06/02/2013

L'athéisme sadien est frère de l'islamisme saoudien

Cela choquera peut-être certains. Pourtant, je l'affirme. L'athéisme sadien est de la même famille politique et philosophique que l'islamisme saoudien.

L’œuvre de Sade est philosophique et politique. Elle opère un renversement de toutes les règles morales traditionnelles : la calomnie, le vol, le meurtre et les pires débauches de cruauté y sont loués comme étant à la fois conformes à la nature et propres à former un peuple respecté de ses ennemis.

Citation empruntée à :

http://www.philophil.com/philosophie/mal/figures/sade/sad...

En prenant connaissance des souffrances infernales endurées par la petite Lama d'Arabie Saoudite http://www.algerie1.com/actualite/un-predicateur-saoudien...

, souffrances provoquées par le sadisme de son propre père qui l'a soupçonnait de n'être plus vierge (!), on en vient à penser que le régime saoudien soutient ses imams les plus pervers et qu'il a créé un système religieux et politique correspondant à la « liberté » sadienne et pas du tout à celle d'un Allah, Dieu d'Amour et de Protection de la dignité humaine.

La question est de savoir comment nous autres Occidentaux pouvons encore entretenir de bonnes relations diplomatiques avec cet islam-là et ces régimes théocratiques dignes des couvents de Sade ?

Les régimes islamiques et terroristes de tous poils entretiennent exactement la vision nihiliste du Marquis et empruntent à sa philosophie sadienne :

« Dans La philosophie dans le Boudoir, Sade entend d’abord justifier ses conceptions par la conjoncture : la scène internationale demeurant un état de guerre, la liberté des révolutionnaires est en danger si les Français ne sont pas précédés par leur réputation de férocité, or cette réputation ne s’acquiert que par des actes effectifs de cruauté. Sade revisite l’Histoire pour montrer que beaucoup de peuples autorisaient le meurtre en leur sein et attisaient ainsi leur valeur guerrière (jeu de gladiateurs dans les cirques romains, la chasse aux Ilotes à Sparte). »

En quelque sorte, l'extrémisme islamique rejoint l'extrémisme libéral qui ne s'embarrasse ni des lois, ni de sentiments, ni de justice, ni d'amour. Seul compte l'efficacité de la liberté, cela à n'importe quelle prix et contre toutes les valeurs d'humanité et de morale, voulue au nom de soi-même et d'accomplir, par tous les moyens immoraux tels que la corruption, le chantage, la menace de mort, et même le viol et le crime, l'impunité obtenu devant la loi des Etats et leur justice réservée aux peuples ordinaires et démocratiques.

Les imams, prédicateurs extraordinaires devant Allah, comme les milliardaires extraordinaires devant les Hommes, ne doivent en rien répondre à la justice ordinaire des Droits Humains. Ils font respecter leurs propres lois, leur propre injustice, leur propre autorité tyranique.

Et voilà pourquoi nous affirmons définitivement que l'islam du pire rejoint la liberté du pire préconisée par Sade.


 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.