31/01/2013

Et bang! Tu m'intéresses

Un jour, l'homme et la femme ont appris à s'aimer. Avant, ils faisaient comme les animaux lors de la parade nuptiale. Un acte reproducteur pour la survie de l'espèce. Un jour, l'homme s'est mis à la conquête spirituelle de la femme après avoir été un mâle comme un autre mâle de la nature à la recherche de la femelle en chaleur. Un jour, cet homme et cette femme émancipés ont élevé leur univers. Ils ont quitté la position du quadrupède pour celle du bipède. Et ils se sont mis à philosopher et à méditer sur la vie, sur la mort, sur leurs relations homme-femme. En même temps, ils sont partis à la conquête de l'Amour Suprême, Dieu si vous préférez. Etre le protégé de Dieu c'était se créer une protection à toute épreuve contre la haine, la violence, la barbarie de ses sœurs et frères. Les poètes romantiques étaient nés, les muses et l'amour courtois avec eux. On a pu découvrir des merveilles dans les Mille et Une Nuit et tout autant dans les littératures du monde. Et puis les artistes ont survolés tous les horizons de l'Amour à travers des applications et des disciplines de plus en plus pointues (cinéma, théâtre, danse, peinture). Nous avons alors pensé que l'Amour devenait la principale préoccupation des hommes et des femmes. Nous avons espéré voir des anciens enseignés la sagesse et l'érotisme à des jeunes fous passionnés d'art et de de culture. Nous avons prié pour que ce monde de beauté advienne et que le primate barbare qui vit en nous cède sa place prioritaire au poète qui pouvait, qui devait forcément, naître en lui.

Et alors nous sommes tombés des nues de l'espérance divine à la pornographie la plus débridée. Libres de nos corps, emprisonnant nos esprits aux chaînes de notre nature primitive, nous avons voulu faire du sexe, encore du sexe, toujours du sexe. Et nos ami(e)s sont devenus des sex toys à consommer à la va-vite. Et nos relations se sont concentrées sur la sculpture d'un corps parfait apte à nous procurer un plaisir charnel rapide et renouvelable à souhait.

Nous avons oublié l'Amour. Nous l'avons négligé et épinglé sur un mur en y ajoutant en rouge à lèvres "Repoussé à bien plus tard. Pas trouvé le Prince Charmant" ou "l'homme de ma vie n'existe pas mais tous les jouets masculins sont dans la nature". Nous l'avons même rejeté comme un affreux avatar réactionnaire réservé à des temps très anciens. De l'Amour et des engagements ? Désengagement! Du pur sexe, pour le fun et le plaisir. Et si des enfants naissent ? Ben ils reconnaîtront forcément leurs pères et leurs mères au milieu de la grande partouze universelle.

« Bang your friends », la toute dernière application de Facebook la Vertu (pas d'image de nu sur Facebook, même pas artistique) qui s'implique pourtant avec sympathie et en toute amitié pour développer vos instincts primitifs de pornographe.

Au temps des barbaries, il y a aussi la guerre, ses crimes, ses génocides. Alors si Facebook faisait un petit effort moins hypocrite pour accepter et non censurer « l' Origine du monde » de Gustave Courbet tout en priant les dieux pour que l'Amour soit à l'Origine de nos existences plutôt que nos instincts primitifs, nous lui en serions très reconnaissants.

l'autoportrait de Courbet, "le désespéré":Courbet_autoportrait

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://lpblanc.blog.espresso.repubblica.it/lidia/page/74/

Commentaires

Gustave Courbet. Il est l'un des élus de la Commune de 1871. Accusé d'avoir fait renverser la Colonne Vendôme. Il est condamné à la faire relever à ses propres frais. Libéré de prison, il se réfugie en Suisse.

Gustave Courbet, né le 10 juin 1819 à Ornans, près de Besançon (Doubs), et mort le 31 décembre 1877 à La Tour-de-Peilz en Suisse, est un peintre français, chef de file du courant réaliste. Son réalisme fait scandale. Engagé dans les mouvements politiques de son temps, il est l'un des élus de la Commune de 1871. Accusé d'avoir fait renverser la Colonne Vendôme. Il est condamné à la faire relever à ses propres frais. Libéré de prison, il se réfugie en Suisse.

Écrit par : Touh lhune Iverson | 01/02/2013

Voici un billet câlin calibré comme je les aime. Entrelardé de culture baveuse.

Écrit par : Harry Coffin | 01/02/2013

Les commentaires sont fermés.