25/12/2011

Putain, ma Rolex!

C'est l'histoire de Papa Noël pour un type qui vend des sandwiches sur Brooklyn Avenue à New-York City. Il pourrait tomber en faillite parce qu'il a osé le crime de lèse-majesté suprême: donner comme logo à sa petite entreprise le terme de « Rolex Deli »...par admiration pour la firme helvétique. Du coup, la direction de la boîte horlogère de luxe a requalifié cet emprunt affectif de casse non homologué, illégal emprunt à la fameuse marque et atteinte à l'intégrité commerciale de la montre Rolex. Comme disait Monsieur Sagalala, putain si à cinquante balais tu ne possèdes pas ta Rolex, t'es qu'un pôv type. Avec des indemnités en dommages et intérêts exigées pour atteinte à la propriété intellectuelle, Rolex, par sa procédure judiciaire entamée contre le commerçant, a déjà repris la Rolex au pôv type qui n'en était pourtant pas un car ce commerçant s'était offert le Saint Graal qu'il portait avec amour à son poignet. Vendre à l'usure, c'est voler...Reprendre, c'est plus sûr et gagner deux fois.

Sans pitié avec les petites gens qui se mesurent aux grandes marques de luxe de ce monde, la marque helvétique s'illustre de brillante manière en ce Noël 2011. Reste à savoir maintenant si un Président qui se pavanait jadis avec sa Rolex, et qui l'exposait au grand public en la portant au poignet, transgressait lui aussi la propriété intellectuelle de la marque. Car si à tout hasard le Président s'était fait amicalement arracher le bras par Angela Maquerelle...Oups Merkel... lors du sommet sur la crise de l'Euro, aurait-il hurlé sa douleur en s'exclamant « Ciel, Angie, mon bras gauche! » ou plutôt « Ciel ma Rolex, pétasse! ». Quand on dirige la barre tendue bien à droite en direction de la Cancanière allemande, on doit franchement avoir de la peine à se concentrer sur son poignet gauche gaullien.

Depuis, Ali Kebab a vendu aux enchères sa Rolex Delit Old Up pour payer les frais du renouvellement de sa boutique et de justice . Pas sûr que cela sera suffisant pour le sauver d'une banqueroute financière. Cela me fait penser immanquablement à James Bond dans « Vivre et laisser mourir l'Euroïne» en format cadran. Une Rolex très coquine capable de déshabiller les jolies dames tout en scalpant les ennemis de sa gracieuse majesté, mazette c'est pas tous les jours qu'on voit ça.

 

007 DANS

« VIVRE ET LAISSER MOURIR l'EUROÏNE »

Un film de Silvio Broccoli Berlusconi

avec Angelina Jolie Merkel (First Bond Girl), Nicolas Cage Sarkozy (James Bond)

Ram la Rade (Second Bond Girl), Rachida Dette Souveraine (la terroriste)

et les Papas mafieux d'Athènes.

producteurs: Rolex Switzerland

chef d'agence de casting; Moody's et Standard & Poors

Copyright 2012

Avertissement; toute atteinte à l'intégrité humoristique du casting sera poursuivie

pour atteinte à la liberté d'expression et tentative de censure littéraire...

Jésus marchait sur l'eau. James Bond marche sur les crocodiles...et porte sa Rolex parce qu'il n'est pas un pôv type...

00:06 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.