30/05/2013

Pas de critères confessionnels pour reconstruire la Syrie

Sunnites, Alaouites, Kurdes, Chrétiens, et Chrétiens orthodoxes. A près de 80% de la population, les Sunnites dominent largement la scène religieuse syrienne. Il est impossible et illusoire de vouloir construire une Syrie de la paix en accordant une place à une religion confessionnelle officielle de l'Etat (sunnite pour le cas présent) dans la nouvelle constitution politique du pays. Le modèle de gouvernance laïque d'Assad devra rester. Seul, son régime très autoritaire et policier devra être démantelé au profit d'une répartition du pouvoir entre les différentes sensibilités politiques du pays.

Il est possible et probablement souhaitable que les différentes régions syriennes obtiennent une indépendance de type fédérale rattachée à un pouvoir central à Damas.La Syrie ne peut pas devenir un nouvel Irak. Il lui faudra une armée et une police solidaire sachant faire face au terrorisme favorable à un régime islamique et qui restera immanquablement présent durant de nombreuses années sur le terrain dans le but de déstabiliser la nouvelle base institutionnelle démocratique et laïque et d'y créer par épuisement moral de la population un califat terroriste islamique.

La Syrie a besoin de toutes ses forces de bonne volonté pour réussir la paix. Ses citoyennes et citoyens devront faire preuve de courage dans la paix comme ils sont capables d'en faire preuve dans la guerre. L'armée actuelle ne peut pas être démantelée parce qu'elle s'est battue contre le peuple. Elle doit être renforcée par des chefs capables de tenir compte des sensibilités et des traumatismes vécus par les futurs ex-rebelles voulant s'intégrer à cette nouvelle Syrie laïque.

La paix sera longue à se dessiner. Mais il vaut vraiment la peine pour les Syrienne et Syriens de tout mettre en œuvre pour créer les conditions d'équilibre afin de sortir du cauchemar actuel et de pouvoir à nouveau rêver d'une Syrie en paix. Genève 2 en est le point de départ pour la réalisation du rêve syrien et non une simple réunion de plus vouée à l'échec. Car d'échec, cela ne peut. La survie de la Syrie en dépend.

Genève 2 doit avoir lieu. C'est une obligation humaine, morale, que tout croyant conscient de la réalité humaine, qu'il soit sunnite, chiites, alaouite, chrétien, ou d'une autre croyance, doit avoir à l'esprit et à l'âme.

Celles et ceux qui aiment le trompettiste Ibrahim Maalouf écouteront avec délectation le Concerto pour trompette orientale, choeur, et orchestre "Point 33" que vous trouverez en deuxième vidéo ci-dessous.

Les commentaires sont fermés.