07/03/2012

Sarkozy-Fabius: sous-France et tartufferies

Un peu de thâtre grand-guignol hier soir entre Laurent Fabius et Nicoas Sarkozy. Nous avons eu droit à la séance Molière. Pour une fois, le débat se situait autour d'un pot de fiel culturel plutôt que dans un combat de rue.

La politique, histoire de coups bas et de coups tordus. La politique, elle agite le monde et rend le monde de plus en plus indifférent à l'Etat. Reste le spectacle. Au lieu de nous casser la tête avec des chiffres qui ne tiennent pas la route et prennent le chemin des précipices, Fabius et Sarkozy sont comme l'énarque devant le monarque:  "pas besoin d'être énarque pour lire Molière" dit le monarque. Mais l'énarque n'a pas su répondre: "pas besoin d'être monarque pour refaire 1789"

Dommage, car à ce moment précis du débat, si j'avais eu ma baguette magique sur le studio, la troupe de 1789 aurait investi le studio et interrompu la débat foireux en donnant sa comédie. Sublime d'être magicien. Hélas, Dieu n'avait pas passé par là. Et moi, personne n'ose m'inviter sur un plateau de télévision. Peur de Dracula ou peur de tomber sur un type qui déstabilise tout le monde?

 

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

 

Commentaires

merci pour ces informations , je lie vos articles tous le temps , merci beaucoup !

Écrit par : movers | 16/04/2012

Les commentaires sont fermés.