31/08/2012

Christian Varone est complètement Stone

Aux bains turcs, le chef de la police valaisanne échangerait volontiers un bout de notre Cervin contre un bout de marbre d'une colonne archéologique ottomane. Dire que Christian Varone appartient probablement à la descendance de mon propre arbre généalogique du c^^oté de ma grand-mère maternelle! Et oui, ma propre maman est née d'une Varone, une Valaisanne bien trempée à la t^^ete dure comme du cailloux.

Pourquoi le chef de la police n'a-t-il tout simplement pas avoué que cette pierre lui plaisait et que l'infraction n'était finalement que bénigne, du point de vue helvétique en tout cas? Car c^^oté cailloux, combien de tonnes de pierres des Alpes et des glaciers ont été emportées à l'étranger par des touristes de passage sur nos monts? Nous avons pour habitude de ne point chicaner une personne qui s'autorise à prélever un bout de nos Alpes sacrées. Christian Varone a pris cette pierre sur un chemin de traverse. Pas sur un monument classé monument historique. Soit. C^^oté turc, on ne lésine pas avec la protection des biens nationaux.

Chef de la police. C'est cela qui f^^ache le citoyen et le politicien? Pas de droit à l'erreur d'appréciation? Pas le droit au délit, fut-il minime? Conscient du danger, Christian Varone a essayé d'arranger la vérité pour ne pas porter préjudice à sa carrière. Vaut-il mieux fauter et dire des demi-vérités pour se déculpabiliser ou fauter et dire rien que la vérité pour rester un homme intègre aux yeux des citoyennes et des citoyens de notre pays? A force d'^^etre trop honn^^ete, le Suisse devient maniaque de la vérité. Un peu comme si notre pays se voulait sans t^^ache, sans laideur, sans tricherie. Un devoir d'excellence qui, ma fois, possède les défauts de ses qualités. A force, nous devenons fatigants, pointilleux, excessivement critique, et nous laissons tomber quelques excellents chefs qui contribuent au bien-^^etre général de notre nation. C'est triste. Triste pour un homme qui a su se comporter de manière exemplaire dans le drame auto-routier terrifiant du car transportant des enfants vers la mort. Mais quelles sont nos priorités? Un car qui roule vers un destin tragique et un chef de police qui conduit sa troupe de la meilleure des façons possibles pour secourir les survivants du drame ou une pierre qui roule sans autorisation dans les mains d'un homme qui l'a trouve jolie?

Angie, l'ange de la route a déjà donné sa réponse. L'amour et le secours aux humains de toute la planète est bien plus précieux qu'une jolie petite pierre enlevée à sa patrie d'origine. Christian Varone ne mérite pas d'y laisser des plumes dans cette affaire ridicule.

 

Curiosity prend un cliché du Mont-Circoncis en pleine effervescence

De la vie sur Mars...et de l'eau, beaucoup d'O durant la Convention du candidat républicain à la présidence américaine... L'ouragan Isaac, fils d'Abraham et de Sarah (respectivement 99 ans et 90 ans tout de m^^eme au moment de la conception d'Isaac) n'y était pas pour des prunes.

Posté le Dimanche 5 août 2012 à 23 h 42 min sur le site Bellaminette.com dans la catégorie « Croquis, Fan-art, Humeur » par Bruno Bellamy.

 

Have a safe landing!

 

Un petit dessin d’encouragement pour Curiosity, qui s’apprête à relever, demain matin, un terrifiant défi...

 

   

 



 

 

 



 



 

 

Quand la curiositéd'une femme mène au mirage sur le Mont Sharp...Traduction sharp en francais : acéré.fin (esprit, aigu).incisif [fém.: incisive].perçant (regard).piquant.pointu.aiguisé.

Photos-0405.jpg

 

Et c'est ainsi que les astronautes américains Adam et Eve découvrirent la vie en toute liberté sur la planète Mars o``u la religion était libre, o``u nul prophète définitif n'avait encore envahi toute la surface de la planète rouge... « Yes. We can » ou « « Yes, We believe ». Sur Terre, il y avait depuis peu un Président démocrate qui pratiquait an other dream: « Oui, nous le pouvons » et un candidat président républicain qui proposait un old dream « Oui, en Dieu nous croyons ». Adam et Eve, sur Mars, décidèrent de trancher pour un r^^eve plus précieux et audacieux encore: « Yes, We love ». O``u quand Dieu devint Amour sur la planète de la guerre religeuse des hommes, Mars. Retour sur Terre...avec le surfeur de Dieu...

