14/03/2012

Sarkozy-Jésus: gourou malgré lui

 

Flash-back sur 2007:

 

 

«Un peu mensongère»

Les sourires des journalistes, le visage radieux et les mains jointes de Nicolas Sarkozy: tout dans la composition de cette photographie, récompensée en avril 2007 par le prix Georges Brendrihem, trahit une complicité entre les différents personnages. «C’est une image où on voit Jésus et ses apôtres», résume Marc Simon, chef du service photo de VSD. «Ce que je vois, abonde Alain Korkos, chroniqueur iconographique sur Arrêt sur images, c’est une espèce de gourou, assis, les mains jointes, et avec tous les membres de sa secte autour de lui.

En 2012, Nicolas Sarkozy tente à nouveau la multiplication des miracles en sa faveur. Cette fois, il risque la guillotine ou la croix... Mais tout de même. Le vote utile et les sondages arrangent bien les bidons d'essence du candidat UMP. Les Lepénistes les plus tièdes mais les plus enclins à une politique dure et répressive voteront dès le premier tour pour Sarkozy au lieu de Le Pen. Les Républicains de droite les plus favorables à Bayrou voteront Sarkozy de peur d'avoir Le Pen au second tour. Ainsi, le prophète élu monarque de France passera au second tour. Devant Hollande, il jouera les serpents à sornettes comme face à Royal il y a 5 ans. Hypnotisé par son audace et ses retours de claques, Hollande restera bouche bée et bafouillera lors du rendez-vous crucial du face à face avec lui. Les Français comprendront  alors que Hollande c'est du Ségolène Family. Et ils préféreront encore une fois Sarkozy. Où quand Jésus Sarko sait mettre en boîte les candidats aux convictions trop molles et les électrices et électeurs qui ne savent plus à quel vrai saint se vouer.

François Bayrou doit secouer le cocotier Sarkozy s'il veut encore espérer lui ravir le vote des Françaises et Français si impressionnés par le démonstrateurs de robots de grandes surfaces. Si Sarkozy n'était pas politicien, il aurait vendu des aspirateurs chez Carrefour et serait devenu le roi de l'illusion commerciale.

 

Les commentaires sont fermés.