16/12/2011

Péripataphysicienne de l'amour

 

Voilà. Ce matin très tôt, vers 4 heures, je cherchais comment définir celle que j'aime (pour celles et ceux qui s'inquièteraient de savoir si je suis encore un nouveau parasite chômeur de la société où si je retravaille, je leur réponds que j'ai trouvé un nouveau job de cuisinier depuis 1 semaine). Donc, vers 4 heures ce matin, je lisais quelques pages de la "Métaphysique de l'amour" par Arthur Schopenhauer.

A la fois comique et tragique, notre mariage ne trouve pas grâce auprès de mes proches. Et comme je persiste et signe dans ma passion amoureuse, j'en essuie tous les reproches. C'est alors que j'ai pensé à la pataphysique chère à Alfred Jarry vu l'absurdité de ma situation devant les Hommes. En même temps, j'ai pensé à l'émission de Temps Présent de hier soir qui présentait la vision tunisienne très crue et définitive d'une femme non-vierge au moment de son mariage: une pute.

Et j'ai essayé de trouver un mot poétique pour définir celle que j'aime et qui est incomprise de tous, chez elle, dans son pays, comme chez nous, dans son pays d'adoption: péripataphysicienne de l'amour. Si je devais en donner la définition je dirais qu'une péripataphysicienne est une femme qui joue de ses charmes pour mettre en pièce la dictature masculine en tenant sa pièce amoureuse emprunte de surréalisme avec l'instinct cruel d'une enfant et une grande souffrance de femme adulte. Une femme qui serait capable d'avoir un enfant de son mari réalisé avec son amant, ou l'inverse. Un monde troublant et troublé où le rire de la comédie amoureuse ferait place aux larmes de la tragédie; où les sentiments profonds se confondraient avec une apparente superficialité et banalisation de la sexualité en lieu et place d'une mise aux enfers religieux des rapports amoureux illicites. Hors rien n'est moins sûr et plus ambigüe ou plus faux chez une femme issue de la communauté musulmane puisque l'amour exprimé par une péripataphysicienne place au second plan l'acte sexuel comme la matérialisation physique de ses amours.

Un monde assez absurde et irréel provoqué par les tensions et les pressions communautaires où les princesses vivent détachées de leurs passions amoureuses, dans une sorte d'imaginaire où leurs nombreux princes d'amour sont présents sur Facebook, sur les chaînes de télévision, ou Youtube en train de leur chanter des tubes romantiques. Quant aux hommes réels de leur vie, ils seraient les projections physiques, nécessaires, amoureuses, et protectrices de leur idéal romantique...

Péripataphysicienne de l'amour. Retenez ce très beau mot savamment intelligent. Il pourrait bien avoir de l'avenir dans notre monde interconnecté où garçons et filles cherchent l'idéal de l'amour, ici chez nous, comme là-bas dans mon pays d'adoption.

 

07:46 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

Eh bien chez vous... La cuisine ça déménage!
Les mots vous mangent le temps en vitesse!
Ce doit être la nature de l'Homme.
En fait.

Écrit par : Cristal Gagnante | 16/12/2011

La Femme peut se réjouir d'appartenir à son mari tel qu'il est capable de la percevoir. Car elle peut à présent s'épanouir en fonction de lui.
La Femme une surprise ? Même pour elle! Qui va pouvoir se connaître...
Chut... Via le temps.
Et les autres les autres ils verront...

Écrit par : Cristal Gagnante | 16/12/2011

Combien son mari lui efface tout le mal qu'elle a subi.

Écrit par : Cristal Gagnante | 17/12/2011

Les commentaires sont fermés.