 

30/08/2012

Antoine Courban, un faisceau de lumière au soir de la barbarie

Beyrouth. Ao^^ut 2012. Plus rien ne peut s'opposer à la contamination de la barbarie propagée par le conflit syrien. Bachar a tout prévu, m^^eme le pire, surtout le pire car le meilleur, il y a longtemps déjà qu'il l'a jeté aux oubliettes de sa conscience. Lui qui a sans doute fait exécuter un jour de Saint-Valentin 2005 Rafiq Hariri, chef du gouvernement libanais et homme d'affaire sunnite apprécié des Européens et des démocrates, n'avait déjà à l'époque qu'une seule envie: casser le Liban pour sauver son hégémonie et sa domination sur le Liban voisin. Assad a toujours nié toute implication dans l'attentat terrifiant (une bombe de 18000kg qui tuera avec Hariri 20 autres personnes innocentes et en blessera une centaine d'autre). Assad, au Liban comme en Syrie, ne rend jamais de comptes à personne. Il est le ma^^itre de l'échiquier et il joue une partie en solo. Il est les blancs et les noirs et met échec et mat quand il veut o``u il veut. Il abat comme un bourreau au mille visages, et ensuite il accuse les autres de mille maux, de mille péchés, de mille crimes. Bachar est le plus grand des barbares sous le costume d'un ^^etre civilisé. Il n'y a pas plus clanique que lui. Il est plus barbare encore que Muammar Kadhafi et ses enfants.

Un homme de Beyrouth a compris plus que tout autre les enjeux et les dangers réels qui peuvent à tous moments déstabiliser la planète entière et offrir aux barbares encore plus de liberté d'agir sur la planète. Cet homme de la démocratie et de la Civilisation s'appelle Antoine Courban. Il signe un article remarquable parmi d'autres articles remarquables sur son blog dans le journal "L'Orient le Jour" et repris ce jour par le quotidien "Le Temps" sous l'intitulé:

« Esprit de clan et cagoules noires, ces spectres qui hantent le Liban »

A lire au plus vite ainsi que d'autres articles du m^^eme auteur sur la crise syrienne. Moscou et l'Occident y prennent aussi pour leur grade. Un esprit libre et lumineux au milieu des ténèbres actuels de notre monde.

Ci-dessous, je reprends un autre billet de cet intellectuel. Un billet prioritaire de ce grand Monsieur des lumières arabes.

 

 

A L’HOMME LIBRE DE SYRIE

 

Antoine Courban

 

mercredi 30 novembre 2011

 (9 mois jour pour jour après la graine semée par Antoine de Saint-Courban, y-a-t-il de la place pour l'accouchement de l'homme libre partout sur la planète Terre ou est-ce un avortement programmé de l'enfant par tous les dictateurs de cette m^^eme planète qui endorment nos démocraties de leurs poisons variés et médiatiquement si bien étudiés? ndlr pachakmac)


 

Depuis huit mois tu t’obstines. Depuis huit mois, tu marches droit mû par ton unique conviction.

Depuis huit mois, le monde entier te regarde. Il voit les images atroces de ta souffrance mais n’ose pas te suivre sur le chemin où tu as décidé d’aller.

Loué sois-tu, homme de Syrie, pour ton acharnement et ta détermination à vouloir arracher ta liberté confisquée par les fauves qui te tiennent en otage.

Réjouis-toi homme de Syrie pour ton courage qui nous sert d’exemple. Nous ne savions pas qui tu es ni comment tu t’appelles. Tu étais parmi nous, sur les chantiers de construction du Liban, mais nous t’avons rarement regardé. Tu étais ouvrier de construction ou peintre en bâtiments. Tu as exercé mille et un métiers humbles. Le travail de tes mains a permis de reconstruire nos maisons et nos villes détruites, souvent, par les obus et les canons du régime qui t’opprime et contre lequel tu te soulèves. Aujourd’hui tu as décidé de reconstruire ta propre dignité et tu acceptes de payer le prix lourd pour la retrouver.

