20/03/2012

Elysée 2012: La République entre silence et urgence

 

Le drame de Toulouse, qui est toujours en cours d'horreur supplémentaire puisque le tueur en série reste en cavale, place les candidats à la Présidence devant leur personnalité intime et comportementale.

Certains candidats, dont ceux de l'UMP et du PS, ont décidé d'observer une pause de trois jours en hommage aux victimes enfantines du drame. D'autres ont décidé de poursuivre la campagne, dont le candidat du Front de Gauche et celui du MoDem. Chacun son choix face à pareil drame. Chacun sa façon de justifier son choix.

Une pause de trois jours ne ramènera pas à la vie les petites victimes innocentes... Et dans trois jours, qui sait, le pire guette. Le tueur frappe tous les 4 jours avec une précision de métronome diabolique. S'arrêter et réfléchir, se recueillir et prier, oui, c'est nécessaire. Mais faut-il annuler tous les engagements pris? Devant la mort, une séparation douloureuse, des personnes redoublent d'effort dans le travail quotidien, d'autres s'effondrent, d'autres encore observent deux ou trois jours de retrait de la vie communautaire avant de reprendre leur vie quotidienne. Qui a la bonne attitude devant un drame terrible? Personne en réalité. Car nous sommes tous démunis devant l'horreur, mal dans notre peau, ne sachant comment compatir face à la douleur atroce des familles.

Le mieux est de suivre sa nature et de ne pas condamner une attitude ou une autre.

 

 

 

 

 

Commentaires

merci pour ces informations , je lie vos articles tous le temps , merci beaucoup !

Écrit par : movers | 16/04/2012

Les commentaires sont fermés.