18/02/2013

Je suis la balle tragique dans le canon de beauté

Oskar Pistorius a tué son bébé. En pleurs, exprimant sa détresse devant un pasteur de Dieu, son sentiment de culpabilité est, semble-t-il, réelle et vraie. Il aurait voulu, dans les premières heures du drame, que Dieu le rappelle à Lui. Du suicide, il n'en a eu ni la volonté ni le courage. Mais est-ce plus courageux que de se suicider plutôt que de vivre et porter le poids de sa culpabilité devant les Hommes?

Pourtant c'est à une toute autre version qu'il s'adonne devant la justice. De se dire innocent, devant l'Humanité et sa famille, d'un drame passionnel mais responsable du meurtre d'un cambrioleur qui aurait prit l'allure de son ange pour en devenir un démon voleur, voilà qui tient ou de la parabole biblique ou de l'asile psychiatrique ou du machiavélisme d'un homme qui tient à sa peau et à sa liberté. Oskar Pistorius est-il fou, faux prophète, ou menteur comme ce n'est pas permis?

La publicité de Nike avec le slogan : "I am the bullet in the chamber

Et à la fin...Just do it. Maintenant fais-le.

Qui est le voleur? Qui est l'assassin? Qui est la victime? D'où vient cette obsession marketing de la balle dans le canon? Cette violence publicitaire qui nous affirme sur nos écrans de télévision que tu dois être un tueur pour vaincre. La guerre. Toujours la guerre pour effacer et éliminer l'Autre. N'y arrivera-t-on donc jamais à travers la paix, l'envie de partager la part du festin, le désir d'aimer et de jouer à la compétition sans vouloir la mort de l'adversaire? Et dans nos relations charnelles, est-ce le même procédé qui agit en nous? Faut-il se battre, prouver que nous sommes le meilleur au lit, au bureau, financièrement, faire des scènes de jalousie à notre petite amie, menacer un rival de mort, pour se faire aimer et estimer de notre partenaire qui nous considère alors comme le champion, le numéro 1 toute catégorie de sa vie?

Pourtant, quand on visionne cette incroyable vidéo de Reeva Steenkamp, petite amie de Pistorius tuée dans ce drame, après son élimination dans un jeu de Télé-réalité, on n'arrive pas à croire et à lire sur son visage toute cette agressivité, toute cette violence, tout ce langage guerrier nécessaire à la réussite amoureuse, sportive, commerciale d'une existence humaine. On a juste l'impression d'un ange, d'un amour qui nous enlace dans la paix et la félicité de la vie. Alors nous vient aussi l'envie de vomir de dégoût sur notre façon d'aimer l'exclusivité de la réussite, l'exclusion sociale indispensable qu'elle impose, sa nécessaire volonté d'éliminer l'Autre, sa capacité de nuisance et de destruction mentale et spirituelle, sa possession de l'âme et de l'esprit.

Unis par la vie. Unis à travers la mort. Oskar est devenu la balle tragique transperçant le canon de beauté Reeva. Quant au voleur chacun interprétera à sa façon quel est ce voleur d'âmes (société, capitalisme, Satan) dans cette parabole fascinante de l'homme handicapé qui courait sans jambe plus vite que tout le monde grâce à la technologie de notre époque qui lui ouvrit l'accès à la gloire et au succès mondial. Le signal d'alarme venu du Ciel que notre civilisation court à son propre suicide si nous ne changeons pas nos codes de conduite et de séduction contemporains.

A moins que les vices continus de nos existences compétitives aient déjà enlevé à la Vertu toute ses forces en la dérobant à nos âmes sa part de Bien nécessaire au partage de l'Amour …

Et si le cambrioleur fantôme de Pistorius était au final le résultat psychologique à la frénésie de notre société de consommation ?

Lire également : http://www.rue89.com/2013/02/18/reeva-steenkamp-santa-sub...

 


Tribute video released for Reeva Steenkamp par itnnews

Commentaires

Ouaip Pachakmac: le groupe "Bullet for..." n'avait certainement pas imaginé à quel point son nom collerait un jour à l'actu...

Terrible ce destin, ces deux destins.

Écrit par : hommelibre | 18/02/2013

Terriblement prophétique...John. si seulement les femmes et les hommes avaient conscience que ce drame c'est un peu notre drame shakespearien à nous tous. Roméo et Juliette sacrifiés sur l'autel de nos violences inhumaines et modernes. Peut-être artistes et cinéastes vont sortir quelque chose de surprenant, de beau, et de grand de ce drame intime de l'amour perverti par toutes sortes de parasites intérieures et extérieures à nos vie. Perso, je le souhaite vraiment. Notre monde doit évoluer vers autre chose que ce cannibalisme matérialiste qui rend fous athées comme croyants en Dieu. L'amour mérite mieux que la violence et le crime.

Écrit par : pachakmac | 18/02/2013

Les commentaires sont fermés.