 

 

Réjouis-toi, homme de Syrie. Ton printemps est sanglant, ta chair est broyée, charcutée … et pourtant tu sors dans la rue, tu chantes, tu danses, tu composes des chansons, tu peins, tu écris des poèmes. Tu es comme un volcan qui est entré en éruption. Tant et tant de talents explosent en toi, se donnent libre cours.

Tu vas à la mort comme on va au bal. Tu sais que la bête t’attend au bout de la rue. Et pourtant, tu n’hésites pas à te précipiter à sa rencontre. Les flots de sang que tu acceptes de verser font de ta chair des fontaines d’eau fraîche qui viendront à bout des flammes des demeures infernales de la bête qui te fait face.

Consolez-vous femmes de Homs et de Hama. Le fier Oronte est rouge du sang de vos enfants. Mais ce sang innocent est un poison mortel pour l’ogre qui les a dévorés. Consolez-vous, vos gamins morts se racontent maintenant, en riant, de petites histoires qui disent « Il était une fois un méchant ogre qui rôdait dans les jardins des bords de l’Oronte et qui aimait manger les petits enfants … ».

Ne sois pas dans le chagrin et oublies ton amertume, homme de Syrie. La bête et ses complices veulent te défigurer, te faire passer pour un fauve prêt à égorger les gentils clients qui les nourrissent. On te dit fanatique, on te dit terroriste islamiste, on te dit tueur aveugle. Cela fait des décennies que la bête se sert de toi comme d’un épouvantail pour effrayer les minorités religieuses. Rassure-toi et ne sois pas dans la peine. Tu verras bientôt venir vers toi les cohortes d’ayatollahs enturbannés ainsi que des liturgies entières d’éminences, de béatitudes, de grandeurs et autres révérences des différentes églises. Ils te demanderont humblement pardon en disant : « nous ne savions pas, nous ne pouvions pas voir, nous étions sourds et aveugles ».

Rassure-toi homme de Syrie, un peuple qui se révolte en chantant est un peuple qui va à la victoire. Ta grandeur nous sidère. Toi le petit manœuvre ou le modeste ouvrier quotidien des chantiers du Liban, tu as su t’imposer aux puissants et aux stratèges qui préfèrent cohabiter avec la dictature qui t’opprime qu’avec toi. Ils disent leur attachement à des principes universels de droit et de justice mais ne froncent même pas le sourcil en assistant à ta passion et ton calvaire.

Homme libre de Syrie, réjouis toi car tu as repris ta dignité à ceux qui te l’avaient volée et qui t’avaient transformé en bête de somme. Réjouis-toi de ta victoire sur la peur, sur la terreur, sur la tyrannie.

Réjouis-toi mais ne te laisse pas griser par les chants de victoire. Toi qui as tant souffert, prends garde de ne pas faire de la liberté une idole devant laquelle tu devras mettre genou à terre pour l’adorer. Ta liberté, c’est toi, ta dignité c’est toi. Elles n’existent pas en dehors de ta propre chair. Le jour où tu vas les idolâtrer en t’humiliant, ce jour signifiera que tu as renoncé de nouveau à ta dignité et ta liberté. Ce jour-là, tu seras redevenu prisonnier et esclave de la bête.

Réjouis-toi, jeunesse de Syrie. Tu ignores à quel point tu es au cœur de la modernité qui ne te fait plus peur. Rappelle à ceux qui ont peur de toi que, pour toi, on peut être démocrate-musulman comme d’autres sont démocrates-chrétiens.

Réjouis-toi homme de Syrie car, en dépit du sang et des souffrances, la fraîcheur de ton printemps a l’éclat des roses trémières et la douceur des jasminées qui embaument le vieux Damas et dont le parfum viendra nous enchanter au Liban.

acourban@gmail.com

* Beyrouth

 

29/08/2012

La perfection formelle de Breivik et Ben Laden

Le crime esthétique. Nouveau cantique des cantiques extrémistes.

