23/10/2012

Ce qui fonde et défait la religion

Un article parue dans le Temps de ce jour à propos de la communauté mormone dont est issu le candidat républicain américain à la présidence Mitt Romney m'a donné la source d'inspiration suivante :

« En Jésus nous croyons ». Mais quelle mosaïque immense que la croyance au Christ Sauveur ! Tant de sectes, tant de courants, tant de branches sur l'Arbre vivant de sa mémoire.

Dans la communauté mormone, on croit à l'auto-suffisance et là a responsabilité individuelle de sa propre réussite. Dieu est un Homme qui était à l'Origine de sa propre déité et a su si bien développer sa spiritualité qu'il est devenu Dieu. Jésus est un de ses descendants mais tout homme ou femme aspirant par ses progrès spirituels à la sainteté pourrait théoriquement devenir Dieu. Dieu est Evolution...

Pour créer l'Eglise mormone, il a fallu un architecte angoissé et peu sûr de sa propre adhésion à un mouvement spirituel, et qui avait alors demandé le secours de Dieu quant à quelle Eglise il devait appartenir. Dieu lui aurait alors répondu en live qu'au lieu d'appartenir à telle ou telle chapelle, il devait créer sa propre Eglise. Et sa Volonté fut tenue et accomplie par son disciple...

L'architecte posa les fondations en même temps que les règles et les dogmes. Des règles et des dogmes que l'on retrouve par ailleurs, et pour la plupart, dans d'autres religions. L'architecte de l'an 1800 devint donc le Prophète de l'Eglise mormone. Et ça a marché. Son entreprise a prospéré alors que mille autres ont échoué. Et pourtant, ce prophète mort aujourd'hui se reconnaissait dans la foi en Jésus, autre prophète.

Jésus, ce vagabond et marginal de l'An zéro. Cet homme surgelé par la haine des hommes sur sa croix. Mais Jésus... faiseur de secte et de nouvelle religion ou Jésus, libérateur de la religion prônant l'accomplissement spirituel de chacune et chacun à travers sa propre intuition individuelle et relation au divin ?

Débat en perpétuel mouvement. Jésus donne-t-il des ordres à ses disciples, érige-t-il des dogmes absolus, ou propose-t-il des pistes pour accomplir la volonté divine à travers la liberté de chaque être humain ? Jésus, lâché par ses propres disciples au moment d'être cloué par le peuple sur une croix comme un brigand des grands chemins. Solitaire dans sa contestations des marchands, des religieux, des riches mais solidaire de tous, des pauvres comme des riches, des marchands comme des voyageurs. Infidèles à tous ou plutôt fidèle à tous par une ligne de conduite qu'il tiendra jusqu'au bout.

Les mormons prônent une éthique de perfection afin de rejoindre Dieu dans son accomplissement. Les mormons ont des dogmes bien arrêtés. Ils haïssent l'infidélité, l'homosexualité, l'avortement, la pauvreté, l'endettement. Les mormons ont créé une Eglise solide et solidaire entre ses fidèles. Les mormons se reconnaissent en Jésus, le pauvre, le vagabond, le bandit de grand chemin pour les ennemis de sa philosophie spirituelle. Jésus qui appelle à l'insurrection quand l'injustice devient criante et ignoble. Jésus qui protège et soutien la prostituée lapidée par les rigoristes de la Loi. Jésus qui n'est pas venu pour changer la religion mais pour accomplir l'Amour de Dieu.

Les mormons forment une Eglise puissante. Les mormons respectent des codes et des dogmes d'existence. Ils se dupliquent comme des clones afin de préserver l'architecture du temple. Ils sont à l'image de toute entreprise désireuse de progresser, de se développer. Les employés se doivent d'être loyales et dynamiques, croyants des produits proposés, et zélés dans l'accomplissement des ordres donnés par les chefs. Ils procèdent tous du même schéma d'entreprise et des mêmes codes. Le mouton noir peut aller voir ailleurs ; l'artiste libre, l'électron échappé au formatage des gourous de l'entreprise peut aller chercher ailleurs son bonheur...

Et pourtant, le mouton noir décrié est parfois le marginal qui va inventer un nouveau processus de fabrication sur la base de ses connaissances personnelles acquises grâce aux autres qui lui ont appris pleins de savoirs complémentaires. Le mouton noir, par sa solitude et sa souffrance intime, va vouloir accomplir la croyance des patrons de son ex-entreprise qui n'ont pas cru en ses visions révolutionnaires. Le mouton noir deviendra alors le nouveau prophète de ce business qui était bien en place mais en désuétude et décrépis et qui risquait l'implosion à l'intérieur et l'explosion à l'extérieur, fascisme de la fin d'un Dieu... ou sauvetage grâce aux renouvellement des forces créatrices. Pensée vivifiante pour mes soeurs et frères d'un islam à l'agonie qui pourrait ressusciter dans sa splendeur sous sa forme moderne ou alors mourir à jamais dans les convulsions d'une guerre mondiale provoquée par ses extrémismes... Fin des Temps voulue par l'Homme...

