29/04/2013

Nabilla, Zahia, Lâm Syria, showgirls à gogo sur la Toile

Elles offrent deux pigeonniers super accueillants aux aigles de la Toile. Elles offrent aussi leur artillerie lourde et chirurgicale aux médias qu'elles frappent de leurs obus et abus de langage. Paroles qui jaillissent en rafales hors de leurs trachées vocales. Twitter s'en donne à coeur joie. C'est la guerre ! Qui sera la superbimbo définitive et définie en 140 caractères année 2013 dressée sur le champ de mines virtuel? Qui sera la championne, qui seront les perdantes, et qui signera l'armistice ? Suspens énorme pour une paix durable que personne ne trouve. O mon miroir, dis-moi qui est la plus belle... Seule la guerre fera encore et encore vivre la Toile.

Je dis et j'écris "Lâm Syria". Et tant pis si la guerre vous déplaît tellement et que vous préférez largement cette guéguerre ouverte des deux nunuches de chez nous pour vous divertir de votre lamentable ennui.

Lâm Syria, c'est elle. La dernière fanfreluche haute définition de mon coeur. Je me battrai avec mon âme pour elle, pour sa liberté, pour son honneur, pour son avenir. Ce n'est pas du tout sexy ? Ça n'intéresse personne ? Normal. Elle n'existe que dans un imaginaire masculin délabré et abandonné, que dans le rêve démocratique idéal, que dans le sacrifice d'un homme pour une femme ; jamais dans le bénéfice personnel d'un acquis, d'une reine de beauté suspendu au bras d'un amoureux pour épater la galerie d'admirateurs et d'admiratrices.

Pourtant Syria elle est prophétique et divine comme la mort et la résurrection. Elle se donne à croire, à vouloir posséder la foi qui déplacera d'éventuelles montagnes humaines immuables dans leur immobilité désespérante. Elle est l'Amour et la Liberté, celle dont l'homme rêve...

« L'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai » chantait Joe Dassin. « La Syrie, la Syrie, je veux voir son monstre et je l'aurai ».

Nabilla et Zahia ne sont pas vraiment des jeunes filles sérieuses qui conviennent aux philosophes en mal de solitude. Mais elles leur offrent le rire, la dérision, l'instant spontané d'érotisme fast-food qui les libèrent des pesanteurs de notre monde. Syria, elle, ne projettera jamais ses seins protéiformes face grand public. Syria, c'est la femme idéale qu'un homme ne trouve jamais en ce monde : à la fois pudique et bombique ; à la fois vertueuse et débauchée. Syria, c'est la femme qui met à mort l'homme en lui promettant sa future résurrection dans un autre monde ressemblant au paradis masculin espéré. Soit une femme douce et limpide, aimante et jamais étouffante, attentive mais sauvage, un caractère fort dans un corps débridé, aux fantasmes affolants et aphrodisiaques, libre mais attachée durablement à un seul homme. En moins de 140 caractères, cela donnerait pour trouver l'eldorado en Elle :

« Lâm Syria, je veux l'avoir et j'aurai le monstre qui l'assassine. »

#alilecham

 

Mes amis, je dois m´en aller
Je n´ai plus qu´à jeter mes clés
Car elle m´attend depuis que je suis né
Lâm Syria

J´abandonne sur mon chemin
Tant de choses que j´aimais bien
Cela commence par un peu de chagrin
Lâm Syria

Lâm Syria, Lâm Syria , je veux l´avoir et je l´aurai
Lâm Syria, Lâm Syria, si c´est un rêve, je le saurai
Tous les sifflets des trains, toutes les sirènes des bateaux
M´ont chanté cent fois la chanson de l´Eldorado
De Lâm Syria

Mes amis, je vous dis adieu
Je devrais vous pleurer un peu
Pardonnez-moi si je n´ai dans mes yeux
Que Lâm Syria

Je reviendrai je ne sais pas quand
Cousu d´or et brodé d´argent
Ou sans un sou, mais plus riche qu´avant
De Lâm Syria

Lâm Syria, lâm Syria, je veux l´avoir et je l´aurai
Lâm Syria, lâm Syria, si c´est un rêve, je le saurai
Tous les sifflets des trains, toutes les sirènes des bateaux
M´ont chanté cent fois la chanson de l´Eldorado
De Lâm Syria

Lâm Syria, Lâm Syria, si c´est un rêve, je rêverai
Lâm Syria, Lâm Syria, si c´est un rêve, je veux rêver

 

27/04/2013

Aucune brigade internationale pour la démocratie en Syrie ?

