17/04/2012

Bayrou: être en phase avec la France avant de l'être avec Sarkozy

 

Cinq ans de gâcher. Et peut-être maintenant cinq nouvelles années de gâcher pour François Bayrou. "Faut pas gâcher" disait l'Auxerrois Guy Roux quand ses joueurs rataient de belles occasions de but. Il parlait aussi de ses sous à lui. Bayrou parle des sous de l'Etat français. Mais il gâche le but qu'il se fixe. Prenons l'exemple sur le foot pour cette fois.

Vous avez un Président de club (Sarkozy), un entraîneur de club (Fillon), un centre-avant (Juppé) qui décident ensemble vouloir intégrer un excellent joueur dans leur équipe. Ils font les démarches pour cela. Fillon est même prêt à céder son poste à la nouvelle recrue pour faire gagner La France. Le joueur doit-il accepter? S'il accepte, il va jouer sur le terrain, sur son terrain à lui. Bayrou voulait (parlons déjà au conditionnel) être Président du club "La France". A trois reprises, il s'est planté. Là, ce n'est pas la faute des autres. C'est la sienne propre. Car même sans les médias, il pouvait faire un tabac à la Mélenchon avec la vérité. Mais il n'arrive pas faire un tabac parce qu'il est plus gestionnaire et professeur que tribun captant les foules. C'est comme ça. C'est sa nature. Donc niet des Français sur le poste à la Présidence. Pourtant les Français l'estiment dans leur grande majorité. Il le trouve même excellent pour redonner confiance à la marche du pays dans le bon sens.

Sur cette enquête d'opinion, le Président en fonction, qui risque de perdre le bénéfice de sa Présidence et de la qualité de son travail qu'on peut juger de passable mais nettement insuffisant pour les cinq premières années de sa présidence, vient frapper à sa porte:

"Salut François. Tu as désormais trois choix possibles. Un, tu pars à la pêche continuer de prêcher ton discours dans le désert de l'inaction avec ton MoDem qui ne remportera rien aux législatives. Deux, tu rejoins Hollande et son équipe de dépensiers et faiseurs de riches déserteurs bobos et de délocalisateur d'entreprises. Avec les conséquences que tu sais pour notre pays. Trois, tu rentres dans notre équipe et tu bosses avec tes gens et les nôtres pour réussir à sortir la France de l'ornière. Je sauve ma place de Président. Mais surtout la France a une chance de réussir sa sortie de crise alors qu'avec Hollande elle va à sa perte définitive. »

Bayrou doit choisir. Cinq ans de désert supplémentaire ferait de lui l'homme de l'inaction perpétuelle. Et surtout d'homme qui n'a pas voulu risquer sa réputation pour La France. Comment alors garder une image positive d'un politicien qui aura sans cesse proposer l'humanisme au pouvoir et qui se sera désister en 2007 devant l'offre de Ségolène Royal et en 2012 devant l'offre de Nicolas Sarkozy? Comment le regarder avec reconnaissance alors que la France verra les extrémismes augmenter leur score et provoquer le désastre final. Belle lutte finale catastrophique, en vérité.

Bayrou faiseur de reine et de roi ou faiseur de perdante et de perdant? Peut-être surtout... faiseur d'une France perdante?

 

Commentaires

Votre billet mérite bien d'y réfléchir. Soit Bayrou sort ses tripes pour jouer un rôle, avec une chance en 2017, soit il va s'éteindre peu à peu faute d'avoir osé plus. Les terriens ne prennent pas trop de risques. Est-ce là sa limite?

Écrit par : hommelibre | 18/04/2012

Les commentaires sont fermés.