06/02/2013

Meurtre politique en Tunisie, la fin et les moyens

 

"Quand on commence à détruire son patrimoine, quelles que soient ses croyances, c'est la fin de tout", murmurait un habitant en contemplant dimanche avec amertume les murs et la tombe calcinés du saint Sidi Bou Saïd El Béji.

 

Extrait tiré d'un article sur la destruction d'un mausolé en Tunisie le 12 janvier dernier. http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/01/14/tunis-cr...

 

Aujourd'hui 6 février 2013, c'est un opposant démocrate de gauche qui vient d'être assassiné en Tunisie. Chokri Belaïd a été assassiné de trois balles tirées à bout portant à la sortie de sa maison.

 

Toute la Tunisie est sous le coup de l'émotion. De nombreuses manifestations et des révoltes ont lieu sur tout le territoire tunisien. Le parti islamiste, au pouvoir depuis la révolution, est particulièrement visé par la population. D'où que vient ce crime, il a des origines religieuses. Il ne fait aucun doute que les extrémistes de l'islam ont orchestré et commandité le meurtre de cette personnalité populaire de Tunisie.

 

Au final, l'islam est en train de perdre ses relais démocratiques. Il se raidit dans le dogmatisme et l'intégrisme. Il ne pourra pas survivre à la tête de l'Etat tunisien. La vraie démocratie tunisienne crie sa révolte dans la rue. C'est elle qui au final obtiendra le droit de gouverner et de diriger un pays sous la coupe actuelle d'irresponsables religieux jouant avec le feu des haines, empêchent la Tunisie de rejoindre les rangs des démocraties modernes. La théocratie joue perdante. Elle n'aura pas le dernier mot.

 Chokri Belaid, porte-parole du Mouvement des Patriotes Démocrates

 

Chokri Belaid, porte-parole du Mouvement des Patriotes Démocrates

 

http://www.shemsfm.net/fr/album_photos/chokri-belaid-dans...

 

 

 

Commentaires

Lecture recommandée: "Les cocus de la révolution ..." par Mathieu Guidère, dont j'ai exposé l'argument principal dans le blog "Seuls les poissons remontent les rivières". Merci.

Écrit par : Mère-Grand | 07/02/2013

Les commentaires sont fermés.