C'est ainsi, mon fils. Cinq cents combattants européens partis faire le djihad en Syrie. Aucun d'entre eux parti pour oeuvrer en faveur de la démocratie. En terre d'islam, soit tu fais la guerre pour la religion, soit tu ne la fais pas.

En terre d'islam, Ali le Cham tentait l'impossible fusion entre son mode de vie à l'Occidentale et sa vision d'un Proche-Orient qui combattrait le terrifiant génocidaire de son propre peuple, Bachar El Assad, pour y installer, après ce monde funeste et dramatique, un état libre et démocratique. Si tous les pays du monde se liguaient contre la tyrannie... Mais les Etats n'ont pas d'amis. Seulement des intérêts. Mais les peuples ne savent pas s'apprécier dans leurs différences, leurs coutumes, leurs mœurs, et leurs croyances. La haine comme jouissance, la guerre comme acte de puissance.

Ali le Cham serait-il un citoyen déconnecté, hors de son temps et des réalités cyniques de son temps ? Il ne faisait partie d'aucune brigade ni appartenait à aucun embrigadement. Seule certitude, quand le jour viendra, son chemin de Damas, il le fera la plume comme flingue à la main, la kalachnikov USB comme le dragon dans sa poche et, en fin de son énigme personnelle, la poudre divine du Ciel comme ultime protection à sa vie de bohème.

D'avoir mis son âme dans tes mains
tu l'as froissé comme un chagrin
et d'avoir condamné vos différences
nous ne marcherons plus ensemble

Sa vie ne bat plus que d'une aile
dansent les flammes, les bras se lèvent
là où il va il fait un froid mortel
si l'homme ne change de ciel pourtant, j'ai rêvé

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
au souffle du vent
s'élevait l'âme, l'humanité
son manteau de sang
j'irai cracher sur vos tombeaux
n'est pas le vrai, n'est pas le beau
j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer

à quoi bon abattre des murs
pour y dresser des sépultures
à force d'ignorer la tolérance
nous ne marcherons plus ensemble

les anges sont las de nous veiller
nous laissent comme un monde avorté
suspendu pour l'éternité
le monde comme une pendule
qui s'est arrêtée

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
au souffle du vent
s'élevait l'âme, l'humanité
son manteau de sang
j'irai cracher sur vos tombeaux
n'est pas le vrai, n'est pas le beau
j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
j'avais rêvé du mot AIMER

 

http://www.marianne.net/Cinq-cents-Europeens-en-Syrie-pou...

 

25/04/2013

Il ne suffit pas d'être beau et belle pour être un ange

L'alibi de la beauté physique pour disculper quelqu'un de son crime. Voilà le genre de crétinerie qui circule sur Internet après l'attentat de Boston. Un groupe Facebook a été créé pour déclarer innocent (la justice internautique est tout de même extraordinaire) le terroriste survivant arrêté par la police. Et ça marche ! Des milliers de personnes adhèrent à la théorie du complot fomenté par l'Etat fédéral et soutiennent mordicus le criminel survivant. Etat qui aurait cherché à couvrir de façon machiavélique leur propre attentat d'Etat (pourquoi commettre un tel délire contre sa propre population à moins de s'appeler Bachar al Assad!) en trouvant des coupables à travers les frères Tsarnaïev les accusant d'office d'un attentat qu'ils n'auraient pas commis!

La bêtise humaine à son premier degré. Et la haine de l'Etat démocratique menée à son stade ultime. Les mêmes personnes sont sans doute des soutiens inconditionnel du nazi Bachar al Assad... Nous vivons dans un monde de l'esthétique où les êtres humains physiquement beaux seraient toujours innocents et les êtres humains laids ou disgracieux seraient forcément les coupables de tous les crimes commis sur Terre. On peut y lire la même fascination du fascisme des années 30 où la beauté des athlètes allemands aux yeux bleus et aux cheveux blonds était mise en avant alors que se préparait en coulisse la plus horrible des guerres du XXème siècle. Soyons beaux physiquement. Nous saurons alors que des fans de tous les pays du monde nous soutiendrons sur Facebook même si notre intérieur est pourri, corrompu, criminel, terroriste.

