29/03/2013

El Assad et son régime sont seuls au monde

Un site arabe l'avait annoncé mort dimanche dernier. Fausse info. Sauf que durant cette semaine cruciale, le siège de la Syrie à la Ligue arabe vient d'être accordé et occupé par l'opposition syrienne. Sauf que durant cette semaine cruciale, Bachar le désespéré, qui avait fait appel aux BRICS (entre autres qui regroupent Chine et Russie) en ces termes:

« Vous seuls, qui, grâce à votre puissance politique, économique et culturelle, cherchez à renforcer la paix, la sécurité et la justice dans le monde troublé d’aujourd’hui, êtes en mesure d’atténuer les souffrances du peuple syrien, » a écrit Bachar al-Assad. Puis il a qualifié le groupe des BRICS de « force juste cherchant à consolider la paix, la sécurité et la justice entre les peuples et à les protéger des puissances hégémoniques, qui oppriment peuples et nations depuis des décennies ».

s'est vu recevoir un camouflet en retour:

A la fin du sommet des BRICS, un communiqué a été publié sur le sujet. Les participants y ont « exprimé leur profonde inquiétude devant la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire en Syrie et condamné les violations croissantes des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans un contexte de poursuite de la violence. »

Le communiqué ajoutait que le cadre de l’accord signé le 30 juin dernier sous les auspices de la Ligue arabe, et devant permettre la création d’un gouvernement de transition en Syrie, « fournit les bases à la résolution de la crise syrienne ». Les cinq pays ont aussi rappelé leur opposition à une poursuite de la militarisation du conflit.

http://www.jolpress.com/brics-bachar-al-assad-syrie-bresil-russie-inde-chine-afrique-sud-article-818465.html

L'exigence de l'existence d'un gouvernement de transition est exprimée par tout le monde ou presque. On n'y mentionne pas, dans ce communiqué, que Bachar el Assad doit participer à ce gouvernement de transition. Communiqué qui met par ailleurs en évidence l'accord signé le 30 juin dernier sous les auspices de la Ligue arabe, cette même ligue qui a accordé cette semaine le siège exclusif à l'opposition. Les BRICS ne critiquent même pas la position de la Ligue arabe d'accorder le siège de la Syrie à l'opposition.

Bachar n'est pas mort samedi passé. Mais sa mort politique sur le plan international a été déclarée. Le monde entier lui signifie la fin de son régime.

C'est une grande victoire diplomatique pour la Syrie libre.

Les commentaires sont fermés.