25/01/2012

Comme un remake de mauvais goût du Costa Concordia

Pour Nicolas Sarkozy, tout avait fort mal commencé en 2007 par la polémique autour de l'invitation sur le Yacht de luxe de Boloré. 5 ans plus tard, on retrouve le même Sarkozy avec son faiseur de roi, Claude Guéant, sur une barquette de la navigation française, dans une attitude beauf près du néant présidentiel.

Tout de même phénoménale cette façon clownesque de jouer son rôle présidentiel au Nicolas. Le fait-il exprès? En tout cas, la photo de famille qui circule via les médias fait peine à voir. Après la superbe et l'arrogance du Fouquet's et du "Costa Colomba", le Paloma de Vincent Boloré, Nicolas s'est jeté dans les flots, tombé sans faire exprès, à la mer. Au même moment, il dit qu'une défaite est possible et que perdre fait partie du jeu politique. Cruelle mise en scène d'un capitaine de vaisseau qui a perdu sa boussole mais pas sa Rolex. Le côté bling-bling reste. Où bien? Ô monde cruel, le voilà qu'il est à la manoeuvre mais la dimension du navire à changer. Fallait-il qu'il se mette en image de cette façon? A moins que le pacte secret conclu avec Carla Bruni serait vraiment de perdre la Présidence pour profiter de leur vie de famille? Enigmatique Nicolas. La France a choisi en 2007 un bien drôle de Président qui fait mourir de rire le monde entier. Clown il était. Clown, il restera. On t'aime pourtant bien, cher Nicolas. On se réjouit de la saga familiale avec Carla et Giulia. Nicolas est un homme ordinaire qui a voulu faire des choses extraordinaires pour la France. Ne lui en voulez pas trop. Est-ce la faute à Claude Guéant, le manager et gourou de Nicolas? En souvenir d'une autre histoire extraordinaire:

C'était "pour suivre le conseil du manager, passe par là, passe par là ", disait Francesco Schettino à son ami, en ajoutant: "A ma place, un autre n'aurait pas été aussi coulant pour passer par là mais ils m'ont emm... avec leur passe par là, passe par là ". "Les écueils étaient là mais ils n'étaient pas signalés par les instruments que j'avais et je suis passé", a-t-il ajouté.

 


http://jncuenod.blog.tdg.ch/media/01/00/985551303.jpg


réponse à la polémique par Luc-Chatel

15:34 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Impressionnante Dalida:)
Elle va vite en paroles...paroles...paroles...

Depuis tout à l' heure je cherche à vous dire quelque chose...
Alors franco... Ho ! Chaud à ma taille derrière chaud !
C' est bon pour la vitalité, je crois...
Merci beaucoup.

Écrit par : Cristal Gagnante | 25/01/2012

Cette inénarrable photo... Coincé, rikiki. On dirait que la chaloupe va s'enfoncer. Le décor serait beau si on voyait la lagune en entier. C'est beau une lagune. C'est calme, apaisant. Des cris d'oiseaux résonnent. On est attentif à tout sans stress.

Là, c'est terrible cette image. Terrible pour lui. Destructrice. Il n'est plus rien. Et il le sait. Il s'est fait piéger. Il n'aurait pas dû monter à bord. Guéant est diabolique. Heureusement qu'il y a la très belle NKM, à l'aise en femme blanche dans les terres noires avec ce je ne sais quoi de romantique qui la rend si désirable.

Et le nom de la chaloupe. Au moins ils auraient pu mettre "Costa Egalité".

Même pas. Quelle faute de goût. Si après cela et avec le soutien de Morin il est réélu, ce sera un vrai miracle. L'Elysée deviendra un lieu de pèlerinage plus important que Lourdes.

Bonne nuit Pachakmac.

Écrit par : hommelibre | 26/01/2012

Ò cruauté, nous sommes des vampires romantiques, John. Cela me fait mal de nous lire mais en même temps nous en rions tellement. De désespoir ou simplement de bon sens pour conjurer la catastrophe. Et dire qu'avec un seul cliché, un homme tombe de son piédestal par la symbolique de l'image... C'est terrifiant le média...et si révélateur d'une situation. Le chômage n'a jamais été si haut en France (9,3% et encore à la hausse, ce matin sur France 24). Encore une terrible nouvelle pour lui. La punition globale. Comme un enfer vécu quand on veut se tailler un costard trop grand pour soi.

Nicolas n'est pas un mauvais homme ni un sale mec. Il est juste Nicolas. Et ses solutions dans un temps de crise n'ont jamais été prises au sérieux par les syndicats et les piliers de la République française. Pour moi, c'est net. La seule fois où il a eu la stature mondiale d'un grand président qui représente la France et les intérêts de la démocratie, c'est dans l'affaire libyenne. Il a su créer les alliances indispensables et s'arrêter au bon endroit pour ne pas aller à la catastrophe (intervention terrestre). Là, chapeau Nicolas.

Espérons qu'il soit un homme heureux et comblé avec sa petite famille. Il le mérite. Parce que le lion s'est bien battu même si il n'a pas été entendu des Français. Quant à son rival principal, François Hollande, son ridicule ne tue pas quand il dit que la finance est son ennemi mortel. Côté égalité, les Français sont déjà en train de ridiculiser son programme sur l'"Egalité". Voir sur le Web le geste de ralliement et les *"Las ketchup" de la Révolution au centre. Cela aussi c'est incroyable. La Révolution par le Centre. Il fallait bien ça pour se rendre compte à quel point la démocratie et ses valeurs ont été vilipendées mal menées ses trente dernières années.

Bonne journée, John. Vous avez du pain sur la planche à moudre. Et j'en ai aussi. Nous sommes "petits bateaux" mais nous tenons le cap de nos possibles.
*objet de mon billet ce matin
Bonne journée, John.

Écrit par : pachakmac | 26/01/2012

La photo serait en effet passée inaperçue dans un autre moment, avec un autre arrière-plan politique, moins défavorable au président. Mais il y a la détestation qui en rajoute une couche. Et aucune intuition pour faire comprendre qu'il y avait déjà assez de bateaux dans l'air (si j'ose dire...).

Je pense qu'il a galvaudé le fort capital confiance qu'il avait reçu. Le Fouquet's du premier soir, le manque de pédagogie qui a rendu son action peu lisible, les réformes dont on voit peu d'effet dans la vie des gens alors que l'on s'attendait à un grand brassage de la France après 30 ans d'immobilité. A part les retraites (inévitables) que reste-t-il? Avoir atténué la crise de 2008, ok. Mais le pays ne se réveille au fond pas différent après 5 ans, sauf qu'il y a plus de pauvre et que les riches sont plus riches. Cet écart-là ne lui est pas pardonné. C'est la conséquence d'un libéralisme à la Thatcher qui ne prend pas vraiment en France. La France est plus proche de l'Allemagne et son ordo-libéralisme.

Sa quête compensatoire de valeur (me semble-t-il) l'a coupé d'une vision pour le pays. Il avait l'énergie pour, et au final, il reste une caricature. Dure chute. Quand on joue tout sur l'énergie d'un boxeur qui cogne sans discontinuer, on oublie qu'il faut des poses pour que le public nous humanise et nous soutienne.
Bonne journée Pachakmac.

Écrit par : hommelibre | 26/01/2012

Vraiment formidable il lui faut un bokmark pour que je peux y revenir plus tard, formidable article !|ou est votre flux RSS,je ne veux pas perdre ce blog, il peut me donner des informations dans mes etudes

Écrit par : moving companies | 16/04/2012

Les commentaires sont fermés.