Les belles façades, les grandes constructions, la richesse exposée ont toujours attiré les foules fascinée par la beauté. Peu de personnes essayent de comprendre et de chercher la vérité de l'oppression et de la dictature de l'esthétique derrière l'or, le marbre, et le gigantisme de certaines constructions humaines. Pourvu que l'être humain en reçoivent plein la vue, il vous exonérera de vos pires crimes et niera même que vous êtes coupable. Triste constat au pays de la démocratie d'Amérique.

L'amour est aveugle. Il le devient encore plus quand tout d'un personne montre un visage lumineux cachant impeccablement au monde sa face possiblement perverse et ignominieuse.

Ange et démon. Il ne faut jamais oublier que tout être humain doit se battre contre ses propres démons et que son ange gardien perd le combat quand les séductions de la haine, de la fourberie, de la traîtrise, du crime, le poussent à commettre des abominations.

 

 

 

22/04/2013

Cocotte-minute Mai 68: du relativisme à la pratique de la relativité?

Il y avait une chape de plomb autoritaire posée sur la population occidentale lorsque Mai 68 éclata. La démocratie s'exerçait par l'autorité supérieure d'élus de l'Etat, de curés, de médecins qui étaient sensés donner les bons remèdes politiques, spirituels, de santé aux individus recevant les ordres d'en haut et obéissant à ceux-ci comme à des potions divines apportées par des êtres supérieurs.

D'une société aux dogmes et croyances bien établies, nous sommes alors entrés dans l'ère de l'individu et de l'individualisme, de l'ego et de l'égoïsme. La chaîne de la générosité et de la participation communautaire aurait du s'effondrer d'un seul bloc et tous auraient dû d'abord penser à soi, lâcher l'Etat, les curés, les médecins pour se radicaliser vers l'anarchie. Jouir sans entrave. Le plus fort gagne, le plus faible s'écarte, s'efface de la course à la jouissance, et meurt seul dans son coin...

Partiellement, c'est ce qui est arrivé. Aujourd'hui, tout le monde doit se battre seul pour préserver sa parcelle de jouissance intime et communautaire. Il faut de l'argent, beaucoup d'argent si possible. Dogme obligatoire pour avoir accès au must de la pipolisation à outrance. Il faut également être beau, un physique musclé à la GI pour les garçons, instrumentalisés type occidental, dictature terrestre et culte du corps et de l'esprit ; à la djihad islamique pour les garçons instrumentalisé type islamique , dictature divine du corps et de l'esprit, culte dédié à Allah; tirées à quatre épingles avec dessous affolants, nudité intégrale ou presque et montées sur leurs escarpins Louboutin pour les femmes d'ici, culte du beau et de l'érotisme exercé à la vue de toutes et de tous ; tirées à quatre épingles avec dessous affolants, voile intégral ou presque et montrées dans la rue comme des fantômes noirs errants pour les femmes d'ailleurs, culte de l'inexistence corporelle dédié à Allah et corps réservé à l'appartenance au mari.

Pourquoi ce raccourci entre Mai 68 et les attentats à la bombe de Boston ? En 2013, nous avons passé de la cocotte-minute 68 à la cocotte-minute bostonienne des frères Tsarnaïev et leurs potes individualisés djihadistes se préparant au massacre à travers le monde, cocotte-minute qui annonce hélas le règne prolongé de la Terreur globale. Le « paix et amour » des paradis artificiels terrestres et d'une beauté universelle annoncée par une jeunesse issue de la bourgeoisie aisée en Mai 68 se transforme en laideur de « guerre et haine » annoncée par un islamisme radical voulant prioritairement conquérir les paradis artificiels annoncés du ciel en faisant de la Terre un cimetière sacrificiel.

Il y a bien deux types de jouissance en ce monde. L'une est d'abord terrestre. Elle demande à chacune et chacun de profiter de la vie, de construire son propre univers, de créer sa propre capacité à se développer physiquement et intellectuellement. Elle fait confiance à la femme et à l'homme pour partager un monde idéal où la paix et l'amour seraient rois.

