30/03/2013

Etat de Guerre, Drapeau et Résurrection

Le Christ était en guerre. Son arme unique : l'Amour. Son combat unique : l'Amour. Son cri ultime : l'Amour. Il n'avait pas le goût de la violence. Pourtant sa violence verbale l' a mis au ban de la société et fait ensuite condamné à mort. Sa violence verbale n'encourageait pas à la haine de l'Autre. Sa violence verbale répondait à l'appel de Dieu et à ses Commandements. Tomber du Ciel ou créer dans l'intimité la plus profonde du cœur des hommes ces 10 Commandements de la Bible qui interdisent ?

Jésus, au plus profond de la détresse des gens, défendait encore celles et ceux qui avaient péché et qui étaient condamnés par la justice expéditive des hommes. A la lapidation de la femme adultère, la loi divine faite par les hommes, Jésus y répondait : « Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre ». Quelle force d'Amour chez cette homme, fils de Dieu. Lui qui, le premier, aurait dû appuyer la Loi sacrée, il en modifiait la cruauté pour en appliquer d'abord le premier des Commandements : « tu ne tueras point, donc tu ne lapideras pas ni torturera tes soeurs et tes frères » devenant priorité absolue face à l'autre Commandement : « tu ne commettras point l'adultère ». Il avait inventé les Droits de l'Homme. Il avait fait de sa voix le vote pour la fin de la peine de mort. Il a fallut le XXème siècle pour que certains Etats démocratique mettent en application, dans leurs lois, ce Commandement Suprême !

Jésus, premier des démocrates. Celui qui défend le plus faible. Celui qui lui donne sa voix pour sa défense. Avocat de tous, moins souvent procureur, jamais bourreau, toujours aimant et consolant. Le Christ est un exemple pour le drapeau que je porte en mon cœur « Peace & Love »

 

http://www.editionsmondialis.com/tag/musulmans/

 

Les commentaires sont fermés.