08/02/2013

La saveur savante et sauvage d'une Sauveuse

 Sauver la Révolution. Sauver la Vie. Sauver l'Amour. Sauver la Démocratie. Sauver,c'est un verbe qui tient du miracle. Sauver la vie de quelqu'un au mépris de sa propre vie. Sauver l'amour de son couple alors que notre partenaire nous quitte pour un/une autre. Sauver la révolution qui se noie sous les ordres d'assassinat des dictateurs. Sauver la démocratie de sa corruption, sa petitesse, sa médiocrité ordinaire pour en faire la victoire de la liberté pour tous.

Oui. Sauver tient du miracle. Elle est en train de me sauver de mon naufrage amoureux et de mon indifférence à la séduction. Elle a su percer ma muraille de Chine et me transmettre de ses yeux qu'il pouvait peut-être exister une alternative à la vie d'ermite et à sa solitude absolue. Elle est comme un oiseau venu gazouillé sur le bord de la fenêtre. Je la trouve intelligente et discrète. Elle a connu les chasseurs et leurs fusils, craint de se rapprocher des dragueurs trop insistants. Elle a été blessée. Mais sa blessure, elle ne l'expose pas au tout venant. Elle porte la douleur des fleurs d'Indochine. Elle sent l'amour, pas l'amour physique. L'amour d'aimer romantique. Les prémices d'un printemps amoureux, impétueux, dans l'urgence des voluptés essentielles. Sauver un homme de ses désillusions et lui rendre sa possibilité d'aimer pour de vrai, pour de bon, pour la vie. Elle a un flair de chatte et des antennes vénusiennes qui dépassent le roulis des vagues  agitant son coeur. Elle est hyperactive et n'aime pas rester chez elle. Deux points communs, entre elle et moi. Le troisième, c'est notre point de rencontre et notre quart d'heure de séduction tous les soirs. Dans l'attente de mon dernier train. Je n'ai pas envie de rater le sien. Je prends garde à son luxueux Orient Express. Je veux sauver ma possibilité d'aimer pour de vrai, pour de bon, pour la vie, et peut-être la sienne aussi.

Sauver l'Amour. Par les temps qui courent, voilà un luxe, un calme, une volupté de poète perdu dans un monde sans lueur scotché à ses certitudes et à son triste matérialisme ou à son fanatisme religieux délirant.

Les commentaires sont fermés.