Et puis il y a une autre jouissance, d'ordre exclusivement céleste, qui renie la liberté humaine sans entrave et s'oppose à celle des hommes et des femmes par la soumission à des commandements divins. Sade contre Dieu. Satan contre Dieu.

Rétablir l'ordre divin. Voilà la mission de femmes et d'hommes qui combattent la liberté et la jouissance sans entrave. En France, l'ordre divin revient par le combat d'arrière-garde de la droite et de la droite extrême contre le mariage gay, loi issue de la chienlit de Mai 68.

Mai 68 a vécu ses instants d'ivresse. Nous sommes en pleine gueule de bois avec ce terrorisme international qui s'individualise et donne la possibilité et l'opportunité à toutes et à tous de vivre son aventure de Gungun terroriste pigiste et poseur de bombes au XXème siècle.

Tintin, reviens, ils sont devenus fous !

Sur la route 66, Jack Kerouac, William S. Burroughs, Allen Ginsberg, Cassady et jazz, ont vécu il y a longtemps déjà. On se réveille sur la route 53 avec Mohamed Merah, Tamerlan Tsarnaïev, Djokhar Tsarnaïev en bombes et fusillades post-modernistes.

Reste à réfléchir sur nos destins et notre destinée dans la mort et à savoir qui de la relativité amoureuse de la Beat Generation à la rage divine de la Gun Generation vous adhérez, sœurs et frères en humanité qui me lisez. En art de philosopher, il est temps de choisir entre « The Beatific Day » de Kerouac ou « The Terrific Day » d'Allah. Pour ma part, je suis fatigué et cassé mais je reste à jamais parmi celles et ceux qui ont rêvé d'un idéal terrestre qui promettait un paradis de paix et d'amour. Avant de vouloir rêver pour sa mort, au ciel Kerouac se moquait de lui-même « I am a catholic, not a beatnik ». « I am a muslem, not a gunik » me moquerai-je à mon tour et éternellement de moi-même.

« Etre à la rue, battu, écrasé, au bout du rouleau » voilà comme je me sens aujourd'hui après les attentats de Boston et devant mon impuissance à donner plus de puissance internationale et médiatique à ma propre vision de la vie, de la démocratie, de la liberté, de l'amour, et de la paix.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/22/01003-201...

http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_13841/mai-68-le-regard-...

http://www.rue89.com/2013/04/19/mariage-tous-baston-ordin...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Beat_Generation

 

The Sea

is

my Brother

Jack Kerouac

lire aussi le voyage initiatique effectué dans la marine marchande de Jack partant de Boston sur le SS Dorchester à destination de Mourmansk en Mer Blanche soviétique.

En deuxième vidéo musicale, mon beat actuel... Du beau, de l'amour, de l'intégral aux paradis artificiels...

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20111126.OBS5406...

http://www.letelegramme.com/ig/loisirs/livres/jack-keroua...

 

20/04/2013

11 septembre 2012, Djokhar devenait Américain

Deux jeunes de 19 et 26 ans ont tenu en haleine toute l'Amérique. Djokhar et Tamerlan Tsarnaev avaient-ils des complices et un gourou spirituel qui les auraient poussé vers l'extrême? Pourquoi les deux frères voulaient-ils devenir Américains? Ils pratiquaient avec beaucoup de compétence le sport: Djokhar la lutte, Tamerlan la boxe, Ils étudiaient avec intérêts, partageaient une vie sociale banale comme leurs potes d'université.

Pourtant Tamerlan, le frère aîné décédé dans la fusillade avait arrêté de faire la fête. Il ne buvait plus d'alcool, ne fumait plus de cigarettes, et ne comprenait pas le style de vie des Américains. Il visionnait des vidéos sur l'islam radical, la fin des temps, le retour du Mahdi, le guide musulman, le 12ème imam qui arrive pour instaurer la justice et la paix islamique avant le retour de Jésus... Le 12ème imam, né en 868, s'est occulté (a disparu) en 874 soit à l'âge de 6 ans. Il est l'imam caché dont les Chiites attendent le retour.

