18/06/2013

Assad est-il pire que Kennedy, Johnson, ou Nixon?

L'empire américain a-t-il toujours combattu pour la liberté et la paix des peuples? Nous savons que non. L'empire américain a-t-il eu ses différents présidents jugés pour crimes contre l'humanité? Non, jamais.

Le Président syrien et ses troupes ont commis des horreurs contre le peuple. En retour, les révolutionnaires, débordés par les factions islamistes pures et dures, ont commis des atrocités tout aussi épouvantables.

Revenons un instant à l'Amérique, et la France lorsqu'elles ont perdu la guerre du Viêt-Nam. Elles auraient pu perdre cette guerre beaucoup plus vite et surtout avec beaucoup moins d'atrocités contre les populations civiles prises en otages.

Bilan à la fin de la guerre et de l'après-guerre du Viêt-nam:

Au total, les États-Unis ont largué 7,08 millions de tonnes de bombes durant ce conflit (pour comparaison, 3,4 millions de tonnes ont été larguées par l'ensemble des alliés sur tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale.

Des millions de Vietnamiens sont morts des conséquences de la guerre. Les registres officiels sont difficilement consultables, quand ils existent, et nombreux parmi les tués furent littéralement déchiquetés par les bombardements. Il est ainsi très difficile de s'accorder exactement sur ce qui doit compter comme « victime de guerre du Viêt Nam » ; des gens sont encore aujourd'hui tués par des sous-munitions non explosées et des mines, particulièrement les bombes à sous-munitions. Les effets sur l'environnement des agents chimiques, tels que l'agent orange, un défoliant très utilisé par les Américains, ainsi que les problèmes sociaux colossaux causés par la dévastation du pays après tant de morts ont certainement réduit la durée de vie de beaucoup de survivants. Par ailleurs, la contamination d'une partie de sols entraîne aujourd'hui encore de graves problèmes de santé (malformations à la naissance, hypertrophie, rachitisme, cancer des poumons et de la prostate, maladies de la peau, du cerveau et des systèmes nerveux, respiratoire et circulatoire, cécité, diverses anomalies à la naissance) surtout dans les campagnes[réf. nécessaire].

Les estimations de pertes les plus basses, basées sur les déclarations (à présent reprises) du Nord Viêt Nam étaient autour de 1,5 million de Vietnamiens tués. Le Viêt Nam a annoncé le 3 avril 1995 qu'un total d'un million de combattants et quatre millions de civils avaient été tués durant la guerre. La validité de ces chiffres n'a généralement pas été contestée.

Les pertes du Sud Viêt Nam sont estimées à 255 000 militaires et 430 000 civils tués, dont 80 000 en 1974, soit plus que toute autre année de guerre, alors que les forces américaines avaient été évacuées.

Le bilan pour les forces armées américaines est estimé à 58 177 soldats tués et 153 303 blessés pour un total de 8 744 000 militaires ayant participé à un moment ou à un autre à ce conflit.

Sur les 46 852 soldats australiens qui ont participé à la guerre du Viêt Nam, 492 ont été tués et 2 398 ont été blessés[réf. souhaitée].

Officiellement, 16 militaires soviétiques sont morts durant ce conflit au Viêt Nam et 5 au Laos.

Le nombre de morts de 1965 à la fin du conflit se situerait au-dessus de trois millions. La question des victimes de la répression est controversée. Dans les années 1980, des estimations américaines situent le nombres de victimes causées par la répression et à l'exode après 1975 au-dessus du demi-million, dont 65 000 à 100 000 exécutions par le régime communiste, 150 000 à 175 000 prisonniers disparus, le reste étant des boat-people.

Réf.http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam

Nous le rappelons ici. De cette guerre inimaginable, aucun Président russe, chinois, français, américain ou encore d'autres pays ayant participé d'une façon ou d'une autre au génocide d'un peuple, n'ont été puni par la justice humaine.

Aujourd'hui, nous risquons un conflit d'envergure internationale. Au nom de la morale occidentale et des Droits de l'Homme, nous voulons mettre hors-jeu Bachar el Assad. C'était un but honorable jusqu'à ce que les rebelles se fassent instrumentaliser par les monarchies du Golfe, par l'envoi de djihadistes mercenaires et des Occidentaux qui ferment un peu trop les yeux sur les atrocités commises par les milices djihadistes contre le peuple syrien. Aujourd'hui, la guerre morale occidentale pour la liberté est perdue. C'est aux seuls Syriennes et Syriens de mettre hors-jeu, par des votations démocratiques, leur Président Bachar el Assad. Car par la violence, la guerre ne s'arrêtera pas avant que la Syrie ne soit réduite en cendres et toute sa population décimée.

Au nom de l'avenir de la Syrie, les Occidentaux doivent savoir perdre cette guerre qu'ils n'ont pas su maîtriser. Assad ne partira jamais par les armes mais par la légitimité de son peuple. Assad ne peut plus rester au pouvoir à la suite de cette guerre. Mais c'est du ressort des Syriennes et des Syriens de le lui signifier son départ à la suite d'élections démocratiques.

Je suis pour ma part convaincu que c'est désormais la seule façon d'oeuvrer et d'opérer en Syrie avec justice, conscience et sagesse afin de sauver le peuple syrien, les villes, et les villages de ce pays vivant dans le malheur.

Mieux vaut perdre une guerre dans l'honneur et la volonté de la paix retrouvée que continuer une guerre dans le déshonneur de tous et la trahison des principes internationaux en matière des Droits Humains.

Nous serons tous perdants à vouloir vivre sur la morale. La guerre n'est jamais morale. La guerre est une situation de non droit. Seule la paix permet le rétablissement du droit et la sécurité des populations civiles.

 

Les commentaires sont fermés.