Un tableau d' horreur estimé «  à n'importe quel prix » dirait notre bon copain de Damas, le sympathique Bachar al Assad, très honoré ma^^itre de la Confrérie des Assassins.

On trouve du c^^oté de la France d'excellents écrivains élevés à la bonne cause des tueurs massacrant au nom de la noble cause d'une civilisation à sauver de l'envahisseur. Des espèces d'imams de l'écriture sainte et catholique de l'Europe. Des gens éperdu de nostalgie qui pr^^one la haine en recherchant la perfection formelle du crime.

En France, c'est un écrivant vivant dans le cénacle de la réputée maison d'Editions Gallimard, membre du comité de lecture de cette dernière, un certain Richard Millet qui transmet le virus de l'extr^^eme-droite via la cote de respectabilité mondaine. Ce bon Monsieur s'appelle Richard Millet. Il s'est fendu pour écrire, de sa belle plume d'oiseau reconnu médiatiquement et culturellement, un pamphlet à la gloire de Breivik, le tueur norvégien ayant abattu froidement des dizaines de jeunes personnes.

C'est comme avec Céline. Savoir bien écrire excuse tout. L'art d'abord. L'humanité ensuite.

Ben Laden a réussi le plus beau coup esthétique du début de ce siècle. M^^eme mon fils s'est laissé attrapé par la beauté du crime. Devant l'écran, il a vu en direct le deuxième avion crucifié la tour du World Trade Center puis il a assisté en direct à la chute des deux tours. J'avais beau lui répété que ce n'était pas un film, lui, il n'avait que 5 ans et il jubilait devant l'esthétisme du film. « Oh Beau, papa ! ».

C'est quand il a vu trembler son papa avec les larmes dans ses yeux qu'il a compris que quelque chose de pas très normal arrivait au monde. Mais évidemment, avec des gens comme Millet, mon fils pourrait encore jubiler aujourd'hui et dire « Oh Beau, papa, super Boooooooo ». Peut-^^etre m^^eme qu'avec un papa fasciste, il serait devenu un nouveau Ben Laden tueur de laideur et fabricant de beauté. Qu'ils sont beaux nos jouets militaires. D'ailleurs, en 1945 sur Hiroshima, Little Boy a commis un champignon magnifique qui restera dans les annales de l'Art humain. M^^eme que Fat Man a accompli la t^^ache de son fiston trois jours plus tard sur Nagasaki. M^^eme Jésus ressuscité trois jours plus tard n'avait pas réussi un coup aussi magistral que nos grands hommes du Xxème siècle. Mais quand on est un bon catholique fasciste, on ne compte pas les morts et les disparus. On compte seulement sur la joie de sauver Dieu et la Civilisation des griffes du Diable, cet étranger qui vient coloniser nos mentalités.

Ben Laden, Breivik, m^^eme combat. Et des femmes comme des hommes pour les défendre et les aimer jusqu'à l'adoration. Qu'il est tragique notre monde.

 

28/08/2012

Pendre la dictature à Genève...

Le pont du Mont-Blanc n'est pas un lieu pour activistes politiques. On y consomme de l'art comme on va chez Mac Donald pour bouffer du hamburger. Ville onusienne, cela ferait trop désordre de toucher aux grands dictateurs de ce monde qui n'ont pas encore été déboulonnés du cercle onusien. Comme l'un d'entre eux est en train de se faire expulser du cercle des diplomates disparus, la moindre des choses pour les hommes libres, femmes libres bienvenues, aurait été de hisser le drapeau de la liberté en solidarité avec le peuple syrien. Guerre civile ou révolution? Qui veut d'un dictateur au pouvoir? Les faibles, les profiteurs, les parrains, les souteneurs de mafia. C'est beau la dictature. Il suffit de suivre un homme dans son art de l'assassinat de tout un peuple.

Pour notre part, l'assassin est cuisinier et démocrate Son seul pouvoir est de redonner par l'art le pouvoir au peuple afin que la démocratie triomphe des hommes "forts", religieux ou non, ces dictateurs qui font régner depuis la nuit des temps l'ordre criminel par l'intimidation, la corruption, la terreur, la torture, le viol et le meurtre.

Photos-0404_2.jpg

 

Photos-0404_3.jpg