20/08/2012

Les Re-Belles

 

Etre une fille, d'abord. Ensuite être révolutionnaire sur les bords. Mais une révolutionnaire avec le sourire, toujours. Provoquer la bourgeoisie sans haine mais la bouche en coeur, proclamer des insanités sur l'Eglise pour le Bien de Dieu; provoquer le pouvoir politique et économique, aussi, pour le bien du peuple. Et finir mal en Sibérie condamnées pour sorcellerie par les bien-pensants cultivateurs de bigoteries bien établies. Au nom du Pouvoir, du Fric, et de Dieu. Bien entendu.

Beaucoup de tics et de tocs religieux doivent être combattus. Et la métaphysique kantienne des moeurs résumée à travers cette question:

Qui d'un groupe punk féminin sacrilège adressant une prière à la Vierge Marie dans une cathédrale russe ou d'une brochette de leaders masculins politiques et religieux assassins de leur propre peuple priant Allah dans une mosquée syrienne est le plus apte à créer les conditions bonnes et nécessaires à fonder les bases du bien commun de notre civilisation démocratique de demain?

Re-belles, au service de la liberté des êtres humains, contre les sévices et le joug des dictateurs de conscience, les assassins ordinaires de la philosophie humaniste. Ci-dessous deux extraits écrits de la main du philosophe Emmanuel Kant, philosophe cité par la leader des Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova

"Dans le règne des fins tout à un PRIX ou une DIGNITÉ. Ce qui a un prix peut être aussi bien remplacé par quelque chose d’autre, à titre d’équivalent ; au contraire, ce qui est supérieur à tout prix, ce qui par suite n’admet pas d’équivalent, c’est ce qui a une dignité.

Ce qui rapporte aux inclinations et aux besoins généraux de l’homme, cela a un prix marchand ; ce qui, même sans supposer de besoin, correspond à un certain goût, c’est-à-dire à la satisfaction que nous procure un simple jeu sans but de nos facultés mentales, cela a un prix de sentiment ; mais ce qui constitue la condition, qui seule peut faire que quelque chose est une fin en soi, cela n’a pas seulement une valeur relative, c’est-à-dire un prix, mais une valeur intrinsèque, c’est-à-dire une dignité.

Or la moralité est la condition qui seule peut faire qu’un être raisonnable est une fin en soi ; car il n’est possible que par elle d’être un membre législateur dans le règne des fins. La moralité, ainsi que l’humanité, en tant qu’elle est capable de moralité, c’est donc là ce qui seul a de la dignité. L’habileté et l’application dans le travail ont un prix marchand ; l’esprit, la vivacité d’imagination, l’humour, ont un prix de sentiment ; par contre, la fidélité à ses promesses, la bienveillance par principe (non la bienveillance d’instinct), ont une valeur intrinsèque. Ni la nature ni l’art ne contiennent rien qui puisse être mis à la place de ces qualités, si elles viennent à manquer ; car leur valeur consiste, non dans les effets qui en résultent, non dans l’avantage et le profit qu’elles constituent, mais dans les intentions, c’est-à-dire dans les maximes de la volonté qui sont prêtes à se traduire ainsi en actions, alors même que l’issue ne leur serait pas favorable. Ces actions n’ont pas besoin non plus d’être recommandées par quelque disposition subjective ou quelque goût qui nous les ferait considérer avec une faveur et une satisfaction immédiates ; elles n’ont besoin d’aucun penchant ou sentiment qui nous pousse immédiatement vers elles ; elles présentent la volonté qui les accomplit comme l’objet d’un respect immédiat ; il n’y a que la raison qui soit requise, pour les imposer à la volonté, sans chercher à les obtenir d’elles par insinuation, ce qui au surplus dans des devoirs serait contradictoire. C’est cette estimation qui fait reconnaître la valeur d’une telle disposition d’esprit comme une dignité, et elle la met à part infiniment au-dessus de tout prix ; on ne peut d’aucune manière la mettre en balance, ni la faire entrer en comparaison avec n’importe quel prix, sans porter atteinte en quelque sorte à sa sainteté."

Fondement de la métaphysique des moeurs (extrait), Emmanuel Kant

Dieu n'est pas une monnaie d'échange ni ne se définit par la valorisation d'une communauté religieuse au détriment d'une autre. Dieu n'est pas non plus dans la prière ni même dans le pardon accordé. Il est dans l'expression de Sainteté de l'acte et du geste effectué de tout citoyen ou de toute citoyenne qui donne un sens à son action puis participe au bien commun de toute la communauté dans une recherche de l'Amour du prochain. Un acte exclusivement réfléchi (même réalisé parfois au-delà de toute conscience de la portée réelle de l'acte "état de subconscience") mais jamais instinctif.

"Ainsi doivent être sans aucun doute également compris les passages de l’Ecriture où il est ordonné d'aimer son prochain, même son ennemi. Car l'amour comme inclination ne peut pas se commander; mais faire le bien précisément par devoir, alors qu'il n'y a pas d'inclination pour nous y pousser, et même qu'une aversion naturelle et invincible s'y oppose, c'est là un amour pratique et non pathologique qui réside dans la volonté, et non dans le penchant de la sensibilité, dans des principes de l'action et non dans une compassion amollissante ; or cet amour est le seul qui puisse être commandé"

Fondement de la métaphysique des moeurs (extrait), Emmanuel Kant

 

Affiche du film Rebelle Adolescence

Affiche du film Rebelle Adolescence

 

11:25 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.