28/12/2012

Mister Fiscal Cliff précipite la fin du monde

On ne touche ni à l'armée américaine ni aux super riches. On tronçonne de façon drastique dans le système social et on licencie lourdement dans la fonction publique. Tel est le programme suicidaire des Républicains américains pour faire face à la dette.

L'Amérique vote pour des personnes élues grâce à des sommes d'argent monstrueuses investies durant les campagnes électorales. Ce sont donc des super riches qui se retrouvent à la tête du pays. La pire des erreurs démocratiques. Le peuple vote pour des roitelets, des empereurs de la finance, des fadas du dollar. Tout sauf des représentants du peuple ordinaire.

Et ces super riches qui représentent la puissance de l'Amérique sont aussi la déchéance de la première démocratie du monde. L'impôt n'est plus vu comme normal. Il est considéré comme une entrave au développement personnel et une embûche au libéralisme. Pire, il est devenu l'ennemi, cet Etat obèse qui se nourrit des impôts des riches pour redistribuer aux plus faibles, payer les salaires des fonctionnaires, gaspiller les deniers dans des projets inutiles. L'impôt est mort. Et quand l'impôt est mort, c'est l'Etat qui se meurt et le racket qui prolifère. Partout où les gens ne payent plus d'impôts pour cause de poursuites, de non-emploi et de chômage durable, c'est la pauvreté, le crime, et l'anarchie qui dominent avec des oligarques à leur tête dirigeant de leur toute-puissance criminelle des micro-états mafieux.

L'Amérique en prend le chemin. C'est un certain Al-Capone de sinistre mémoire qui tient sa revanche sur l'Etat. Les gangsters vont pouvoir proliférer partout en Amérique. C'est chouette de voir les milliardaires refuser de payer tout en réclamant encore plus de sacrifices au peuple ordinaire. Avec une armée surpuissante, le peuple sera toujours bien défendue face à l'ennemi extérieure. Mais si tout cela tourne en guerre civile, de quel côté l'armée penchera ? Une dictature aux Etats-Unis, cela serait vraiment la fin du monde. Et pourtant, rien n'est plus impossible. Quand on se met à haïr pareillement la démocratie qui a donné à manger et à boire à tous ces super riches et constater que ces mêmes super riches salissent et sapent de la sorte les fondements de la démocratie, le seul régime qui restera possible sera Dieu ou la Dictature, ou plutôt Dieu et la Dictature. Le président Obama est-il un président démocrate qui a encore la moindre parcelle de pouvoir face à des chambres parlementaires qui bétonnent une véritable muraille d'Amérique entre elles ? C'est la vraie question et celle qui se pose finalement à toutes les démocraties du monde empêtrées dans des systèmes en quasi faillite.

Fin du monde 2012 : un Chinois se ruine pour bâtir une « Arche de Noé »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.