14/04/2012

Bayrou: l'échappée belle sur une vague de 42 mètres de haut

 

Les tueurs de Maure qui feront le second tour se disputeront le vote des soutiens à François Bayrou. Bayrou, c'est la vague de 42 mètres de haut qui viendra frapper la centrale élyséenne de plein fouet. Les deux capitaines Matamore ne pourront que se faire hara-kirira bien le dernier. Aucun des deux candidats présidents n'y arrivera sans le Centre. Et si le Centre se refuse, alors l'extrême gagnera.

Bayrou fera explosé l'Assemblée nationale. François Bayrou c'est Beyrouth et les divisions qui ne se rassembleront plus mais qui se ressembleront encore plus dans le mépris et le rejet de l'autre. Bayrou sans Bayrou ce n'est plus de Bayrou au pouvoir. La France ne comprendra ce qui lui arrive qu'à postériori. Faire confiance à Hollande, c'est rétrograder la France sur l'échelle de la prospérité. C'est faire fuir les capitaux, les grandes entreprises, voir même les plus petites, les artistes gaucho qui sont de droite mais ne se l'avoueront jamais de peur de perdre une partie de leur prestige auprès de leurs fans anarcho-romantiques de gauche. Voter Hollande, et la France, dans les heures qui suivront ce sera regarder passer la vague de 42 mètres de haut sur les marchés et heurter le bouclier de l'économie et de la finance française. Soit le nerf de la guerre définitivement démoli en quelques jours. Un tsunami nucléaire. Frayeur et douche écossaise assurée sur le moral des Français qui constateront alors qu'ils viennent de porter au pouvoir un Président mort-né dès les premières heures de sa Présidence. Un remake en pire de l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007. Une déchéance à l'échéance de la dette monumentale promise par les promesses intenables du candidat socialiste.

Et Sarkozy à droite, sans le Captitaine Bayrou au centre de la gouverne, c'est un Sarkozy en dérive populiste extrême, obligé de faire de l'ultra-droite, de chasser les sorcières du pays, de courir après les sucettes du succès qui lui échapperont suite à des syndicats très remontés posant pied au plancher pour foncer dans la brume d'un carnage industriel. La France sans sagesse, c'est une France vengeresse et traîtresse à ses idéaux, meurtrière, haineuse, perdante sur tous les tableaux. Mais Bayrou avec Sarkozy, communauté d'intérêts et de bien, ferait alors exploser l'UMP en la fracassant sur le mur des sacrifices obligés des parlementaires de l'Assemblée nationale. Comme au poker, un brassage tout neuf des cartes sans savoir vraiment sur quelle majorité se reposer pour l'emporter aux législatives et rendre la confiance aux Français. Matamore de droite, Sarkozy ne pourrait revivre sans Bayrou mais devrait tuer des gens de sa majorité pour faire de la place aux gens de Bayrou. C'est la politique sanguinaire du patron affaibli d'une Révolution indispensable.

Bayrou nul part, alors? Si Bayrou nul part, France nul part. Et faire-part de condoléances communautaires d'une Europe unie perdue à jamais qui se fracassera sur le front des extrémismes populistes. Adieu l'Europe, Retour sur un monde disparu qui ne reviendra jamais mais qui engendrera le chaos et l'anarchie au service des dictatures promises.

Fin d'un monde. Bayrou sur la piste et son échappée belle. 10% de la population a compris et votera clairement pour lui. Le danger est imminent. Que font les 90% restant pour voter un destin autre que le choix entre deux Matamore incapables de redonner confiance à la France par leur programme et par là à une Europe en crise gravissime et en risque de désintégration?

Les tueurs de Maure ne tiendront pas le siège de Beyrouth. J -8  l'heure du choix a sonné.

 

Les commentaires sont fermés.