09/02/2013

Qu'a dit de mal Manuel Valls sur les révolutions arabes?

L'assassinat de Chokri Belaïd a des répercussions jusqu'en France et même en Egypte où les courants laïcs le soutiennent en porte-drapeau, comme ils avaient soutenu, sur la place Tahrir, Mohammed Bouazizi, le Tunisien qui déclencha la Révolution de Jasmin.

Le Ministre de l'Intérieur français a osé quelques vérités qui font mal aux islamistes espérant toujours imposer un système religieux basé sur la charia plutôt que suivre les revendications légitimes et globales du peuple sur un modèle démocratique qui permettrait un modus vivendi pour tous.

Vouloir imposer tous les codes religieux de la charia et à tous impose immanquablement l'éradication de la démocratie. Si, du côté des islamiques, on demande à Manuel Valls de se taire et de ne pas s'immiscer dans les affaires des Tunisiens, on retrouve l'exact et même discours de menace qu'a subi Chokri Belaïd, le Tunisien, à qui on demandait de se taire sous peine de menace de mort. Ce qui a été fait par ses ennemis de la pire des méthodes et par la manière brutale et radicale de son assassinat.

Manuel Valls n'a pas à se taire. Au contraire, il doit continuer à parler pour la défense des valeurs démocratiques menacées par les fous de religion désirant faire de la planète un grand centre de concentration du fascisme religion. Manuel Valls n'a pas à se taire. Car il défend les aspirations démocratiques des peuples arabes, les aspirations spirituelles de liberté dans le jeu démocratique des idées, des philosophies, et des religions. Manuel Valls n'a pas à se taire. Sinon, c'est l'Europe des Lumières qui finira par se taire et mourir devant l'assaut des terroristes religieux qui ont un plan global d'expansion pour la planète Terre.

Je soutiens sans condition le discours de Manuel Valls. Car ce discours est un discours responsable d'un démocrate qui respecte toutes les croyances, la liberté de conscience et ses expressions publiques comme privées d'agir dans la sphère publique. Mauel Valls soutient la vraie Révolution de Jasmin et non celle, usurpée, par les intégristes religieux. Il n'est pas question d'interdire à Manuel Valls de dire sa pensée et son opposition à des gouvernements religieux qui ne respectent pas la liberté, la démocratie, la pluralité des opinions, des philosophies, des religions. Il n'est plus question, pour nos démocraties, de se faire envahir par la pollution d'idées et de réalités moyenâgeuses qui se pratiquaient du temps du Prophète. Verrait-on avec un bon oeil, dans un autre ordre de pensée, le recours à la pratique de l'empalement contre tout opposant, pratique chère à Vlad Dracul, alias le Comte de Dracula, qui terrorisait ainsi ses ennemis, en Roumanie ?

Manuel Valls a dit quelques vérités bien senties. Des vérités qui, si nous ne les défendons pas, coûteront très chères à notre liberté et notre démocratie. Le temps de l'intimidation islamiste est révolue. Il est temps de travailler tous ensemble à la réalité des valeurs essentielles de notre temps. Soit la liberté, la démocratie, et la conscience universelle d'appartenir tous à la même communauté de bien. Pour cela, on attend des milliers de Manuel Valls qui se lèvent pour dire combien la démocratie est un bien pour les aspirations des peuples.

http://www.lepoint.fr/politique/tunisie-valls-la-france-d...

 

Les commentaires sont fermés.