Dieu évolue avec nous. Il n'a ni dit quand Il mettrait fin au Temps ni promis autre chose que l'Amour régnant dans la gloire de Sa conscience un jour J sur Terre. A nous d'imaginer Son amour et Sa paix pour les générations futures qui viennent après nous.

Depuis que l'être humain a décidé un jour d'enterrer ses morts, l'homme a entretenu une relation spirituelle avec l'au-delà. Depuis que l'être humain a pris conscience de la faute, il a pu se faire une idée de la fidélité et de l'infidélité. Depuis Dieu vit, évolue, et perdure parmi les êtres humains. A nous d'en faire le meilleur usage possible de liberté en recherche de Son Amour et non un instrument de mort et de fascisme pour imposer notre propre vision totalitaire du monde et de la religion collective.

 

22/10/2012

Pour la nuit d'Amour, Emily Loizeau à Beyrouth

Sur la route d'amertume

des bites du bitume

débitent et déchargent

leurs explosives charges

sur des corps maculés

de leur sang éjaculé


C'est l'orgasme des dictateurs

de Babar Bobar le tueur

qui trompe les oiseaux-plumes

volant à la lisière des brumes


Dans la rue des coeurs bleu-blafard

la nuit enlève avec douceur le corbillard

d'un homme juste dans sa solitude

et tombé sous le joug du maître de l'absurde


A toi Babar Bobard le condamné

BB pour tes intimes damnés

n'oublie jamais ta petitude

devant l'immensité de ta propre incompétude

à aimer le monde et ne point haïr ton peuple rebelle


Un oiseau t'enverra ailleurs voir si la terreur est belle

Terre inconnue d'exil

emporte cette âme malade et perverse vers ton Île


Un point minuscule,

un vertige,

Allah et Sa majuscule

21/10/2012

« Tudin Gun » chez les gens de Dudo

Il habitait à quelques kilomètres de mon lieu d'origine. Lui, il avait fait des kilomètres pour rejoindre en réfugié politique un petit pays qui offrait l'asile à des gens persécutés dans le leur.

Lui, il était Tunisien et avait épousé une femme star des milieux djihadistes pour avoir été, en première noce, l'épouse de l'assassin du Commandant Massoud, célèbre opposant aux Talibans assassiné deux jours avant l'attentat du 11 septembre 2001. Lui, ne s'intéressait pas à son pays d'accueil. Il n'écoutait que son adorable épouse célèbre parmi les faiseurs de guerre islamiques et ses alliés, les terroristes djihadistes répartis partout sur la Terre. La Sainte Alliance des fous de Dieu. Lui et elle n'avaient aucune reconnaissance pour la terre de liberté qui les avaient accueilli et aidé financièrement à s'établir puis à trouver un job avant de se retrouver aider par les services sociaux pour cause de maladie déclarée chez lui. Une maladie qui lui permettait de condenser son énergie et son intelligence sur le Web afin de se préparer à devenir combattant et à former d'autres candidats kamikazes à la mort par amour de l'islam.

Lui, aimait l'idéologie pure, l'amour pur pour les siens, la haine pure pour les autres, le Livre pur et l'ignorance pure des autres cultures et des autres arts des peuples. Aucune impureté ne venait entacher son parcours en faveur de l'idéologie pure : l'islam, toujours l'islam, et rien que l'islam. Mais son impureté, grossière, vulgaire et très visible voir obscène, était développée ailleurs : dans la trahison lâche des gens qui l'avaient accueilli et aidé, dans la haine qu'il vouait en cachette et sournoisement pour tout ce qui n'était pas lui ou elle, sa charmante et douce épouse, plus cruelle que Cruella mais si dévouée à Son dieu qu'elle devait malheureusement confondre trop souvent avec Satan, l'ange fasciste, l'ange de feu qui autorise tout et surtout le pire, l'ange qui trouble les âmes jusqu'à leur donner une raison infaillible, une foi infaillible, une puissance infaillible à tuer, à profaner la vie de femmes, d'enfants et d'hommes bien souvent innocents. La machine de mort pour atteindre le soi-disant paradis. En fait, le nihilisme le plus absolu et le reniement de l'Amour. Le Djihad est le Néant.

Satan, l'ange de la Division, le même que l'on retrouve dans le slogan de Génération identitaire à Poitiers aujourd'hui sur le toit de la mosquée en construction :« Immigration, construction de mosquées : REFERENDUM ! » Car quand on mord la main de celui qui accueille et protège, le retour de bâton se paie cash. Les démocraties ne supportent plus l'impérialisme de l'idéologie djihadiste et les démocrates se révoltent. Déséquilibrées par ces fous de terreur, les démocraties voient à leur tour la pureté de l'idéologie fasciste d'extrême droite prendre du pouvoir et de la grandeur. Les extrêmes se rencontrent et se combattent. Bientôt dans la ville, quartier par quartier, rue par rue, la pureté affrontera la pureté. Impossibilité des rencontres, impossibilité de parler à l'Autre, cet ennemi qu'il faudra éradiquer de la scène. Ethnocides, génocides deviendront la norme de ces gens purs.

