/11/2011

Ce blog n'est juste que l'élévation de votre ? Très loin de celle de la spiritualité! Circulez y a rien à voir!

Écrit par : Cristal Gagnante | 12/11/2011

Les commentaires sont fermés.