10/12/2011

Foutre le Bordel et faire la Révolution

Tristan Cerf est un rédacteur « inflammatory », séditieux, en français. Dans son billet du politblog en date du 9 décembre, « Les indignés ne servent à rien », il secoue ces mêmes indignés des Bastions endormis dans leurs sacs de couchage en duvet d'oie tout en frappant du tocsin de sa plume: « Et la révolutions, Bordel? »

Il avoue son admiration pour les révolutionnaires et les idéalistes radicaux. Il demande aux indignés helvètes de se soulever et de se mettre en mouvement avec de vraies idées neuves. Surprenant de la part d'un des directeurs en chef de la Julie. Est-ce par pure provocation? Où y a-t-il une part de sincérité dans ses mots?

Les Suisses n'aiment pas le désordre. C'est une évidence. Etre révolutionnaire dans ce pays, c'est passé au mieux pour un doux illuminé, au pire pour un dingue terroriste.

Chez nous, les seuls "révolutionnaires" qui font des émules sont des professeurs d'université comme Jean Ziegler ou des politiciens comme Pierre-Yves Maillard. Quant aux autres qui se tiennent en marge de l'intelligentsia, ils passeront toujours pour des dingues ou des rêveurs qui font un peu trop tâche dans le paysage sage de notre nation.

Foutre le bordel, c'est par exemple croire en Dieu dans une époque athée et avoir comme amies des prostituées et des religieuses ou des réfugiés un peu délinquants et des riches décadents. Des paroles libres un peu trop audacieuses pour s'exposer en grand et en large dans les rédactions des grands quotidiens ou à la télévision. Un révolutionnaire, chez nous, conduit son bordel tout seul et attend la mort pour être quelqu'un digne d'offrir ce bordel de luxe au grand public du pays du propre en ordre.

Voilà pourquoi ils s'endorment tous dans des sacs de couchage en duvet d'oie en attendent que l'hiver passe son cap afin de continuer de ne servir à rien jusqu'au printemps prochain à une nation helvétique encore trop opulente pour s'intéresser aux largués du système qui poétisent le monde. Ils se réveilleront alors et rejoindront les bancs pour offrir du jasmin aux enfants passant dans la rue. Rester un enfant dans la carcasse d'un adulte, c'est peut-être la meilleure façon de dire aux adultes de faire leur révolution. Et ton âme de môme. Bordel!

J'avais trouvé l'amour

mais elle a pris la poudre d'escampette.

Peut-être avait-elle envie de galipettes

dans la voiture d'un sourd

et que muet d'admiration je suis resté

à attendre une nouvelle révolution

qui lui dirait que son quinqua est mort

d'avoir pas pu lui montrer

qu'il n'était pas un aîné largué

mais un être humain vieux d'un combat

de 20 ans resté  jeune comme un indigné de 17ans.

 

16:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Alors là mon petit pachakamac, vous avez encore envie que ça saigne! Avez-vous et Monsieur Cerf aussi, préparé une quelconque stratégie, une tactique, qui permettra au plus grand nombre de s'en tirer? En cas de grève générale, d'abandon de poste, etc. J'en doute! Vous et Monsieur Cerf êtes spectaculairement niais!
Prenons vos exemples maintenant:
Selon vous, Mesessieux Ziegler et Maillard* sont révolutionnaires! En quoi? A vous...

