20/05/2013

Aladdin contre Assad, la bataille du Génie

"Aladdin, il y aura encore du boudin pour dîner. Viendras-tu en manger?"

Telle était les paroles que la princesse Badroulboudour répétait depuis 800 jours à son amoureux qui devenait de plus en plus maigre.

Aladdin c'était mis à jeûner pour la période du ramadan qu'il déclara, cette année, de durée indéterminée jusqu'à ce que le repas servi à la table du Royaume du Cham fût tout sauf du boudin. Il répondit à la princesse de Badroulbourdour d'une voix tranquille:

"Non, ma princesse. Je jeûne encore. Dis au Président que je reviendrai à sa table quand il aura décidé de l'armistice avec ses ennemis dispersés. Il a déclaré la guerre à son peuple. Puisqu'il se croit si puissant, si intelligent, si spirituel, il doit aussi se débrouiller pour trouver maintenant la paix à son peuple qui se meurt".

La princesse ramenait depuis quelques semaines les mêmes propos d'Aladdin au Président qui se moquait de lui à chaque fois dans un soupir lassé en répétant tristement la même chose.

"Ah cet Aladdin, toujours aussi têtu et rêveur. S'il croit que les humains signent la paix d'un coup de baguette magique, il va bien lui aussi finir un jour dans le plat à boudin que j'ai fabriqué et dont je n'arrive plus à stopper la production galopante. Dis-moi, Princesse Badroulbourdour, que compte faire Aladdin avec le mauvais génie qui s'est emparé de mon Royaume?"

La princesse répondit avec le plus beau des sourires:

"Il cherche sincèrement à l'emprisonner dans la lampe, Président. Mais il a besoin de toi, de ton esprit de paix et d'ouverture. Jadis, il a pensé que ta mort était utile à tous parce qu'il te trouvait être le mauvais génie en personne. Aujourd'hui, il pense que ta vie doit servir à sauver le Royaume. Il y a une condition à cela. Que tu abandonnes le Royaume du Cham une fois le mauvais génie qui t'habite remis dans sa lampe par toi-même. Es-tu prêt à partir à la rencontre d'Aladdin et quitter le Royaume?

Le Président ne voulut pas répondre à l'entier de la question. Il dit seulement.

"Ammène-moi cet Aladdin dans mes jardins. Et nous discuterons pour savoir qui de lui ou de moi doit prendre la poudre de somnifère afin de faire fuir le mauvais génie de mon Royaume".

Les commentaires sont fermés.