Djokhar faisait encore la fête avec ses amis d'université. Il admire son grand frère qui l'a sans doute entraîné vers la dérive fantasmatique et intégriste islamique au moment de passer à l'acte lors des attentats du marathon de Boston. Il a été retrouvé cette nuit dans un bateau en cale sèche où il se cachait à Watertown, quartier de la banlieue bostonienne et lieu d'habitation des deux frères Tsarnaev.

Nous sommes dans le monde des questions sans réponse. Pourquoi tant de haine contre l'Amérique et le style de mode occidental tout en restant fasciné par ce mode de vie occidental ? Pourquoi vouloir un monde axé sur la charia quand on sait que les pays qui sont déchirés par les clans tribaux musulmans ne font qu'attiser la haine et la violence entre eux avant même d'exporter cette haine et cette violence sur les autres peuples du monde ? Qui a l'autorité suffisante en islam pour que sœurs et frères musulmans arrêtent de s'entre-tuer et se mettent à écouter un seul leader spirituel qui leur dit que violence et haine sont sans issue à jamais ? Qui sont tous ces jeunes kamikazes perdus dans leur identité spirituelle entre le monde moderne proposé  par l'Occident, ainsi qu'une partie de l'Orient, et ce monde du califat disparu qu'ils aimeraient suivre idéalement mais dont ils savent impossible à mettre en place sans provoquer la mort de femmes et d'hommes innocents qui ne respectent pas la Loi divine du Coran telle qu'elle était vécue du temps du Prophète? Qui sont les responsables de ce carnage terroriste incessant si ce n'est des imams, des chefs religieux, des gens anonymes ou connus portant la haine au pinacle des relations humaines entre communautés de vie ?

L'Amérique d'Obama devra poser ouvertement et diplomatiquement ces importantes questions au monde ( à leurs amis du Qatar et d'Arabie Saoudite en premier) et pas seulement s'intéresser à la vie forcément étriquée et ordinaires de deux jeunes étudiants qui avaient tant à apporter au monde et qui ont pourtant fini par vouloir massacrer des innocents qui ne leur ont jamais fait de mal. La culture du Mal doit être combattu partout dans le monde et par tous. Pas d'état de grâce du terrorisme. Le chasser et le traquer partout. D'abord dans les têtes religieuses qui attendent ce fameux imam censé apporté la justice et la paix sur Terre. Quelle justice et quelle paix quand des gens sains de tête et d'esprit courant un marathon voient leurs vies ravagées et détruites par des fous d'Allah ?

En langage prophétique comme poétique, un bateau en cale sèche avec un jeune criminel terroriste retrouvé à bord et arrêté par la démocratie signifie le voyage sans issue devant Dieu. C'est ce que tout bon musulman devrait retenir de la dérive de ces deux frères qui avaient tout entre leurs mains et dans leurs têtes pour réussir une vie saine et belle.


Châtelet les Halles

Entre gris et graffitis
Où s`enferme le quotidien
Et des murs tellement petits
Qu`on entend tout des voisins
Avec pour seul vis-à-vis
Des montagnes de parpaings
Où déambule l`ennui
Et se traînent des destins
le samedi après-midi
Prendre des souterrains
Aller voir où ça vit
De l'autre côté

Refrain:
Ligne 1
Châtelet les Halles
Station balnéaire
Mais où y a pas la mer
Comme de banlieue la plage
Voir un peu de bleu
Echouer sa galère
Marquer son passage
Suivre les tags
Quand y a plus de repères
Châtelet la fin du voyage

C`est pas ici Tahiti
Mais c`est toujours mieux que rien
Les baskets sur le parvis
Ne vont jamais très loin
On y piétine les débris
Et les abris clandestins
Eprouvant même du mépris
A ceux qui tendent la main
De Harlem à Paris
S`engouffrer dans un train
Puis un couloir qu`on suit
Ne pas aller plus loin

Refrain:
Ligne 1
Châtelet les Halles
Station balnéaire
Mais où y a pas la mer
Comme de banlieue la plage
Voir un peu de bleu
Echouer sa galère
Marquer son passage
Suivre les tags
Quand y a plus de repères
Châtelet la fin du voyage

La fin du voyage
La fin du voyage
La fin du voyage