A moi: Pour leurs beaux costards dont en en vendant UN seul on donnerait par ex. à bouffer quelques mois à une famille, dont la défense est effectuée de manière profesionelle par Mr Ziegler? Il va falloir m'expliquer!
PYM, s'il devient conseiller fédéral touchera un salaire je ne sais de combien de fois supérieur, mais beaucoup, par rapport au plus pauvre de ses gouvernés dont paraît-il il assure la défense! Sans compter TOUS les autres avantages du poste! Et qu'a fait Monsieur Maillard ces dernières années? Un ou deux scandales faciles? Ou le peuple n'a rien gagner d'autre qu'une dose "d'indignation"? Le responsable de l'accentuation des contrôles –aveugles- aux services sociaux vaudois, c'est lui! Y a-t-il eu une seule "réforme" ou amélioration pour le peuple sous le règne de PYM que vous puissiez citer?
Voilà vos "révolutionnaires" dépeints en traits assez brefs! Insistez un peu, et vous aurez la suite.
Quant à leur "descendance", Dieu nous en préserve!
Reste le côté autoritaire! En vous lisant, on pense à Sarkozy pour ne pas dire pire! Vous voulez donc « remettre les gens à la Tâche/travail »? Leur botter le cul? Les sortir de leurs sacs de couchages définis ici comme « un luxe »?
Et à ce propos comment savez-vous qu'ils sont en duvet d'oie, vous avez le même modèle?

Ne "servir à rien", nous en apprécions tous les sous-entendus! Et vous? "Servez-vous" à quelque chose? Puisque selon vous et hélas tant d'autres il faille "servir", comme tous les objets vendus (jusqu’aux organes maintenant)!
Le reste de vos confusions, que ce soit de "l'époque athée" (alors que nombreux sont ceux qui présentenement tuent "au nom de Dieu"), à la nature de vos amis érigés en modèles rimbaldien (hélas pour vous, nous ne vous appellerons pas Arthur) ne méritent pas qu'on s'y attardent.
Si nous avons émis dès le départ quelque critique sur "l'indignation" en tant que mouvement, votre critique et celle de Monsieur Cerf d'ailleurs, se valent! Sous le masque « révolutionnaire »…
Elles appellent le retour des vielles valeurs!
En celà s'il n'y a vraiment pas d'autre choix, nous préférons les naivetés de ceux qui hibernent dans les parcs.
Bien à vous
Kurt Deroy, pour
T-O I

*C'est votre choix, dans ce paquets de nouilles de politiciens je ne choisis pas! date de péremption périmée depuis... Toujours, en fait

Écrit par : Trio-Octet Infernal | 11/12/2011

Je suis utile à rien. Et je ne tiens pas à être utile. Je suis niais, n'est-ce pas? On a déjà vu des révolutionnaires au pouvoir agir avec les dégâts que l'on sait, n'est-ce pas? Je m'inspire de révolutions intimes. A chacun et chacune la sienne ou les siennes. C'est peut-être égoïste mais pas tant que ça. Parce que lorsqu'on prend du recul sur les révolutions et les révolutionnaires sud-américains ou africains pour arracher le pouvoir, on préfère rester à l'écart de ces manipulateurs qui tordront le cou au peuple sitôt le palais présidentiel piqué au prédécesseur.

Et puis, si la Suisse choisit ses révolutionnaires parmi les élites, cela ne lui réussit pas si mal. Il faut le reconnaître. Restons modestes, Trio-Octet. La Révolution, c'est souvent beaucoup de sang coulé. des familles dans le malheur pour un résultat souvent lamentable. La non-violence est sans doute la meilleure arme du révolutionnaire.

Écrit par : pachakmac | 11/12/2011

Pachakamac, non vous n'êtes pas niais, au contraire, vous savez vous tirer des flûtes, après avoir écrit une chose, vous répondez à un commentaire critique, en soutenant le contraire.
Nous n'allons pas ergoter des siècles, vu la réponse que vous nous faites, disons que nous le terme "élite" singulier ou pluriel, nous les brises menu... Mais il y a les élites autoproclamées et les élites de Pachakamac, qui continue à ne rien dire sur ce que font vraiment ces "élites" (vos 2 exemples).
Et puis zut, perte de temps
Quant à votre demande de modestie, nous vous la retournons!
Saluez pour nous Cristal.
KD pour TO-I

Écrit par : Trio-Octet Infernal | 11/12/2011

Bon PachaBordel! Arrêtez de nous faire la tête! On a besoin de vous pour vous la faire! Car au fond on vous aime!

Écrit par : Cristal Gagnante | 12/12/2011

Les commentaires sont fermés.