23/03/2012

Mohamed Merah, fou de Dieu ou Cynique?

 

L'ange de la mort, Mohamed Merah peut-il être considéré comme un tueur froid et cynique n'ayant aucune pitié pour ses petites et grandes victimes, accomplissant un travail de professionnel au service d'une organisation criminelle?

A la lecture de son parcours, nous tombons sur un homme à la recherche de lui-même. Un jeune homme au parcours chaotique depuis son enfance avec père absent à l'adolescence. Sans repères et sans liens réels avec son engagement religieux qu'il affirme peu à peu en lisant le Coran entre quatre murs de prison, Mohamed fait justice en son âme et conscience et se fait justice en fonction de ses propres critères en n'évitant pas d'utiliser l'intimidation et la violence au besoin ni les petits larcins. Il est d'ailleurs fasciné par les scènes de meurtres et de décapitations qu'il consultent sur Internet. Il possède des sabres et menace à l'occasion une jeune femme avec un de ceux-ci.

Mohamed Merah n'est pas un cynique. C'est un être à la personnalité perturbée avec une forte propension à commettre un acte héroïque fut-il d'ordre meurtrier. Il tente de s'inscrire à l'armée puis à la légion étrangère. Sans succès. Il perd son travail chez son employeur qui l'appréciait pour son bon travail de mécanicien, perte de son emploi suite à de trop nombreuses absences. Il ne comprend pas. Il est déboussolé et choqué par la décision définitive de son patron. Mohammed est un borderline. Il ne connaît pas les limites de tolérance et de patience chez les autres, il s'en désintéresse complètement. Quand aux siennes, il n'en met pas non plus. Il est capable du pire comme du meilleurs. Et Dieu, dans cette affaire, va provoquer sa chute.

Car Mohamed est fou. Fou d'une folie mystique. Il est sûr de se retrouver au paradis après sa mort et dit « tant pis pour elles » en parlant de ses victimes potentielles tués sous ses tirs. Mohamed s'en prend à des soldats français musulmans qui ont tué des frères musulmans en Afghanistan. Il devient l'homme du Califat, l'homme qui a le droit de tuer pour cause de traîtrise suprême de ses propres frères en religion. Il lit le Coran à la lettre. Il en oublie totalement l'Esprit et l'Amour. Au matin du plus abominable de ses crimes, il pense aller tuer un soldat. Il arrive trop tard. Alors, dans un délire dont lui seul et Allah (son interprétation intime à lui) détiennent le secret, il se dirige contre une école juive. C'est le meurtre d'enfants innocents et de leur professeur. Le visage satanique de Mohamed prend le dessus.

Ne l'oublions jamais en affaire de religion. Quand l'être humain parle de Dieu, la force du Bien, le Mal représenté par Satan rôde toujours dans les parages prêt à détruire l'oeuvre de Dieu. Dieu est l'incarnation du Bien fort dans l'esprit des êtres humains. Satan, l'incarnation du Mal, son double faible, nous attaque pour nous dévier de nos bonnes oeuvres.

Mohamed était un fou de Dieu. C'est certain. Un fou qui a grandi au sein de la société française. Un fou qui était cependant citoyen à part entière de ce pays. Un fou mystique qui a vu et vécu beaucoup de choses. Aurions-nous pu sauver le djihadiste Mohamed avec d'autres façons de l'approcher dans la vie? Rien n'est moins sûr. Le destin, son destin, a voulu que Mohamed Merah devienne un ange de la mort.

Il n'était pas un monstre déposé sur Terre de France par un alien descendu de Mars. Non Monsieur le Président Sarkozy. Il était Mohamed Merah, paranoïaque et psychopathe, fou d'Allah, citoyen de « zone à risques », délinquant d'une France qui ne va pas si bien sous votre Présidence comme celle de la précédente. Saurez-vous faire mieux si vous êtes réélu et considérer tous vos concitoyens comme membres à part entière d'une seule communauté de bien?

 

Commentaires

J' veux pas en faire trop mais c' est touchant pour tout ceux qui parcourent des épreuves je sens
( à la place de " je pense " aujourd' hui ).
Voilà, je pense à ceux qui se rassemblent actuellement sur des places pour rendre hommage et pour rappeler à la solidarité.

Et puis... Bienvenu :)
Vous écrivez bien car vous sortez les paroles de votre coeur et de votre esprit tous deux réunis. Je découvre l' Humaniste ? Ravie de faire votre connaissance.

Écrit par : Cristal Gagnante | 23/03/2012

Vous dites : "Aurions-nous pu sauver le djihadiste Mohamed avec d'autres façons de l'approcher dans la vie? Rien n'est moins sûr"

Mais que dites-vous du frère, Abdelkader Merah, qui s'était déclaré "fier" des actes commis par son frère ? Ne négligez-vous pas son influence ??


Vous dites :"Il était Mohamed Merah, paranoïaque"

L'Express du 19.03.2012 Gérard Lopez, psychiatre expert à la Cour d'appel de Paris : "Une forme de paranoïa? Non, pas vraiment. Le paranoïaque a une cible unique. Ici, la répétition des crimes fait davantage penser à un psychopathe ou un réseau terroriste"

Écrit par : pigeon | 26/03/2012

Bonjour cher pigeon, je me permets de m' associer à votre commentaire.
C' est très intéressant " Le paranoïaque a une cible unique ", je pense que c' est lui-même au centre des victimes et de sa sphère mentale qu' il a tenter de percer hélas par les balles ! Sans vouloir vous offenser mais je peux me tromper... Je veux juste éclaircir un peu...
Pachakmac, vous pouvez intervenir pour compléter si vous sentez que je vous mords la parole.
Même si l' influence est grande, à un moment donné, le conditionnement fait qu' on est pris dans une spirale infernale qui commence par l' association des images à des idées et c' est très dur de s' en débarrasser à l' âge adulte surtout quand on n' a personne qui est là pour croire au potentiel du bien qui nous reste quelque part à nous.

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/03/2012

" tenter " = tenté, oui les fautes ça fait perdre de la crédibilité mais c' est rassurant de savoir que
c' est mignon pour un grand écrivain comme vous quand ça vous arrive aussi, cher pacha :)
Merci pour le bien qui me fait du bien de plus en plus par la force de votre plume.

Écrit par : Cristal Gagnante | 26/03/2012

Bonsoir Pigeon. Je n'ai pas parlé du frère de Mohamed sur mon blog mais j'ai laissé un commentaire sur un autre blog concernant ses paroles indécentes et criminelles. On ne peut pas être fier de meurtres d'enfants et d'adultes innocents sauf à être complices avec le meurtrier. Pour moi, il est coupable. Et peut-être plus coupable que son frère si c'est lui le cerveau qui a donné le signal à son frère de perpétrer les tueries. Car l'idéologue est toujours plus coupable que l'auteur sous mauvaise influence. Hitler et ses chefs étaient plus coupables que les exécuteurs ayant subi un lavage de cerveau par le régime nazi.

La question que je me posais était de savoir sur quelle base légale on pouvait condamner quelqu'un sur cette seule phrase "je suis fier de mon frère". Apparemment, les services secrets ont heureusement trouvé davantage pour une mise en examen de Merah. Nous attendons la suite...

Écrit par : pachakmac | 26/03/2012

mon Fran�ais n'est pas tr�s bon,mais je peut comprendre ce que vous voulze dire ! merci beaucoup pour cet grand effort

Écrit par : moving companies | 16/04/2012

Les commentaires sont fermés.