« Manhattan-Kaboul » chantait Renaud. Le Suisse que je suis lui répond l'axe « Matran – Givisiez - Guin », quelques kilomètres de mon pays, de mon lieu d'origine. Un Suisse de souche, musulman de conversion qui ne peut plus converser avec les extrémistes de partout qui envahissent les médias et la scène publique pour jeter des bombes médiatiques puis réelles comme seul et unique cri de ralliement et de haine :

«La solution n’est pas les fatwas, mais booooooom.» avait annoncé à ses sœurs et frères européens le musulman Garsallaoui.

Il y aura toujours une solution finale quelque part pour les faiseurs de haine. Il y aura toujours une réponse brutale à cette haine absolue : la mort venue du ciel par un drone, par exemple. Non. Ce n'est pas la foudre d'Allah. C'est la foudre de la liberté tombée sur celui qui croyait être plus malin, plus pur, plus noble que toutes celles et tous ceux qui étaient des porcs de boucherie sans identité à ses yeux et à ceux de son épouse Malika.

« En octobre 2008, Garsallaoui écrit une «Lettre au peuple suisse». Le gouvernement helvétique aurait déclaré la guerre à l’islam et aux musulmans parce qu’il appartiendrait «au camp du mal sioniste-américain», écrit-il. L’arrestation de son épouse dans le petit deux pièces cuisine de Guin le travaille encore. «L’un des plus sales régimes de ce monde» aurait interdit de porter le voile à sa Malika, pourtant «si pure et jalouse pour sa religion». «Rien que le souvenir de ce jour-là me donne un sentiment étrange. (…) Je jure par Celui qui a créé les cieux et la terre que ceux qui ont maltraité ma famille ne seront pas à l’abri du châtiment.» Garsallaoui.

Dudo est un jeu de dés en Amérique du Sud qui connaît aussi la mort subite. Je veux bien être parmi les joueurs de Dudo en participant dans le film réel « Tudin Gun » (Düdingen en Allemand, Guin en Français) pour sauver la liberté démocratique de mon pays. Musulman et plus encore, oui. Aucun reniement. Mais musulman terroriste et tueur de mes origines, jamais. La démocratie s'accommode des impuretés de ses concitoyennes et concitoyens. L'impureté est la levure qui fait monter le bon pain et offre au peuple une terre de liberté, de paix, d'asile, de prospérité, de solidarité. L'impureté a créé la source pure helvète, terre ou la mixité est comme une mer pleine de sa biodiversité si riche et féconde en talents, énergies positives et respect de toutes les minorités.

Je termine par la chanson de Renaud et d'Axelle Red en vous donnant le lien d'un article qu'il est indispensable de lire, musulman comme non musulman.

Lire : http://www.lematin.ch/monde/devenu-terroriste-amour-veuve...

 

19/10/2012

Sylvia Kristel: l'esprit sain d'une fumeuse

 

 

Un fauteuil, un mythe, tressé d'osier.

Elle avait osé

Se dénuder comme un poème

devant le risque de blasphème.

Dieu en veut-il à l'Esprit clair

quand celui-ci se fait chair?

Dieu juge-t-il l'Amour obscur

quand le sexe se fait pur?

 

Elle n'était pas la fille-foulard de l'extrémisme.

Mais la Scène soixante-huitarde de l'érotisme

a-t-elle besoin religieusement de dogmes

pour satisfaire à l'esclavagisme des hommes?

Le Printemps arabe n'a pas connu d'Emmanuelle.

Il reste interdit et clos devant l'Eternel.

 

Demain, elles descendront colorées en cordes

du Ciel pour ouvrir la charia aux ondes monocordes.

Inch'Allah!

 

 

http://www.imdb.com/video/wab/vi2113667609/

 

18/10/2012

Me souvenir de ton image... (Pussy Riot remember)

Des T-shirts, des parfums, des alcools, des fêtes, des cigarettes, des drogues, des saintes, des diablesses, des che-guevaraettes, des mitrailleuses, des tronçonneuses, des amoureuses, des jouisseuses, des pisseuses, des pieuses, des vicieuses, des vertueuses, des

Pussy

Riot

Parties

Elles font de la politique, pas du marketing. Mais que ferait la politique sans marketing? Une chose est sûre. Elles ne veulent pas se faire piquer leur image par des petits malins qui commercent sur leur dos pendant qu'elles croupissent en tôle.

Cela vaut parfois la peine d'aller foutre le bordel dans une église avec une braillardise punk. Deux ans de camp et une renommée mondiale. Les Puxxy Riox ont tout l'avenir devant elles. Et comme elles ont déposé leur marque, je plagierais plus malin. Enfin, si j'étais commerçant d'alcool, ma vodka deviendrait:

 

The Puxxy Riox

la vodka triple XXX

qui t'unit à SKY DOG

dans une église russe


in english:

 

The Puxxy Riox

The trippleVodka XXX

Who meet you and SKY DOG

in a russian Church