29/05/2013

Je vous ai parlé d'un tigre blanc...

Je dois vous en dire davantage sur cette petite bête qui dort sur mon lit. D'accord, cette petite bête n'est qu'une bête de peluche que j'ai reçue, de ma petite amie, et pour mon anniversaire, il y a 8 ans déjà.

En fait, cela fait très enfantin et très féminin de dormir en compagnie d'une peluche, de plus à un âge avancé de la vie. Cela pourrait même passer pour un trouble de la personnalité si un psychiatre se mêlait de cette affaire. Et pourquoi pas, me rapprocher d'un dangereux criminel qui a sévi très récemment dans notre pays.

En réalité, c'était juste une peluche qui palliait de façon secourable à l'absence beaucoup trop fréquente de ma petite amie, mon grand amour. Depuis, la petite amie a pris un autre chemin et mon grand amour est devenu une peau de chagrin. Mais le tigre blanc est resté.

Ce qui m'a attaché à elle ? Sa vie réelle de fille de cabaret. Vous ne me croirez jamais. Pourtant, un jour, il y a longtemps de ça, qu'elle dormait, ou me faisait l'amour, assise sur mon ventre, je me suis senti attaquer par elle. Elle ouvrait sa gueule dans un feulement puissant et sa patte en mouvement, toutes griffes ouvertes, approchait dangereusement de mon visage. Je me suis réveiller en sursaut. Elle était là, immobile, ayant retrouvé son état de peluche, son état nunuche. Depuis, elle ne quitte plus mon lit quand je dors, et elle veille sur moi.

Cela peut vous paraître risible, cette histoire entre un homme d'âge mûre et une peluche strip-teaseuse. C'est pourtant elle qui est la vraie gardienne de mon âme dès lors que je m'endors. Car elle est toujours restée fidèle à mon lit depuis le premier jour où elle a investi mon oreiller, même quand je la balance au sol dans un geste négligé.

Je me suis attaché à cette petite bête en peluche plutôt qu'à un mammifère vivant, chat ou chien. Car je ne pourrais bien m'occuper de cet animal de compagnie vue mes absences quotidiennes et longues de mon domicile.

Voilà. Maintenant reste l'énigme de cette vision du tigre peluche devenu vivant ou de la fille réelle transformée en tigresse blanche. Je l'ai peut-être trouvée dans un livre, en Indes. C'est l'histoire d'un homme et d'un tigre blanc. Un homme qui doit user de son agressivité en tuant un être humain pour devenir entrepreneur et être pris au sérieux dans une société qui ne se fie qu'aux tueurs, qu'aux transgresseurs, qu'aux violeurs, qu'aux faiseurs de guerres... Du jour au lendemain, le tueur devient quelqu'un de fort et de respecter. Cela se passe en Inde, dans le livre. Etrange façon de réussir ses humanités en ce monde... Et pourtant, si je vous disais qu'il est plus facile à un tigre blanc de monter le tapis rouge du Festival de Cannes une fois qu'il a osé dévorer mortellement et à maintes reprises de la chair féminine plutôt que de rester sagement sur son lit à refaire l'amour en solitaire, me croirez-vous ?

Elle s'appelle Daisy, la tigresse blanche. C'est une fille qui fait les yeux doux à un milliardaire durant une séance de cinéma. Son nom à lui c'est Jay Gatsby. Il ne désire qu'un seul être qui lui reste inaccessibe: une magnifique tigresse unique et à dompter exclusivement pour l'amour de l'amour. Mais sa conscience à elle n'ira pas au-delà du crime. Elle aime. Puis elle tue, cruellement, et part déjà vers une autre proie à séduire.

Combien coûterait la vie de l'entrepreneur Jay Gatsby aujourd'hui ? Savez-vous la réponse?

http://inde.aujourdhuilemonde.com/le-tigre-blanc-ou-l%E2%...

 


"Le Tigre blanc" d'Aravind Adiga par editionslibella

Les commentaires sont fermés.